De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

12 juin, 2012

Le doute

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 17:32

Le doute peut assaillir en tout moment, en toute circonstance.

Il est probablement le fruit de l´insécurité et du manque de confiance en soi (c´est une évidence)!

Devant l´inconnu, la situation nouvelle, les doutes apparaissent et l´émotion transparaît s´installant sous forme de « peur au ventre »et ou la boule qui se forme dans la gorge! De l´incertitude à pouvoir faire face au fait, naît la peur de ne pas être à la hauteur! Et dans ce contexte, les pensées négatives  s´accumulent; et nous paralysent à chaque nouvelle pensée un peu plus: « Je ne conviendrais pas pour ce poste, les exigeances sont au dessus de mes capacités! » « Cette personne est bien trop différente de moi, bien plus cultivée, plus belle, son niveau social est bien plus élevé que le mien…! » Cette torture mentale nuit plus qu´elle n´apporte de bénéfices

Grand nombre de personnes fonctionnent avec ce mécanisme de pensées. Qu´est-ce qui justifie cette attitude ? Comment s´explique-t-elle ?

Beaucoup de gens sont très négatifs et tout ce qui n´appartient pas à leur cadre de schéma mentaux est digne d´être écarté des options valables de solutions! La nouveauté (pour eux) même si cela n´en est pas une (mais un élément inconnu) sort des carcans et est réprouvée instantannément: « cette méthode ne mènera nulle part! C´est une absurdité! » On lui enlève toute oportunité de faire ses preuves par cette sentence irréfutable! Quels sont les motifs qui poussent ainsi tant de gens à se méfier de ce qu´ils ne connaissent pas ?

Galilée a dit du doute:  » Le doute est le père de la création! »: belle citation ? Alors comment interpréter ces paroles ?

 

 

11 juin, 2012

Le regard

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 16:56

Comme individu: notre priorité devrait être nous mêmes.

Paradoxe, nous vivons en Société et donc, nous devons tenir compte de notre entourage et même de l´image générale pronée par la Société: de là naissent les phénomènes de modes, qui parfois, donnent lieu à des « conflits » entre parents/enfants, écoles/étudiants, voire entreprises/employés!

Comme individus, nous avons nos propres idées, nos propres opinions et nos propres conduites et bien sûr, nos propres envies/désirs/souhaits/projets et buts!

Là apparait le début de nos soucis/impuissances/frustrations: bébés, notre entourage nous parle d´amour, de l´importance de ce sentiment et donc, en raison de sa valeur, il faut en prendre bien soin….Cela implique adapter son comportement/conduite/attitude à la manière correcte pour éviter de se voir sanctionner en étant privé de cet amour! Nous entendons nous dire: « si tu ne manges pas ton repas, tu vas rendre triste maman! » (par exemple)… »tu ne voudrais pas faire pleurer ta petite soeur! » (par exemple)…bref chaque mauvaise conduite pourrait nous éloigner de l´amour de « notre entourage proche ou large »!

Nous grandissons et nous sommes étudiants, nous savons que nos parents souhaitent pour nous un bon diplôme pour que nous obtenions un bon travail…alors, pour ne pas les décevoir : combien d´entre nous, n´avons nous  pas étudié jusqu´au bout et décrocher le diplôme qui a fait la fierté de nos parents…Nous avons même parfois trouvé un bon travail et même s´il ne nous apportait pas pleine satisfaction…nous avons continué à travailler dans cette entreprise le sourire aux lèvres, sans nous poser trop de questions car nous savions que tout le monde était content: mais nous étions nous contents ? Peût-être moins que nous ne l´imaginions…d´ailleurs l´imaginions nous vraiment ?

La routine d´être à la hauteur du rôle que nos proches nous ont « imposés » ou que nous avons crû qu´il nous était imparti! Le temps passant, nous prenons parfois conscience que nous sommes nous mêmes plus exigeants avec nous mêmes juste pour ne pas perdre cet amour qui nous parait indispensable pour notre survie!  Nous sommes devenus le personnage que nous pensions devoir représenter ….

Et où est passée notre PERSONNALITE ?

9 juin, 2012

Ma plus belle histoire d´amour

Classé dans : Moment de nostalgie — ismeraldamadrid @ 15:06

Ce 9 juin vit le jour Barbara, une chanteuse qu´il me semble indispensable d´évoquer, dans ma rubrique « moments de nostalgie ».

Née en 1930, elle est décédée en 1977, pardon en 1997 (merci Loïc)  cette chanteuse, qui nous a quitté trop vite,  fait partie des artistes qui marqueront leur époque et traverseront les âges…alors, où que tu sois Barbara « Bon anniversaire! »

Je vous propose d´écouter « Ma plus belle histoire d´amour »

Image de prévisualisation YouTube

Et cet autre succès « Göttingen » :

Image de prévisualisation YouTube

J´espère que vous aurez pris plaisir à écouter ces deux morceaux interprétés par cette merveilleuse voix de la chanson française, qui nous quitta si tôt.

 

 

8 juin, 2012

Face à face au café du Théâtre.

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 10:32

Il est 19hoo et je suis enfin prête, un peu anxieuse, à l´idée de passer la soirée avec ma soeur… Mais positivons: je vais assister à un grand spectacle « Rock Ballet » avec de grands acteurs musicaux qui vont nous ramener à l´époque de notre jeunesse, et puis je ne passerai pas toutes ces heures seules à me morfondre songeant que Pierre est à l´étranger en bonne compagnie et que mes amies ont leurs propres plans! Je me regarde dans le miroir et je me souris, je me risque même à un compliment: « Waow! tu es splendide dans ta robe moulante mauve lila, avec son léger décolleté coquin et sournois! »

Je descends au salon et je téléphone à Pierre: « Bonsoir mon coeur, tout va bien ? » j´entends la musique en bruit de fond, je suppose qu´ils sont en discothèque ou dans un pub. « Attends ma Belle, je vais sortir; il y a un bruit infernal dans cette boite! » Finalement, je n´entends plus que les bruits de la rue: une ou l´autre voiture qui circule. « Ou es-tu ma merveilleuse chérie? » s´enquiert Pierre. « Je suis encore à la maison, je voulais juste savoir si tout se passait bien pour toi dans vos projets » « Oui, ma Belle, c´est une grande réussite, nous apporterons à l´entreprise lundi d´excellentes nouvelles! » « Je suis ravie que tout aille bien. Je ne tarderai pas à sortir moi aussi…où êtes vous maintenant? » je lui demande m´efforçant de prendre un ton insouciant alors que je me ronge les sangs intérieurement! « Nous sommes dans un night club ma Belle » répond-t-il sur un ton auquel il donne une apparente neutralité qui me tape sur les nerfs! J´aspire une bouffée d´air pour essayer de conserver ma tranquilité. « Amuse-toi bien dans ce cas mon coeur! » lui dis-je en mordant sur ma chique! « Merci, ma Belle. Toi aussi, je te souhaite de bien profiter de ta sortie! » « Bisous mon coeur! » « Un baiser dans le creux de ton cou ma merveilleuse chérie! » me répond-t-il avec tendresse. Je raccroche mi-énervée, mi-ennuyée par ses sentiments de jalousie qui me dominent de plus en plus!

Je ne veux plus y penser; je m´efforce de maintenir mon attitude positive: je soupire et souris à la fois (quelle dualité!).

Je regarde l´heure: 19h21´. Bon, je vérifie mon maquillage: nickel, je m´asperge de mon parfum préféré de Bulgari « Mon jasmin noir ». Jerespire cette bouffée d´air soiyeux.  Le portable sonne, je lis le numéro : ma soeur! « Oui, dis moi ! » dis-je. « Tout va bien ? Je serais au café du Théâtre dans un quart d´heure et toi ? » s´enquiert-elle. « Tout va bien! Merci. Je ne pense pas tarder davantage. » « Dans ce cas à tout de suite! » « D´accord à tout de suite! »

Je prends mon chale couleur vert foncé et je le jette sur mes épaules; je chausse mes mocassins assortis et je saisis un sac à main noir dans lequel je range mon portable et mon portefeuille. Je quitte l´appart et je hèle un taxi: « Bonsoir. Café du Théâtre, sur la Grand´Place, je vous prie. » « Bonsoir Madame, vous y serez dans un instant. » Le trajet se déroule sans anicroches, je me regarde dans le rétroviseur de la voiture. Dix minutes plus tard, je passe la porte du café du Théâtre et je constate satisfaite que je suis arrivée la première.

Je m´installe à une table pour deux près de la fenêtre, le serveur s´approche et je lui demande de bien vouloir patienter le temps que ma soeur soit là. Surveillant la porte, je remarque son entrée: elle porte un tailleur pantalon brun foncé, ceintré à la taille; la veste courte se termine au dessus du pantalon. Une ceinture rouge à grosse boucle orne le pantalon. Son sac à main en est assorti et ses mocassins aussi. Il est vrai que le rouge est une couleur qui sied particulièrement bien à sa couleur de cheveux marron.  Sa coiffure est au carré autour de son visage avec une longue mèche chatain clair qui couvre sa joue droite.

Je lui fais signe de la main tandis que je me lève pour l´accueillir. « Comment vas-tu soeurette ? » « Désolée de ce retard Nancy,  Luc m´a appelé sur la ligne de l´hotel pour m´annoncer son arrivée au cours de la nuit et sur le coup de la surprise je n´ai pas pensé à lui dire de rappeler sur le portable pour parler chemin faisant! » « Ne t´en fais pas, je viens d´arriver. Ainsi Luc va te rejoindre pour passer le dimanche ici avec toi… ou bien vient-il pour affaires ? » « Non,seulement, nous prolongerons de deux jours notre estance en amoureux! » répond-t-elle très satisfaite de la nouvelle et je pense que sa satisfaction s´accroît sachant que mes week ends en amoureux avec Pierre sont très loin en arrière!

Je ne vais pas m´aigrir la soirée par ses commentaires que je savais habituellement vénimeux! « Quelle belle surprise! » je m´efforce d´y mettre un ton très convaincant et j´ajoute : « que vas-tu boire? » « Un rosé bien frais! » « Excellente idée, je ferais de même! » J´interpelle le serveur et nous passons la commande.

« Et à part cela Nancy, je te trouve vraiment charmante dans ta petite robe violette! » « Merci Soeurette, tu es aussi magnifique dans ce tailleur! » Nous rions comblées. Le serveur nous apporte les verres de rosé et un petit bol de morceaux de fromage. Nous trinquons à cette bonne soirée avec les sourires de circonstances.

« Comment va Pierre? » « Très bien. Ils sont de sortie ce soir mais ils sont très satisfaits de leurs démarches et réunions de la journée…c´est un déplacement très positif pour les affaires de l´entreprise! » « Je suis ravie que la croissance économique soit au beau fixe…surtout par les temps qui courent! » « Tu as raison, il faut remercier l´Univers/Dieu pour notre situation actuelle!…Toi, tu ne peux pas te plaindre avec ton travail! » conclus-je en souriant. « En effet » confirme ma soeur avec un sourire heureux. Ma soeur a toujours accordé beaucoup d´importance à son activité professionnelle. Je reconnais que je l´ai enviée en diverses occasions…mais depuis que j´ai été la cible du lotto, mes soucis financiers ont pu être écartés et de nouveaux objectifs traversent mon esprit!

Un ange passe tandis que chacune d´entre nous est plongée dans ses pensées. Nos regards se croisent et pour une rare fois, un sentiment de complicité nous traverse. Nous trinquons à nouveau spontannément pour notre bien être actuel. « Bon, il faut y aller…si nous ne voulons pas arriver alors que la séance puisse avoir commencé. » je règle les consommations et nous sortons du Théâtre.

Je crois que finalement la soirée sera une grande réussite. Merci Esprit positif!

7 juin, 2012

Digérer un événement, une situation

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 15:13

Parfois, on se trouve confronté à un fait innatendu et pas très agréable. Cependant, il ne reste pas d´autre option que d´y faire face.

Bien sûr, on peut songer que de cet « obstacle » rencontré sur le chemin, quelque soit le résultat issu de « la confrontation », on peut en apprendre beaucoup…Néanmoins, sur le moment même, il faut assimiler l´effet de surprise et gérer cet innatendu! et pour comble accuser le coup de la facette désagréable!

Dans ces conditions, l´esprit travaille à toute vitesse, consultant ses archives et s´efforçant d´y localiser du matériel utile pour les circonstances afin de mieux gérer l´événement! Ceci explique probablement que, généralement, on reproduit les mêmes schémas dans les mêmes situation (quand bien même, ceux ci n´apportent pas des résultats optimaux!). C´est le côté répétitif de notre cerveau!

Quand « le moment crucial » est passé, on se remémore les faits et là, souvent, un sentiment de malaise s´installe à l´intérieur de soi (en ce qui me concerne, j´ai l´estomac qui se met en boule et la nuque qui se raidit!): je suppose que c´est le subconscient qui exprime son mécontentement.  Je pense qu´il s´agit de l´insatisfaction  par rapport au résultat obtenu qui se manifeste. La frustration de n´avoir pas atteint son but et l´impuissance d´ignorer comment atteindre la cible désirée! Du coup, on entre dans la spirale: du sentiment de faute et la confiance en soi se voit à nouveau minée!! :-(

6 juin, 2012

Tellement je t´aime

Classé dans : Moment de nostalgie — ismeraldamadrid @ 8:55

Bien que Ched Khaled soit plus connu que ce chanteur, il ne me semblait pas très correct d´ignorer l´anniversaire de Faudel Belloua, né le 6 juin 1978.

Je pense que nous avons tous dans les années 90 entendu ou fredonné « Tellement je t´aime, je pense à toi »!

Alors, en honneur à son anniversaire, dans ma rubrique nostalgie, je vous propose de réécouter une nouvelle fois cette chanson:

Image de prévisualisation YouTube

Joyeux anniversaire Faudel!

 

 

5 juin, 2012

CALTE

Classé dans : Humour — ismeraldamadrid @ 20:02

Un journaliste interroge un scientifique chinois: « Que pouvez vous me dire de votre nouvelle invention dans le monde de la médecine! »

« Une découvelte extraoldinaile, la Viagra féminine! » répond le scientifique

Peut-on considérer que ce produit est effectif ? demande le journaliste

OUI, OUI! La femme devient tlès affectueuse, elle vous emblasse tout le temps!  Elle en veut toujours plus! jusqu´à l´épuisement! » confirme le scientifique chinois.

Et le nom du médicament c´est « CALTE »! s´enquiert le journaliste.

« Oui: CALTE DE CLEDIT! » précise notre chercheur :-)

Un effet incontestablement positif de la carte de crédit! :-)

4 juin, 2012

Nouvel exercice pour renforcer sa confiance en soi

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 20:05

Dresser une liste de toutes les réussites obtenues: l´emploi de nos rêves, un diplôme, un mariage, la naissance de ses enfants… Prendre le temps de rédiger comment ces événements ont été ressentis sur le moment où ils se sont passés.

En ce qui me concerne, j´ai bien obtenu différents diplômes plus ou moins importants; celui qui correspond au grade plus élevé constitue ma licence  d´Histoire. Cependant, je ne pense pas que ce soit celui qui m´ait occasioné le plus grand bonheur: je reconnais qu´il m´a couté doublé deux ans (ma première candi et ma dernière licence), c´est probablement une des raisons pour lesquelles (ces deux échecs dans la même « entreprise ») ont donné un mauvais goût à ce diplôme!!

Donc en matière de diplôme, je crois que celui qui m´a donné le plus de joie est celui de fin de secondaire! Là, je partageais ce bonheur avec tous mes amis de ces six années consécutives d´études et toutes réussies à la première! Ensuite s´ouvrait à moi: l´université….que d´illusions en perspectives ! Chacun d´entre nous rêvait d´un futur prometteur (peu souvent acquis!) et nous étions très enthousiastes!

Au niveau professionnel, ce n´est pas non plus mon premier emploi qui m´a le plus séduite (et pourtant par comparaison avec d´autres, par la suite; il était loin d´être mauvais) mais c´est de déccrocher le poste responsable de projets au centre national de coopération et développement qui m´a le plus fait plaisir. Il faut dire que je passais par une mauvaise  période personnelle et obtenir un emploi me relevait le moral et l´auto estime. Je reconnais que j´ai fait de fameux efforts pour préparer l´entretien et être à la hauteur de la confrontation avec le directeur aux projets! Donc, quand j´ai reçu l´appel de la secrétaire qui m´informait que je devais me présenter le lendemain pour signer le contrat…j´ai été envahie par un sentiment de grand bonheur et de satisfaction!

En ce qui concerne ma vie sentimentale, je dois dire que mon premier mariage fut un fiasco, donc, je ne peux dire que j´ai pu me réjouir…pour être tout à fait honnête, dès la nuit de noces, j´ai ressenti que j´avais commis une erreur en passant par la mairie…ce sentiment s´est rapidemment confirmé ! Là, avec le père de ma princesse, l´âge jouant son rôle,  je gère un peu mieux la situation!

Pour ce qui est de ma Princesse, là je suis convaincue que je ne me suis pas trompée. Sa présence illumine mes jours et mes nuits, sa conduite représente ma fierté! Quand je pense à elle, j´ai un intense sentiment de bonheur qui m´envahit! Et je remercie le Ciel pour m´avoir permis d´avoir une princesse aussi merveilleuse!

Je vous invite vous aussi à vous rappeler de vos réussites et de comment elles ont affecté « votre humeur » quand vous êtes parvenus à vos fins! Je crois que vous serez surpris des sentiments que vous avez peut être éprouvés!

3 juin, 2012

Excercice pour renforcer sa confiance en soi

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 21:05

Voilà un excercice que j´ai découvert et qui me parait facile et intéressant. Il s´agit de noter (c´est un processus important de l´excercice: il faut le faire par écrit!) plusieurs de ses qualités et un petit texte dans lequel on se retrouve en les mettant en pratique.

Alors, voilà je me lance:

Ponctualité: c´est une attitude que je soigne à l´extrême-de la même manière pour moi que pour ma princesse ou une personne quelconque avec laquelle je sois qui doive se rendre à un rendez vous. Pour moi, c´est même maladif: arriver en retard m´est intolérable; cela me met de très mauvaise humeur. J´arrive donc toujours en avance..et pendant mon attente, si la personne n´arrive pas, je commence à me demander tout comme le faisait le personnage principal « d´en attendant Godot »: si je suis au bon endroit du rendez-vous, si je ne me suis pas trompée d´heure, de jour…etc!

Serviable/disponible: je tiens toujours la porte quand quelqu´un me suit pour entrer ou sortir du bâtiment, je garde les enfants de mes amis s´ils ont besoin d´aller quelque part où les enfants ne peuvent se rendre. Quand on me demande de l´aide/un service, je m´arrange pour  offrir mes gracieux services. :-)

Amabilité, sociabilité, politesse: je souris facilement quand je me croise avec quelqu´un; si je suis à un arrêt d´autobus, j´engage facilement la conversation sur la pluie et le beau temps ou la longueur du délai d´attente pour le transport en commun. Je dis toujours bonjour, au revoir, s´il vous plait et merci.

Digne de confiance: quand je m´engage à faire quelque chose, je m´arrange toujours pour remplir l´engagement même si cela m´est difficile.

Discrète: je ne colporte pas les histoires qu´on me raconte.

Persévérante: et dans certains cas, je dirais même obstinée. L´autre jour, je devais changer une ampoule mais je n´arrivais pas à localiser les trous pour enfoncer cette ampoule; j´ai insisté à diverses reprises et finalement, j´ai recourru à un cure dents pour localiser les trous et hop! finalement j´ai changé l´ampoule! :-) .

 

Voilà, la liste de ce que je considère mes six principales qualités. Je trouve que cet excercice est utile; d´abord pour constater qu´on a bien des qualités, même si au début, on éprouve du mal à les « dépoussièrer » ! :-) mais aussi on est surpris de voir quelles sont celles qui vous viennent les premières à l´esprit et cela peut aider à prendre conscience de notre propre opinion sur nous même.

Donc, je vous encourage à faire vous aussi l´excercice, soit en privé, soit de le partager sur votre blog ou dans mes commentaires au choix ! :-)

2 juin, 2012

Il faut payer ses fautes!

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 21:02

L´Être Humain a la facheuse tendance de bien mettre en évidence les fautes d´autrui: il est facile de voir la paille dans l´oeil du voisin, tandis qu´on s´efforce de camoufler sa poutre!

Donc, au moment où commet une erreur, un bien grand sentiment de culpabilité s´empare de nous! « C´est ma faute, c´est ma très grande faute! » nous est appris depuis notre plus tendre enfance!

Confesser ses erreurs, je trouve cela positif et gratifiant: une attitude humble et même responsable. Mais la Société dans laquelle nous vivons est plus sadique et elle en tire facheusement profit en retournant autant que possible de couteau dans la plaieL´Être Humain savoure avec délectation la lapidation du coupable, soit parce qu´ainsi, il se sent lui même moins « fautif »; soit parce que, dans sa faible estime, il envie tous ceux qui parviennent à s´en sortir un peu mieux que lui!

Suite à cette réaction de notre entourage, notre concept de nous même en est touché de plein fouet…nous considérons dès lors que nous sommes des INCAPABLES puisque nous avons échoué dans nos activités, actions! Autre conséquence de cette remarque: « nous ne méritons donc pas X ou Y!  C´est normal que nous soyions malheureux c´est tout ce que NOUS MÉRITONS! C´est bien fait pour moi, vu que je ne suis qu´un/e IMBÉCILE! » etc.

Nous voilà plus bas que terre! Notre situation est comparable à la « laitière et son pot au lait » :  nous craignons d´élaborer des projets puisque nous cessons de croire en nos capacités! Et nous,  nous rétro alimentons notre faible auto estime pour le grand plaisir de notre entourage qui se rétro alimente dans son bonheur de voir quelqu´un de plus désemparé et sa satisfaction croît de se savoir mieux armé d´affronter la Vie!

Quelles solutions envisager dans de telles circonstances ?

 

123
 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage