De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour février 2013

23 février, 2013

Générosité bienvenue par les temps qui courrent ! :-)

Classé dans : Humour — ismeraldamadrid @ 14:51

Une vidéo (qui même si c´est un gag) peut nous donner à réfléchir:

Image de prévisualisation YouTube

:-)

21 février, 2013

Le respect ?

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 19:46

Le respect est un concept très vaste. Je pense qu´il faut l´associer premièrement à l´amour: l´amour en général, de l´univers dans son entièreté. L´amour de soi, des autres, de la nature, des oeuvres humaines…

La considération commence par s´accepter tel que l´on est avec ses défauts surtout! Le respect se définit par contraste à la critique: critiquer me semble le premier manque de respect! Porter son attention sur certains aspects « déplaisants » d´une personne, d´un objet … oûtre le fait que c´est négatif, si on ne propose pas une alternative, une solution; me semble une attitude mesquine et inutile (là je critique aussi!). Ceci pour dire que notre Société nous enseigne, nous conduit à critiquer à foison. Au moment de critiquer, on dirait même qu´il y a une satisfaction latente dans cette attitude: trouver des défauts réduit-il nos imperfections ?

Je pense que derrière la critique se trouve des motifs latents! Ainsi, l´envie, la jalousie : on pointe le doigt sur les gens qui ont une meilleure vie et on les juge comme des mauvais citoyens afin de mieux digérer une certaine jalousie à leur égard. Un autre motif qui peut expliquer les critiques me semble être le manque d´amour propre, de confiance en soi et on semble se grandir, s´épanouir, se rassurer en démolissant à autrui! A côté de ce « complexe d´infériorité » peut se situer le complexe de supériorité qui conduit certains à regarder de haut ceux qui les entourent et qu´ils  jugent comme des « moins que rien »! Le mépris, le dédain apparaissent dans ces conditions!

Comprendre que personne n´est parfait mais que nous sommes tous des êtres extraordinaires à notre façon ouvre la voie au respect! Vía la tolérance, on pousse la porte du respect! Les préjugés et les stéréotypes sont nombreux qui nous éloignent du respect et de la tolérance. Ainsi, se créent les conflits entre les religions, entre les générations, entre les classes sociales…Et que dire de ces personnes qui pointent du doigt, les personnes sans revenus qui demandent l´aumone mais possèdent un téléphone portable ? Est-ce que manquer de ressources doit contraindre ces gens à l´absence de possession totale ? Est-ce vraiment incompatible d´être dans le besoin et d´avoir un téléphone portable ?

Le respect améliore la cohabitation entre les Êtres Humains. Le respect permet des comportements et des conduites plus conviviales…et ces attitudes plus détendues, plus sympathiques ne conduisent-elles pas vers le bonheur ? Une philosophie de vie axée sur le respect annule l´agressivité qui détruit les bonnes relations, provoque bien des tensions et sape le moral voir la personnalité de la « victime ».

Le respect se trouve également dans les bonnes manières à l´égard des personnes âgées, des parents; mais il est tout aussi évident qu´envers les enfants, une attitude polie est de bon aloi! C´est, je pense, un échange de bons procédés qu´il faudrait appliquer entre nous tous afin que l´Humanité puisse se vanter de civilisée :-)

 

 

 

18 février, 2013

« Yoko », le yeti

Classé dans : Cinéma — ismeraldamadrid @ 20:21

Ce dimanche, ma princesse et moi, nous sommes rendues au cinéma. Notre choix s´est porté sur « Yoko ».

Yoko est un yeti qui vit dans l´Himalaya, fruit de l´esprit d´un grand moine.

Un jour qu´un chasseur attrape un ours. Notre Yeti défenseur des animaux en péril se glisse dans son camion pour soutenir l´animal; mais il reste attrapé lui aussi.

C´est ainsi, qu´il atterit en Allemagne où le chasseur souhaite vendre l´Ours (le chasseur ne sait pas qu´il transporte aussi un yeti dans son véhicule) à un zoo où le directeur dissèque les animaux.  Notre yeti a le pouvoir de se rendre invisible mais pour ce faire, il doit atteindre une basse température corporelle.

Quand ils arrivent à destination, le chasseur découvre le yeti et il l´emmène voir le directeur du zoo; heureusement que le yeti parvient à attraper un seau de glaçons et au moment où le chasseur et le directeur parviennent jusqu´à la cage où le yeti est emprisonné, ce dernier se rend invisible et s´échappe.

Il se réfugie dans la maison de l´arbre d´une petite fille, Pia, qui souffre de mélancolie suite au décès de son père!

Le chasseur a distribué et collé un peu partout le portrait du yeti et offre 5000 euros à qui lui rapportera « le chien »!

Pia découvre le yeti. Elle décide d´aller le rendre à « son propriétaire » mais là, elle découvre que cet homme est un chasseur d´animaux! Elle s´enfuit avec le Yeti poursuivie par le chasseur. Notre animal, transporté dans une remorque, attachée au vélo de la petite fille, prend la poudre d´escampette et entre dans un supermarché où il localise le rayon des surgelés et fait un stock de froid dans son corps pour parvenir à se rendre invisible.

Il retourne chez la petite fille qui est très triste d´avoir égaré son ami. Sa soeur, Marcela est convaincue que Pia a trouvé le petit chien et qu´elle le lui cache.

Le lendemain matin, Pia laisse le Yeti dans la cave où se trouve un congélateur où notre ami prend plaisir à se ressourcer et vider les réserves de poisson!

Le chasseur s´efforce de localiser la petite fille et le Yeti. Mais cependant, Pia, grâce à son ami Lucas, parvient à le semer!

Yoko, seul à la maison, crée quelques incidents dans la chambre où la maman et Marcela faisaient des travaux d´aménagements! A son retour, Pia se fait gronder par sa mère. Elle propose à sa mère de tout réparer. Pendant que celle-ci et sa soeur sortent faire des courses. Pia et le Yeti donnent à la chambre un aspect vraiment agréable. Quand Marcela voit la décoration (des empreintes de yeti), elle se convainc davantage que sa soeur cache le chien recherché sur les affichettes; elle se fait passer pour malade et le lendemain reste seule à la maison. Elle entreprend la recherche et découvre le yeti.

Alors que Yoko et Marcela sont devenus amis et jouent dans le jardin, le chasseur trouve la maison et essaie de capturer l´animal. Marcela appelle sa soeur et grâce à Lucas, elle la localise. Un voisin attrape le chasseur dans un filet mais malheureusement, le directeur du zoo, a trouvé une entourloupe pour convaincre la maman que les deux filles gardent un animal dangereux avec elles. Ils arrivent à la maison pour emporter le yeti qui de surcroît souffre de la chaleur et semble très mal en point.

Les enfants s´en vont au zoo pour essayer de le récupérer après diverses confrontations avec le chasseur et le directeur du zoo (que le Yeti parvient à faire changer de caractère), tout rentre dans l´ordre.

Le moine de l´Himalaya ayant perçu le danger est venu sur place au secours de son « ami » et donc tous les deux retournent chez eux.

Image de prévisualisation YouTube

Une sympathique et fraîche histoire d´une amitié entre des enfants et un animal mythique. Un film sans prétention mais qui permet de passer un moment plaisant de divertissement. J´espère que je vous aurai convaincu de le regarder :-)

16 février, 2013

Mama de Guillermo del Toro

Classé dans : Cinéma — ismeraldamadrid @ 15:58

Nous avons eu l´occasion ma princesse et moi, de voir ce magnifique film du metteur en scène Guillermo del Toro.

Considéré comme fantastique, il s´agit d´un grand moment de suspense avec une légère pointe de terreur!

L´histoire commence avec la fuite d´un père et ses deux petites filles, un jour d´hiver. Sur la route gelée, la voiture tombe dans un fossé. La famille se réfugie dans une maison dans les bois. Pendant que le père prépare du feu dans la cheminée, Victoria (l´ainée) fait remarquer qu´il y a une dame devant la fenêtre et dont les pieds ne touchent pas le sol!

Quelques minutes plus tard, le père tente de tirer une balle dans la tête de sa gamine; mais un étrange « phénomène » l´emporte. Les deux petites filles restent seules dans la maison; du coup, Victoria voit une cerise.

Le frère du père s´efforce de retrouver la petite famille. Il engage des détectives privés qui après deux ou trois ans de recherches, finissent par localiser la voiture et grâce à un jouet d´une des deux enfants, et à leur chien, ils parviennent au refuge où se trouvent les deux fillettes.

Ces dernières survivent dénutries et devenues assez sauvages, surtout la petite qui ne prononce que deux ou trois mots. La plus grande est  encore capable de maintenir une conversation. La tante maternelle désire elle aussi récuperer les enfants. Mais finalement, parce que le psychologue souhaite continuer à étudier les enfants, l´oncle et sa compagne obtiennent la garde des deux petites.

Dans la maison qui leur est assignée, Anabelle (la compagne de l´oncle) soupçonne la présence d´un intrus. Elle se sent mal à l´aise en compagnie des deux nièces qui n´arrêtent pas de faire référence à « maman » . Le psychologue fait des séances d´hypnose avec l´aînée qui lui raconte que durant leur séjour dans le refuge, une dame qui s´était échappée de la maison où vivent les personnes tristes, avec son enfant, s´était jetée à l´eau depuis une falaise mais le bébé n´avait pas  atteint l´eau, prenait soin d´elles. Le docteur lui demande comment elle savait cette histoire; l´enfant lui dit que « mama » lui a raconté en rêve! Le spécialiste commence à faire une enquête et découvre finalement l´histoire de cette personne décédée dans les archives de l´état (l´hopital psychiatrique n´existant plus).

Dans la maison, l´oncle a eu à faire au spectre qui sort des murs et se trouve dans un coma temporaire à l´hopital. Annabelle doit continuer à s´occuper des enfants; elle est de plus en plus persuadée qu´une présence règne dans la maison. Une nuit, dans un rêve, elle voit la femme enlever le bébé en tuant la religieuse et partir en courrant dans les bois poursuivies par des religieux pour finalement se jeter à l´eau et le bébé reste accroché à une branche. A son réveil, à ses côtés se trouvent les deux enfants, et elle s´apperçoit que son lit bouge!

Plus tard, le spectre s´en prend à elle mais Victoria l´empêche de lui faire du mal. La petite fille commence à s´attacher à Annabelle mais elle craint que la jalousie de mama ne cause des ennuis à sa belle mère et elle n´ose pas trop lui manifester sa tendresse.

Lors d´une séance d´hypnose, le psy voit lui aussi le spectre et décide d´aller enquêter sur les lieux du refuge pour en savoir plus.

Annabelle se glisse dans le cabinet médical du docteur et parvient à emporter l´ordinateur, là elle découvre toute l´histoire.

Pendant le coma, l´oncle entre en communication avec son frère qui lui demande de l´aide pour sauver ses filles.

Le spectre prend conscience de l´importance qu´accorde Victoria a Annabelle et cherche à tuer cette dernière. Finalement, elle enlève les deux enfants. La jeune dame imagine qu´elle va les emmener à la falaise, elle tente d´entrer en communication avec son compagnon tandis qu´elle même se dirige aussi vers la falaise, emportant la boite où se gardent les « restes » du bébé.

Là bas, elle remet la boite au spectre qui semble satisfait…néanmoins, à la dernière minute, la petite fille appelle : « mamá » et du coup, le spectre cherche à emporter avec elle les deux enfants. Annabelle lutte pour sauver les fillettes et finalement elle parvient à garder près d´elle, Victoria qui dit à « mamá »: « Victoria reste! ». Le spectre et Lindsey se jettent de la falaise!

Image de prévisualisation YouTube

J´espère vous avoir donné envie de visionner ce film qui moi m´a beaucoup interpellée!

 

10 février, 2013

Ces contrariétés qui nous surprennent!

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 21:23

Après quelques semaines d´absence, me revoici, face au clavier, disposée à partager avec vous mes amis, mes ressentis sur la Vie, le quotidien ….

D´abord, je voudrais vous remercier pour l´amitié que vous m´accordez, elle me touche vraiment beaucoup.

 

Je songe aux contrariétés, aux imprévus de « dernière minute » qui tout d´un coup, vous percutent et vous font vaciller sur la corde raide qui surplombe l´ensemble de votre trajectoire!

Ainsi, nous avançons dans la Vie, créant des projets, songeant à nos rêves; et oeuvrant pour que nos rêves deviennent réalité! Nous nous concentrons sur nos objectifs.

Pourtant, en certaines occasions, alors que nous songeons que nous avons bien planifié notre idée, que nous sommes convaincus que tout ira sur des chapeaux de roues, que nous pensons être sur le bon chemin tout se met sens dessus dessous. Pour quel motif : ce renversement de situation innatendu ? Quelque chose nous a-t-il échappé dans nos prévisions ? A quel moment avons nous perdus les rennes de la situation? C´est avec surprise qu´on remarque que les choses ne sont pas telles qu´on les imaginait. Tout s´effondre comme dans l´histoire de « La laitière et le pot au lait »!

Certains songent qu´on émet des vibrations qui font qu´on attire ce à quoi on pense et même si c´est un peu complexe c´est systématique! En effet, si on constate qu´on n´a pas d´argent dans notre porte monnaie (inconsciemment, on se met en mode carence), donc même si on songe qu´on désire être millonnaire, qu´on se sent prospère…la vibration énergétique qu´on a lancé dans l´univers est négative!

Ainsi, si on pense qu´on ne veut pas qu´on nous manque de respect on prête beaucoup d´attention au manque de respect et on vibre par rapport à ce sentiment! Donc, on attirera à soi le manque de respect!

Alors pour en revenir aux contrariétés dans nos projets: est-ce qu´elles nous rappellent simplement qu´on est pas en accord avec nos désirs! Trébuche-t-on parce que nos pensées nous mettent en évidences le côté négatif qu´on « constate » à la situation et on lui prête inconsciemment trop d´importance ? Comment expliquer ce faux pas ? Et surtout, comment remettre les choses en place ?

 

 

 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage