De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

26 juin, 2012

Petit déjeûner à l´appart

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 17:36

Le spectacle a été splendide: les chorégraphies merveilleuses et les artistes ne manquaient pas de talent. Bien sûr, je ne suis pas très objective car je reconnais que toute ma jeunesse a défilé pendant cette soirée. Les morceaux choisis remontent aux années 80/90. Des grands succès appartenant à  Black eyed Peas,Cold Play, Queen,Michael Jackson sont représentés et adaptés aux nouveaux styles musicaux: jazz, hip hop, break dance etc. Nous avons tous été subjugués; ma soeur et moi échangions des regards complices ce qui n´arrivait plus depuis des décennies!!

« Vraiment génial! » lui dis-je en quittant la salle. « Extraordinaire ballet! » répond-t-elle. Son portable sonne et elle décroche: « Oui mon bichon?….Nous sortons à l´instant de la représentation, un grand succès d´ailleurs!…Oui, je serai à l´hotel dans une demi heure! Bisous, bisous! » Elle me regarde partagée entre la fierté de sa nouvelle relation sentimentale et sa tendresse envers son compagnon. Je lui souris. « Luc est déjà à l´hotel. Si cela ne t´ennuie pas trop, je ne vais pas m´attarder! » « Bien sûr, quoi de plus normal. Nous nous voyons demain dans ce cas ? » « Oui évidemment! » « Je te propose de passer à l´appart…tu ne l´as pas encore vu depuis le récent déménagement! » « En effet, tu as raison…ce sera l´occasion de le découvrir! » « Bien alors je vous attends à 10h00 Luc et toi! » « Parfait bonne nuit ma petite soeur! » « Bonne nuit ma grande soeur et faites beaucoup de folies! » dis-je en clignant de l´oeil.

Je hèle un taxi et rentre à l´appart. Chemin faisant, j´hésite à téléphoner à Pierre, je consulte mon portable mais il n´y a ni message écrit ni sur la boite vocale. Je soupire. Dans le rétroviseur, le chauffeur me sourit avec compassion..ou pas ? C´est peut être le fruit de mon imagination, pourquoi aurait-il pitié de moi ? Que sait-il de ce que je pense! Je détourne les yeux du rétroviseur et regarde par la vitre.

J´arrive enfin, je me déchausse et range les chaussures sous le banc, dans le hall d´entrée. Je me dirige jusqu´au téléphone fixe du salon pour voir s´il y a des messages…mais rien! Je me laisse tomber sur le canapé… et je songe à ma soeur: est-elle plus heureuse que moi ? Quand elle m´a quittée, elle semblait partir pour le paradis sur terre! Je me mords les lèvres et soupire…autant que je me couche: demain, je devrais préparer un petit déjeûner appétissant pour les tourtereaux!

 Je prends une douche rapide et défais le chignon, mes cheveux dégringolent jusqu´en dessous de mes omoplates en conservant les ondulations de la coiffure. Je secoue énergiquement la tête et finalement, esquisse un sourire à mon image dans le miroir: du coup, je me sens mieux presqu´heureuse…je pense que ce sont les effluves de cet excellent moment passé au théâtre…quoiqu´il en soit, ce nouveau bien être me sied comme un gant; je me souviens de ma décision de positiver, à haute voix, je prononce: « je t´aime vraiment Nancy, je t´aime vraiment.Je m´accepte telle que je suis! »

Je me résouds à me coucher, j´enfile mon pyjama en satin bordeau, je règle le réveil sur 8h30 et je me glisse sous ma couette.

J´ouvre les yeux interpellée par la sonnerie du téléphone, à tatons, je saisis le récepteur et j´entends la voix de Pierre encore lointaine…je m´efforce de sortir de mes rêves. « Bonjour mon coeur comment vas tu ? » « Bien et toi merveilleuse chérie, as-tu passé une belle soirée en compagnie de ta soeur? » « Oui, mon coeur tout s´est déroulé beaucoup mieux que je ne l´avais prévu…j´ai invité le couple à prendre le petit déj à l´appart! » « Je rêve ou c´est toi qui rêves toujours..je pense que je te réveille comme je suis là! » me rétorque Pierre avec sa sournoise ironie habituelle! « Non, c´est du  concret…d´ailleurs tu as bien fait de m´appeler comme cela, j´aurais davantage de temps pour préparer le petit déjeûner! » « Je suis heureusement surpris, dans ce cas! » « Bien et toi mon coeur, quand rentres tu ? » « Nous arriverons ce soir vers  20h00…et je t´invite au resto…tu ne peux pas me le refuser, je t´emmènes à ce salad bar que tu apprécies tant dernièrement! » « Face à une telle autorité, je ne peux que me plier à vos ordres! » lui réponds-je avec un sourire narquois! « Bon, je dois raccrocher ma Belle; tu me manques! » « Je t´aime! » dis-je à mon tour, surprise par la tournure de la conversation. Sous l´emprise de l´imprévu, j´entends le son du téléphone que Pierre a raccroché!

Je m´étire et je me lève, je passe mon peignoir et me rends à la salle de bains. Je regarde si le miroir est bien propre et par sécurité, je le nettoie avant de faire couler un bain. Je règle la sonnerie du portable sur 8h20, un bon petit quart d´heure à me détendre dans l´eau me permettra de faire face à la journée avec énergie positive!

Dans la baignoire bleue marine dont la couleur ressort par rapport au carrelage bleu ciel de la pièce, je me demande si ma soeur aimera mon logis! Je pense aussi à sa nouvelle relation sentimentale: Luc est un homme mûr qui est toujours aux petits soins envers elle, mais il me semble trop possessif! Bien sûr, cette prévenance transforme ma soeur en petite princesse…mais jusqu´à quel point: un oiseau dans une cage en or ?…Bon, allons, il ne faut peut être pas que j´exagère: serais-je envieuse du sort de ma frangine et pour cette simple raison, je cherche un défaut auquel m´accrocher dans cet havre de paix de relation amoureuse ?

 Je quitte la baignoire et j´enfile mon peignoir crème de bains. Je descends dans la cuisine, prête à mettre la main à la pâte. Il est maintenant 8h30: j´ai suffisamment de temps devant moi pour préparer des crèpes, des oeufs et du bacon. Pendant que la pâte reposera, je m´habillerai pour me rendre à la boulangerie et rapporter des croissants.

Je crois que ce petit déjeûner va être une réussite!

8 juin, 2012

Face à face au café du Théâtre.

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 10:32

Il est 19hoo et je suis enfin prête, un peu anxieuse, à l´idée de passer la soirée avec ma soeur… Mais positivons: je vais assister à un grand spectacle « Rock Ballet » avec de grands acteurs musicaux qui vont nous ramener à l´époque de notre jeunesse, et puis je ne passerai pas toutes ces heures seules à me morfondre songeant que Pierre est à l´étranger en bonne compagnie et que mes amies ont leurs propres plans! Je me regarde dans le miroir et je me souris, je me risque même à un compliment: « Waow! tu es splendide dans ta robe moulante mauve lila, avec son léger décolleté coquin et sournois! »

Je descends au salon et je téléphone à Pierre: « Bonsoir mon coeur, tout va bien ? » j´entends la musique en bruit de fond, je suppose qu´ils sont en discothèque ou dans un pub. « Attends ma Belle, je vais sortir; il y a un bruit infernal dans cette boite! » Finalement, je n´entends plus que les bruits de la rue: une ou l´autre voiture qui circule. « Ou es-tu ma merveilleuse chérie? » s´enquiert Pierre. « Je suis encore à la maison, je voulais juste savoir si tout se passait bien pour toi dans vos projets » « Oui, ma Belle, c´est une grande réussite, nous apporterons à l´entreprise lundi d´excellentes nouvelles! » « Je suis ravie que tout aille bien. Je ne tarderai pas à sortir moi aussi…où êtes vous maintenant? » je lui demande m´efforçant de prendre un ton insouciant alors que je me ronge les sangs intérieurement! « Nous sommes dans un night club ma Belle » répond-t-il sur un ton auquel il donne une apparente neutralité qui me tape sur les nerfs! J´aspire une bouffée d´air pour essayer de conserver ma tranquilité. « Amuse-toi bien dans ce cas mon coeur! » lui dis-je en mordant sur ma chique! « Merci, ma Belle. Toi aussi, je te souhaite de bien profiter de ta sortie! » « Bisous mon coeur! » « Un baiser dans le creux de ton cou ma merveilleuse chérie! » me répond-t-il avec tendresse. Je raccroche mi-énervée, mi-ennuyée par ses sentiments de jalousie qui me dominent de plus en plus!

Je ne veux plus y penser; je m´efforce de maintenir mon attitude positive: je soupire et souris à la fois (quelle dualité!).

Je regarde l´heure: 19h21´. Bon, je vérifie mon maquillage: nickel, je m´asperge de mon parfum préféré de Bulgari « Mon jasmin noir ». Jerespire cette bouffée d´air soiyeux.  Le portable sonne, je lis le numéro : ma soeur! « Oui, dis moi ! » dis-je. « Tout va bien ? Je serais au café du Théâtre dans un quart d´heure et toi ? » s´enquiert-elle. « Tout va bien! Merci. Je ne pense pas tarder davantage. » « Dans ce cas à tout de suite! » « D´accord à tout de suite! »

Je prends mon chale couleur vert foncé et je le jette sur mes épaules; je chausse mes mocassins assortis et je saisis un sac à main noir dans lequel je range mon portable et mon portefeuille. Je quitte l´appart et je hèle un taxi: « Bonsoir. Café du Théâtre, sur la Grand´Place, je vous prie. » « Bonsoir Madame, vous y serez dans un instant. » Le trajet se déroule sans anicroches, je me regarde dans le rétroviseur de la voiture. Dix minutes plus tard, je passe la porte du café du Théâtre et je constate satisfaite que je suis arrivée la première.

Je m´installe à une table pour deux près de la fenêtre, le serveur s´approche et je lui demande de bien vouloir patienter le temps que ma soeur soit là. Surveillant la porte, je remarque son entrée: elle porte un tailleur pantalon brun foncé, ceintré à la taille; la veste courte se termine au dessus du pantalon. Une ceinture rouge à grosse boucle orne le pantalon. Son sac à main en est assorti et ses mocassins aussi. Il est vrai que le rouge est une couleur qui sied particulièrement bien à sa couleur de cheveux marron.  Sa coiffure est au carré autour de son visage avec une longue mèche chatain clair qui couvre sa joue droite.

Je lui fais signe de la main tandis que je me lève pour l´accueillir. « Comment vas-tu soeurette ? » « Désolée de ce retard Nancy,  Luc m´a appelé sur la ligne de l´hotel pour m´annoncer son arrivée au cours de la nuit et sur le coup de la surprise je n´ai pas pensé à lui dire de rappeler sur le portable pour parler chemin faisant! » « Ne t´en fais pas, je viens d´arriver. Ainsi Luc va te rejoindre pour passer le dimanche ici avec toi… ou bien vient-il pour affaires ? » « Non,seulement, nous prolongerons de deux jours notre estance en amoureux! » répond-t-elle très satisfaite de la nouvelle et je pense que sa satisfaction s´accroît sachant que mes week ends en amoureux avec Pierre sont très loin en arrière!

Je ne vais pas m´aigrir la soirée par ses commentaires que je savais habituellement vénimeux! « Quelle belle surprise! » je m´efforce d´y mettre un ton très convaincant et j´ajoute : « que vas-tu boire? » « Un rosé bien frais! » « Excellente idée, je ferais de même! » J´interpelle le serveur et nous passons la commande.

« Et à part cela Nancy, je te trouve vraiment charmante dans ta petite robe violette! » « Merci Soeurette, tu es aussi magnifique dans ce tailleur! » Nous rions comblées. Le serveur nous apporte les verres de rosé et un petit bol de morceaux de fromage. Nous trinquons à cette bonne soirée avec les sourires de circonstances.

« Comment va Pierre? » « Très bien. Ils sont de sortie ce soir mais ils sont très satisfaits de leurs démarches et réunions de la journée…c´est un déplacement très positif pour les affaires de l´entreprise! » « Je suis ravie que la croissance économique soit au beau fixe…surtout par les temps qui courent! » « Tu as raison, il faut remercier l´Univers/Dieu pour notre situation actuelle!…Toi, tu ne peux pas te plaindre avec ton travail! » conclus-je en souriant. « En effet » confirme ma soeur avec un sourire heureux. Ma soeur a toujours accordé beaucoup d´importance à son activité professionnelle. Je reconnais que je l´ai enviée en diverses occasions…mais depuis que j´ai été la cible du lotto, mes soucis financiers ont pu être écartés et de nouveaux objectifs traversent mon esprit!

Un ange passe tandis que chacune d´entre nous est plongée dans ses pensées. Nos regards se croisent et pour une rare fois, un sentiment de complicité nous traverse. Nous trinquons à nouveau spontannément pour notre bien être actuel. « Bon, il faut y aller…si nous ne voulons pas arriver alors que la séance puisse avoir commencé. » je règle les consommations et nous sortons du Théâtre.

Je crois que finalement la soirée sera une grande réussite. Merci Esprit positif!

28 mai, 2012

A quelques heures du spectacle « Rock Ballet »!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 17:06

Pierre est parti pour le week end.  Assise dans la cuisine devant mon bol de céréales tandis que j´avale mon verre de jus d´orange fraîchement pressée, je réfléchis sur ma Vie.  Ce soir, je serai aux côtés de ma soeur avec tout ce que cela comporte: prendre sur moi, sur à peu près chacune de ses réflexions, parfois assez caustiques! Je reconnais que je me sens faible face à ce pronostique!

Pourtant, je suis résolue à aborder avec elle un sujet assez délicat : la maison héritée de nos parents! Je souhaite la restaurer pendant cet été et cela contre vents et marées! Son point de vue est assez contraire au mien à ce propos; je sais que cette conversation sera délicate …mais je me sens reboostée depuis que je vais régulièrement à la salle de musculation et que je surveille mon alimentation! Je pense que Karl y est pour quelque chose! :-)

J´ai l´intime conviction d´agir pour le mieux par rapport à mon harmonie mentale. Nos parents n´ont pas fait de testament concernant les biens et nous partageons donc une maison à l´étranger et une dans notre pays d´origine. Au fil du temps qui passe, les immeubles en subisent les conséquences et il est temps de les « retaper »…ma soeur ne verra pas ce projet d´un bon oeil! Je soupire et malgré mon enthousiasme, j´ai un noeud dans l´estomac.

Je rassemble la vaiselle de mon petit déjeûner et je la range dans le lave vaiselle.

Je monte à l´étage et je prends une douche rapide; je souhaite passer par la salle de musculation ce matin. J´enfile un sweat shirt rouge et un jeans, je prends mon sac de gym avec le nécessaire et quitte l´appart.

A la salle, si tôt le matin, seuls quelques courageux sont concentrés sur les machines. Je me rends au vestiaire et enfile mon legging orange et mon tee-shirt rose, j´attache mes cheveux et je songe à me rendre chez le coiffeur après cette heure de remise en forme. Je souris en constatant le vocabulaire que je viens d´employer…il y a quelques jours à peine, j´aurais utilisé les mots « séance de torture » ! Je prends une bouffée d´air et m´attaque au tapis roulant ! Je prends le rythme plus facilement qu´au début et quand l´excercise est terminé, je ne suis plus aussi essouflée!

Karl s´approche, son sourire de Casanova aux lèvres: « Comment se passe l´entrainement? Je te sens en meilleure forme que quand tu es venue me voir la semaine dernière; es-tu contente de tes résultats! » J´ai du mal à reprendre mes esprits pour trouver une réponse cohérente, j´esquisce un sourire discrèt et gêné avant de répondre: « Je crois que mes énergies semblent reprendre du poil de la bête! » Karl m´enlace de ses bras puissants et me serre contre lui: « Ce sont surtout tes muscles qui sont contents de ta décision! » me rétorque-t-il avec ce geste affectueux! Puis il s´éloigne vers d´autres de ses élèves. Je reste quelques secondes immobiles, rêveuse et finalement, je me dirige vers un banc d´abdominaux.

La séance terminée, je me rends aux douches et je me change. Dans mon sac, je constate des messages sur mon portable. Je lis les expéditeurs: Pierre et ma soeurette! J´ouvre la fenêtre de Pierre et lis : « Bonjour ma Belle, je suis bien arrivé. J´espère que ta journée se passe bien! Appelle moi quand tu en auras l´occasion. » Je consulte le message de ma soeur Lucie: « Bonjour Soeurette, nous nous retrouvons à 19hoo, au restaurant le Colysée. Cela te convient-il ? » Je décide de répondre directement: « Oui, parfait! A tout à l´heure! »

Je sors de la salle de musculation et rentre à l´appart. Arrivée, je compose le numéro du portable de Pierre depuis le téléphone fixe: « Bonjour mon coeur, comment s´est passé le voyage ? » « Très bien ma merveilleuse chérie, et ta journée ? » « Rien de spécial, je reviens à l´instant de la salle de musculation. Je vais me rendre chez le coiffeur et puis je verrai! » « Ne stresse pas à cause de Lucie, cela ne changera rien et tu vas te saper le moral pour rien! » « Tu as raison mon coeur! Mais c´est plus fort que moi!  » « Rappelle-moi après ta soirée en sa compagnie, ma Belle. Je dois raccrocher, nous commençons la réunion dans quelques secondes et tout le monde est déjà installé! Je t´embrasse très fort ma Belle. » « Bonne chance avec votre réunion mon Trésor! Je t´aime! »

Me voilà, très surprise, cela faisait pas mal de temps que je ne déclarais pas mon amour à Pierre. Je me souris dans le miroir accroché au mur! Je me regarde fixement et je dis à voix haute: « Nancy, je t´aime, je t´aime vraiment! Je m´accepte telle que je suis! Je regarde mon passé avec tendresse et sans rancoeurs! Je suis disposée à vivre un monde de joies! » Je sens que ma poitrine se serre. Je tente de répéter ces phrases positives mais ma respiration s´accélère et je m´étends sur le canapé; je ne veux pas trop penser à ma confiance en moi…les techniques que je connais pour élever mon taux vibratoire ne me semblent pas trop effectives; sûrement ne le sont-elles pas parce que je les considère peu bénéfiques! Je me promets de me remettre à m´entraîner avec ces affirmations avec plus d´enthousiasme !

 Je me relève et je monte dans la chambre à coucher pour passer une tenue plus adéquate à une visite chez le coiffeur! Je choisis une chemise jaune pale en coton et une jupe culotte rouge vif. Je m´habille et je me maquille légèrement. Avant de sortir, je décide d´enfiler une veste en laine rouge. Je me glisse dans mes scarpins bleu marine à talon aiguille et je m´empare de mon sac à main assorti aux chaussures, j´y range mon portefeuille et mon portable. Un coup d´oeil dans le miroir et avec audace, je me gratifie d´un sourire satisfait!

Quand j´arrive chez le coiffeur, je compte une dizaine de clientes. Je consulte ma montre: 11h40. 

La coiffeuse s´approche: »bonjour Nancy, comment allez vous ? » « Bien, merci! J´ai besoin d´un coup de peigne. En fait, c´est pour ce soir…je me rends à un concert avec ma soeur et j´hésite entre un brushing ou un chignon! » j´explique à la coiffeuse. « Un chignon c´est toujours une coiffure plus élégante… » me fait-elle remarquer. « Oui vous avez raison, ce soir j´ai envie d´être très élégante! » m´exclame-je radieuse!

« Installez vous, ici, je serai à vous dans quelques instants…Tenez ce magazine pour patienter si vous le voulez bien! » « Merci! »

Je feuillette le magazine et je découvre un article sur la loi d´attraction.

  »L’Univers ne livre que ce à quoi vous pensez de manière prédominante, c’est-à-dire ce sur quoi vous vous focalisez intensément… » Ces propos me poussent à réfléchir sur la conversation que j´envisage maintenir avec ma soeur. J´imagine les arguments que je vais lui soumettre et je me concentre sur comment la convaincre. Mon attention est tellement fixée sur mes pensées que je n´entends pas la coiffeuse me demander de la suivre pour me laver les cheveux!

Au moment où je penche ma tête en arrière sur le bassin, je souhaite que le résultat de ce chignon soit exceptionnel et mette ma beauté naturelle en évidence :-)

2 mai, 2012

Une nouvelle Vie s´annonce ?

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:57

Je me sens tellement détendue que j´ai l´impression de me trouver sur un petit nuage en coton. Je quitte l´établissement, mon esprit errant dans les méandres de l´imagination. Je me sens comme une reine entourée de ses « laquais »: je souris. Je désire conduire ma Vie avec Positivisme; je vais me liberer des chaînes qui me retiennent attachée à des peurs insensées et qui frustrent mon enthousiasme.

Je me rapelle une histoire que me racontait mon père quand j´étais enfant: elle avait sa morale mais j´étais trop petite pour en saisir l´essence. Du coup, elle resurgit dans ma mémoire: est-ce que cela signifie que je devrais m´attarder à m´efforcer de la comprendre.

« Un homme voyageait sur un âne. La nuit arrive et le voyageur souhaite se reposer mais il n´a pas de corde pour attacher l´âne.

 Il songe que s´il s´endort, l´animal s´enfuira! Il est plongé dans ses réflexions quand soudain passe par là, un vieil homme qui habite seul, en hermite, à quelques kms de là. Il regarde le voyageur et  lui demande : « Quelque chose ne va pas ? » L´homme lui explique son soucis. Alors le vieil hermite lui suggère: « Faites tout simplement comme si vous lui passiez une corde au cou pour l´attacher à l´arbre! » Et il reprend sa route. Notre voyageur reste dubitatif mais il est très fatigué, donc il se résigne à appliquer le conseil.

Au matin, l´âne n´a pas bougé d´un pouce. Le voyageur est vraiment étonné mais content que le truc ait donné ce résultat. Il monte sur l´âne et lui donne l´ordre d´avancer, l´animal ne bouge pas; il lui donne une forte claque mais rien ne se fait! L´homme se rend chez l´hermite et lui raconte ce qui se passe! L´hermite lui recommande de détacher l´âne de l´arbre. Le voyageur lui rapelle que l´animal n´est pas attaché. Alors le vieil homme lui fait remarquer: « L´âne est convaincu d´avoir une corde autour du cou! Tant que vous ne lui donnerez pas l´impression qu´il est libre, il ne bougera pas! »

Le voyageur retourne à l´âne et s´exécute! Alors l´animal bouge.

La morale de ce conte semble être que nos croyances peuvent dépasser la réalité.

Alors, je me demande s´il ne serait pas bon que je fasse à nouveau le point sur ma Vie; car peut- être, que je me fais trop d´idées fausses sur ma relation avec ma soeur et que j´accorde trop d´importance négative à ses attitudes.

Je songe aussi que cette histoire peut aussi nous encourager à visualiser la Vie, le futur avec plus d´allégresse et d´optimisme. Sourire à son destin certainement nous permettrait d´obtenir beaucoup plus de feed back heureux!

Je marche d´un pas léger et je décide de parler avec Pierre. Je forme son numéro sur le portable: « Allo ma Belle, tout va bien ? » s´enquiert-il sur un ton mi surpris, mi inquiet. Je reconnais que généralement les appels sont souvent de son initiative, à moins que je doive lui communiquer quelque chose d´indispensable. « Bonjour mon amour, je sors du salon de beauté. Je me suis offerte un massage au chocolat! Délicieux! Je viens de renaître! » « Tu me donnes envie de t´imiter » s´exclame Pierre avec un éclat de rire joyeux!  » Dans le fonds, c´est ce que je vais de faire puisqu´on se retrouve bien à la salle de sport dans moins d´une heure, n´est-ce pas mon adorable chérie? » Je retombe sur terre, le ciel me tombe sur la tête…mais j´ai décidé de vivre positif, je rassemble les énergies et le peu de forces psychiques qu´il me reste pour répondre avec engouement: « Tout à fait mon amour. Je vais de ce pas à la maison pour prendre mes affaires de sport » « Bon dans ce cas à tout à l´heure ma Belle. Je boucle un dossier et je me rends à la salle moi aussi. Bisous, bisous! » « Bisous à tout de suite mon amour »

Mince, ce premier pas vers la visualisation de la Vie avec le sourire et sur le thème du Positivisme me semble bien plus complexe que cela ne me semblait!… Advienne que pourra!

21 mars, 2012

Entre Myriam et Maurice

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:08

Je franchis la porte de l´Institut de Beauté, dédié à la déesse égyptienne Nefertiti.

Je suis aimablement accueillie par une réceptioniste, qui prend note de mes désirs: « Bonjour Madame, quels soins désirez vous ? » Je suis encore un peu dubitative et surtout mon ignorance de cet univers me font hésiter: « euh, eh bien… » La jeune dame rétablit rapidement la situation : « Je pense que notre esthéticienne Myriam vous conseillera le traitement le plus adéquat à vos désirs! » Elle me sourit et m´accompagne à une cabine. « Installez vous ici quelques instants! »

Je m´asseois sur un fauteuil en cuir couleur ocre, profond et confortable. Je regarde autour de moi: au centre de la pièce une table de massage recouverte de son drap blanc avec une frange à petites fleurs bleues ciel. Sur ses côtés, des tables roulantes recouvertes de nombreux flacons, crèmes diverses et autres produits de beauté que je méconnais.

Je regarde vers le mur, au centre: un diplôme remis par une haute école de Paris. Plus loin des photos du groupe d´esthéticiennes et masseurs de l´équipe. Enfin, un tableau « Les grandes baigneuses »  de Paul Cézanne. Alors que j´observe la scène, entre l´employée qui va s´occuper de moi. « Bonjour, je m´appelle Myriam, j´espère que je ne vous ai pas fait trop attendre. » C´est une très belle femme, dont la beauté est réhaussée par les soins qu´elle apporte à son visage et son corps. « Non, pas du tout, j´admirais cette magnifique peinture! Elle me sourit et ses yeux pétillent. Leur bleu profond, dont les paupières maquillées avec des tons de jaune et d´or, est mis en valeur, me traverse mon regard et je cligne des yeux. « Disposez vous de temps pour une remise en forme complète? » me demande-t-elle pendant qu´elle semble évaluer les dégats qui se trouvent en moi. « Euh! je pensais terminer vers 17h00 car je suis inscrite à une salle de sports et je dois consacrer une heure complète aux différents exercices! » « Bon, je crois que nous pouvons commencer par un peeling complet du corps et du visage, d´accord? » dit-elle. J´acquièse de la tête. « Et puis, un massage au chocolat ? cela vous semble correct ? » « Oui, mais je dois aussi me coiffer; est-ce que je ne vais pas manquer de temps? » je m´informe auprès d´elle. « Non, pas du tout! Ce que je vous ai proposé va prendre une heure trente il vous restera encore une bonne heure pour vous coiffer! » « Bon dans ce cas je suis partante! » je m´exclame excitée par l´aventure.

« Bien, entrez dans le vestiaire et retirez tous vos vêtements. Passez le peignoir et revenez vous étendre sur la table! » Je m´exécute et m´installe sur la table sur le dos. Myriam a préparer une pomade, elle m´explique que le peeling sera réalisé avec une préparation à l´argile pour le visage car j´ai une peau à tendance grasse; elle étend le produit qui me recouvre l´entièrete de la face sauf les yeux et les lèvres. Ensuite, elle me couvre le corps d´une autre cosmétique. Le temps de repos est de dix minutes pour le corps et de cinq pour la figure. Elle retire rapidement l´argile de ma peau. Et puis elle me demande d´entrer dans la douche pour me rincer toute entière. Je retire toute la pomade et je me frotte avec le gant de crin que Myriam m´a remis avant de pénétrer sous la douche. Je ne dois pas toucher mon visage. Au bout de quelques minutes, je reviens dans la pièce après avoir à nouveau enfilé le peignoir.

« Comment vous sentez vous? » me demande l´esthéticienne. « Bien, très bien, avec une sensation de fraicheur intense!  » Je suis ravie que vous soyiez satisfaite, conclut Myriam. Je vais vous masser avec une crème antioxydante et contenant de la Vitamine A et B. Vous n´ignorez certainement pas que la vitamine A est excellente pour obtenir un meilleur bronzage! »

La crème apporte une sensation de fraicheur à ma peau et la délicatesse des mouvements circulaires détendent les muscles de mon visage: je me sens comme neuve. « Voilà, je vous apporte un miroir! Vous contasterez immédiatement les effets du traitements. Vous avez un éclat resplendissant! » s´exclame ravie l´esthéticienne. Devant mon nouvel aspect, je suis étonnée. Il faut reconnaître les bienfaits des produits et la qualité du travail. « Je me fais l´effet de Cendrillon, après le passage de marraine la bonne fée! »dis je en souriant.

« Bon, je vais maintenant vous envoyer Maurice qui s´occupera de vous impartir le massage au chocolat. C´est miraculeux: l´incidence du chocolat sur la fatigue est sans pareil! » Je sursaute en apprenant que ce sera quelqu´un d´autre qui va s´occuper de mon corps! Et de plus est, un homme. Mon visage a dû changer d´aspect car Myriam, inquiète, me demande: « quelque chose ne va pas Madame? » « Je suis simplement surprise que vous ne me proportionnez pas le massage! » « En fait, les massages sont toujours réalisés par des hommes car cette activité demande une grande résistance musculaire et cela leur convient mieux. J´espère que cela ne vous dérange pas. » « Euh!non! simplement que c´est innatendu! » Elle me sourit amicalement et quitte la pièce.

Je me retrouve à nouveau seule. Mon regard se voit attiré à nouveau par « Les grandes baigneuses » les traits des visages sont quasi inexistants tant les corps prennent de l´importance sur la toile. J´entends soudainement la voix douce et chaude de mon masseur, je me retourne vers lui et je prends conscience de la règle d´or de la maison: la  beauté offerte aux clients est véhiculée par le personnel. Maurice ressemble parfaitement à Adonis! Je reste hypnotisée par la puissance de sa musculature et l´ampleur de sa carrure oûtre sa grande taille. Ses cheveux mi longs blonds, légèrement ondulés couvrent ses épaules et ses yeux d´un vert émeraude brillent comme des pierres précieuses. 

« Il faut que vous otiez votre peignoir Madame. Vous pouvez mettre une serviette de bains autour de votre taille si vous vous sentez ainsi plus à l´aise. » me fait-il remarquer tandis que je me sens dévisagée! Comme pour relever le défi, je réponds: « Non, ce n´est pas nécessaire. Vous êtes un professionnel et je sais qu´en toute confiance, vous vous consacrerez strictement au massage » Je soutiens son regard avec un air moqueur pendant que je lui tiens ce discours. « Bien sûr, Madame. Je vous remercie pour la confiance que vous m´accordez! rétorque-t-il avec un air espiègle qui me fait rougir. Je comprends que j´ai probablement exagéré dans mes propos. « Excusez-moi, c´est la première fois que je me soumets à un massage corporel et je reconnais que je suis un peu nerveuse et le fait que ce soit un homme qui s´occupe de me l´administrer m´a mise un rien mal à l´aise! » je lui confie dans un murmure. Je remarque dans ses yeux qu´il a apprécié mon attitude.

Je détache le peignoir en lui tournant le dos; galamment, il m´aide à enlever le vêtement. Je m´enroule dans la serviette éponge. « Couchez vous sur le ventre, s´il vous plait! », je m´exécute. Maurice verse à partir d´une saucière le liquide tiède et  chocolaté, qui glisse le long de ma colonne vertébrale. Ensuite, il l´étend délicatement sur tout mon corps. Une fois enduite de chocolat, Maurice m´informe qu´il va m´emballer dans le papier thermique et qui permettra de chauffer mes muscles et de me détendre. Je reconnais que la chaleur qui ressort de l´accoutrement est très agréable et les arômes de chocolat agissent positivement sur mon humeur. Après 2o´de repos; le masseur retire la couche de papier thermique et avec une éponge ôte les traces de chocolat sur ma peau. Il m´invite à prendre une douche; au retour, il opère là un massage avec une pomade au chocolat/orange. Ses mains travaillent mon corps depuis les pieds jusqu´à la nuque en remontant mes muscles et en faisant des pressions circulaires aux endroits où la tension s´accumule le plus. Mon corps se laisse aller de plus en plus et je ressens l´impression d´atteindre le Nirvana! La douceur ferme de ces gestes m´impressionne: il est détecte au quart de tour, les régions de mon corps sur lesquelles il se doit d´insister et celles qui méritent plus qu´un massage une caresse! Je suis impressionnée par la qualité du travail. Malheureusement les bonnes choses ont une fin et bien plus vite, qu´on ne l´aurait désiré.

Je ne regrette pas le déplacement et ce bien que la facture soit plutôt salée :-(

3 mars, 2012

Institut de beauté : c´est décidé!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:26

Bonjour ma Belle,  comment se passe ta matinée? » m´interroge Pierre avec une voix très douce, ce qui inconsciemment me surprend un peu. « Bien mon coeur, je suis avec Monique dans le nouveau snack de la galerie commerciale du centre ville. Nous sommes entrain de passer commande pour déjeûner. Et toi, as-tu déjà mangé ? » « Oui, ma Belle, j´ai dévoré un plat de pâtes au saumon avec François; nous en avons profité pour régler les derniers détails du voyage de ce week-end….T´es-tu rendue chez le coiffeur comme tu le prévoyais ce matin ? Es-tu satisfaite de ton nouveau look? » Pierre m´assaille de questions sur mon planning de la journée, et je réalise que j´avais oublié toutes ces bonnes résolutions.

La conversation avec ma grande soeur me revient à la mémoire; je songe à cette soirée que je vais passer en sa compagnie…Le spectacle sera bon : Rock the  Ballet avec des artistes de première et des musiques de mon époque de Michael Jackson, Prince, Queen…la crème de la crème. Mais ensuite, il faudra faire contre mauvaise fortune bon coeur et supporter toute la prétention de ma chère frangine, qui en profitera pour étaler sa confiture sur le monde musical…Et puis, elle se vantera de sa vie si réussie, si organisée…

  »Ma belle, tu es là?  » s´inquiète Pierre à l´autre bout du fil. Je sursaute et réponds précipitamment: « Oui, euh, oui mon coeur. En fait, je ne me suis pas encore prise en mains.J´hésite entre aller simplement chez le coiffeur ou passer par l´Institut de beauté » « Hm, tu vises haut, ma Belle. Je pense que tu as des comptes à régler avec ta merveilleuse soeurette! » rétorque Pierre avec son humour ironique. « Arrête, ne me rends pas les choses plus compliquées qu´elle ne sont! » « Tu veux dire plus compliquées qu´elles ne te semblent ma merveilleuse chérie! Tu sais très bien que te lancer dans une compétition de ce genre avec Lucie ne va pas t´aider. Si tu veux mon avis mais tu le connais déjà: sois toi même. Pourquoi te contraindre à aller à l´encontre de ta personnalité, juste pour lui démontrer que tu es différente de ce qu´elle croit et de ce que tu es réellement ? »

Je sens une certaine tension monter en moi; mon esprit semble sens dessus dessous et perd le contrôle des émotions. Des larmes coulent le long de mes joues. Monique s´en rend compte et se saisit de mes mains, ses yeux montrent la tristesse qu´elle ressent de me voir dans cette situation. Je lui souris et je m´adresse à Pierre: « Tes propos sont très corrects …pour toi; mais moi, je n´ai pas ta force de caractère pour faire face à ma Soeur sans certains artifices! » Je me sens énervée parce que je pleure en public; d´accord, ce n´est pas une étrangère mais j´ai horreur de montrer mes faiblesses! Pierre remarque mon état d´esprit et répond: « Agis au mieux que tu peux, ce sera toujours parfait ma merveilleuse chérie! Je dois raccrocher, j´ai encore plusieurs documents à rédiger pour le week end. On se retrouve à 18h00 comme prévu! J´embrasse passionnément tes lèvres sensuelles. » Il coupe la communication avant même que j´ai le temps de dire au-revoir. Je range mon portable dans le sac.

Monique veut me parler mais la serveuse apparait avec deux assiettes de salade hawaienne. Une note d´exotisme ne me fera pas de mal; je suis décidée à me rendre à l´Institut de beauté, dès que Monique retournera travailler! Je m´auto-rebooste et affiche un large sourire à mon amie dès que nous sommes à nouveau seules; je ne veux pas qu´elle s´inquiète pour mes états d´âmes. « Que se passe-t-il Nancy? » me demande-t-elle en me scrutant atentivement. Je fuis son regard,  je considère Monique comme une muraille de Chine, rien ne peut la démolir; elle a toujours une répartie pour clore le bec de l´importun; un sourire pour faire face aux soucis imprévus….je me sens si fragile, si peu de choses à ses côtés. « Oh, rien de spécial, lui dis-je, ma soeur qui m´a invité à un spectacle ce samedi soir. » « Et? » insiste mon amie. « Tu connais le caractère de ma soeur, toujours à te chercher misère pour un oui, pour un non; à te juger, à te jauger!! » « C´est pour cela que tu veux te refaire une beauté…pour la remettre à sa place! Alors fonce! » m´encourage-t-elle. « Tu crois ? Pierre ne trouve pas cette attitude très d´à propos… » je lui confie en baissant la voix comme si je craignais qu´il ne puisse entendre. Monique hausse les épaules: « Les hommes n´y connaissent rien aux affaires de femmes! » Elle jette un oeil à sa montre, une rolex lady Datejust en or overose, dont elle est très fière et avec raison: c´est un modèle très élégant! « Je dois retourner au turbin! », annonce-t-elle avec sa flegme habituelle. Elle se lève et m´embrasse tout en se dirigeant vers la caisse pour payer. Je pense qu´elle est bien capable de payer pour moi, donc je me lève en saisissant ma veste et mon sac avec empressement pour la rejoindre. Je la rattrappe au moment où elle règle le montant de l´addition. Je lui communique mon désir de payer ma part; elle rit et me dit: « je veux que tu le dépenses en un massage facial…je veux te revoir lundi rajeunie de vingt ans! » « Tu n´as pas le droit de te moquer de moi! » je m´en prends à elle. Elle m´effleure le visage et me fait un clin d´oeil: « Allez, ciao ma Belle! » « Merci Monique, lundi, c´est moi qui t´invite! » Je quitte l´établissement et rentre à la maison.

14h00, il reste 4heures pour aller à la salle. Je décide de siroper une tasse de café et puis de me rendre à l´Institut de beauté. J´allume la TV et je vois un reportage sur les phoques qui me laisse pantoise:

Image de prévisualisation YouTube

Après ce moment si réaliste, je suis convaincue que tous ces hasards par lesquels je passe ont pour objectif, me faire réfléchir sur ma passivité et mon apathie face à la Vie. Je vide la tasse de café et esquisse un sourire en me remémorant ces sympathiques animaux prenant soin de leur forme :-) .

Je sors direction du salon de beauté, et c´est parti mon Kiki, abracadabra « une nouvelle femme sera, plus belle encore que Claudia Schiffer ». Je vais tous les étonner!

1 mars, 2012

Une situation épineuse!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:48

Un ange passe;  Monique et moi nous regardons dans les yeux comme à la recherche de l´étincelle qui nous donnera l´inspiration pour faire face à la situation présente!

Je me décide à briser « la glace »: « Voilà, c´est fini! Le  problème s´est envolé » m´efforce-je de déclamer avec une indifférence feinte et un sourire en coin.

Mon coeur bat à la chamade. Je m´asseois afin que mes jambes qui me semblent de coton n´aient plus à me soutenir. Monique fait de même de l´autre côté de la table.

 A son air, je sais qu´elle perçoit mes émotions. Je décide de faire une entourloupe dialectique: c´est fou comme on subit l´influence  de la morale, des préjugés, des stéréotypes et comme cela déteint sur nos réactions! »

Je regarde mon amie en m´efforçant de paraître calme et en espérant qu´elle va mordre à l´hameçon. « Que veux tu dire ? » me demande-t-elle interloquée. Je soupire pendant que je prépare une réponse qui m´aidera à la distraire de ce qui s´est passé! « Eh bien, nos pensées sont le fruit de tout ce que nous engrangeons dans notre esprit. Et ces « connaissances » nous sont inculquées en grande partie par l´éducation reçue à l´école, à la maison, à « l´église ». Nous forgeons aussi nos opinions à travers les échanges que nous avons avec nos parents, nos camarades, nos collègues, nos amis, nos voisins…et également, par ce que nous présente la TV, les journaux, magazines, radio. Donc, si nous ne sommes pas attentif à tout ce que nous apprenons, nous pouvons nous faire des idées bien fausses sur tel ou telle sujet, situation! »

Monique réfléchit un instant et rétorque: « C´est pour cela que nous devons faire appel à notre sens critique et ne pas gober tout ce qui se dit sans discernement! » Je saisis l´occasion pour ramener l´attention à elle, je dis donc (pendant que je jubile intérieurement): « Alors pourquoi tires-tu des conclusions hatives ? » Mon amie sursaute et réagit sur la défensive: « Que veux-tu dire ? A quoi fais-tu référence ? Tu es franchement bizarre, où veux-tu en venir ? »

Là. je prends le gouvernail de la conversation (avec brio, pense-je) tandis que je lui fais un sourire narquois: « Oui, je sais…mais c´est ainsi: tu t´es retrouvée dans le lit de ton ex-collègue et directement tu considères que tu as couché avec elle, alors que tu ne te souviens de rien! » Elle rit à son tour et me cligne un oeil: « Tu as raison, et sur ce sujet, je n´ai plus à me soucier de rien. Nous n´avons pas eu de rapports intimes…juste partager le même lit parce qu´elle n´a pas de chambre d´invitée et comme nous étions tellement ivres il nous était impossible d´ouvrir le divan lit! »

Je prends ses mains dans les miennes pendant que je m´adresse à elle: « J´espère que tu as tiré une bonne leçon de ce qui t´es arrivé alors! »  « Oui, en venant ici, après avoir pu contacter avec Mireille et qu´elle m´ait éclairé sur la question, j´ai beaucoup réfléchi. Je sais maintenant que j´ai pas mal d´à priori envers les homosexuels, sinon, je n´aurais pas été aussi inquiète d´avoir couché avec elle! Et comme tu le dis également, les apparences sont trompeuses! Je ne l´oublierai pas de si tôt! »

Après quelques secondes de silence, je reprends la parole: « Pourquoi es-tu « homophobe » ?  » Elle me répond tout en cherchant ses mots: « Je ne crois pas que je sois homophobe…seulement, je sais que j´aurais du mal à assumer si j´étais une lesbienne…j´ai remarqué que j´aurais peur de l´avouer à la Société…cela doit être une question d´éducation, comme tu l´expliquais il y a quelques instants! »

« La Société nous complique bien la vie! » dis je comme une sentence! Et soudain, nous prenons conscience que nous n´avons pas encore déjeûné et que le temps file. Nous nous saisissons de la carte et silencieusement consultons le menu. Au bout d´un moment, Monique appelle la serveuse: nous avons fait notre choix. Alors qu´elle passe la commande, mon portable sonne; je regarde le numéro avant de décrocher: il s´agit de Pierre. Je communique l´information à mon amie par signe et me dispose à faire face à cet appel!

10 février, 2012

« Ma mère m´a gavé d´histoire d´amour idéal, les idéaux constituent un grand handicap » citation de Marc Lévy

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:55

Voilà à quoi songe Nancy, encore tremblante et le visage blanc comme un linge, installée tournant le dos à l´entrée: il est clair que Jean Paul ne me laisse pas indifférente mais pourquoi ? Je ne le connais pas. Le seul contact que j´ai eu avec lui se résume à cette carte de visite qu´il m´a glissée dans la main pendant qu´il s´efforçait de me laisser une bonne impression de lui., Je reconnais que cela ne manquait pas de romantisme!  Mon côté fleur bleu est-il remonté à la surface ? Ou simplement, son aspect physique me séduit plus que je ne veux l´admettre. N´y a-t-il en moi que de l´attraction ?

Je veux écarter de mon esprit sa présence dans la salle pour me concentrer sur Monique, mais au bout de quelques secondes, mes pensées vaguent à nouveau sur ce moment où nous nous sommes rencontrés. Sa tenue m´indique clairement que cet homme  occupe un poste important là où il travaille. Il se peut qu´il soit même le directeur de sa propre entreprise. Je continue ma rêverie…le prince charmant est à ma poursuite, amoureux de moi, un coup de foudre; il met une annonce dans les journaux disposés à remuer ciel et terre pour me localiser! :-) Il fait une campagne télévisée, mon portrait robot est diffusé… que dois-je faire ; je suis une femme mariée mais je l´aime! Je soupire et du coup je constate que je me suis laisssée entraîner dans le monde de mes fantaisies. Ah! que je peux être naïve!

Le silence qui se fait dans le snack me fait présager que Monique vient de franchir la porte. Mon amie a une prestance très particulière, il se dégage d´elle un air ensorceleur; elle mesure 178 cm et elle pèse 60kg: ses mesures sont sa fierté, elle prend particulièrement soin de son image ce qui lui donne ces résultats. A son passage, personne ne reste indifférent! Je compte les secondes qui nous séparent; quels sont ses sentiments à cet instant précis ? A-t-elle récupéré son moral…si enjoleur en temps normal ! Je ne peux l´imaginer effondrée, elle qui représente la joie de vivre, l´énergie positive et entraînante qui met « le feu partout où elle passe »!

« Bonjour Nancy! » Sa voix me rassure, elle marque son optimisme. Je lève les yeux vers elle. Elle ajoute: « Pourquoi tournes-tu le dos à la porte! » Ses paroles me rappellent ma situation, je pose un doigt sur mes lèvres et lui fait signe de s´asseoir; elle s´exécute avec un regard interrogatif. Alors, je lui demande: « Est-ce qu´il y a un monsieur assis à la deuxième table à côté de la porte d´entrée, du côté droit de la fenêtre ? » je la fixe inquiète. Elle vérifie et acquiesce de la tête n´osant plus parler. Je souhaite m´assurer qu´il s´agit bien de Jean Paul, je l´interroge à nouveau: « Comment est-il vêtu ? » « Il porte une chemise rouge carmin de Pierre Cardin et une cravatte bleu foncé à fines rayures rouges, je crois que c´est de Pierre Cardin aussi. Un très bel homme d´ailleurs » se risque-t-elle à remarquer. J´hausse les sourcils contrariée.

Je lui révèle l´identité de l´inconnu. Monique reste bouche bée mais réagit au quart de tour, avec comme à son habitude une idée farfelue de son crû:  » Va aux toilettes et reviens en passant devant sa table, fait tomber son trousseau de clefs près de sa chaise, pour qu´il te remarque…et tu sauras s´il se souvient encore de toi! » « Tu es folle! » m´exclame-je en étouffant le cri qui s´est échappé spontannément de ma gorge! « Pourquoi ? C´est lui qui s´est imiscé dans ta vie non ? Et bien, maintenant, à toi de vérifier qui il est vraiment! » « Et s´il ne m´a pas oubliée…à quoi cela va-t-il mener ? » je rétorque assez irritée par la situation. « Là où tu le voudras: un café, un resto, une partie de jambes en l´air ou….une relation amoureuse! » me répond-t-elle avec son air espiègle habituel! Je la sens très détendue et son « aventure » avec sa collègue me revient à l´esprit. Je lui en fais part mais elle ne semble pas vouloir en discuter pour l´instant savourant ma torture avec ravissement.

Elle insiste encore: « Tu n´as rien à perdre…plutôt tout à gagner! » « Ça c´est toi qui le dit: je vais surtout me fourrer dans de beaux draps! » « hm….je vois que ton inconscient te trahit tout seul: tu as envie d´une aventure ou plus avec ce beau mâle! » « Pas du tout! » je lui réponds sur un ton renfrogné. « Oh! moi je ne te reproche rien, je penserais comme toi…! » rétorque-t-elle guillerette! Je commence à m´énerver et à me sentir acculée, l´esprit contre le mur! « Je ne veux rien avec Jean Paul! » « Jean Paul…je vois que tu l´appelles déjà par son petit nom! » « Tu m´ennuies! Ce n´est pas drôle, en plus c´est de ta faute, si nous sommes ici! » lui fais-je remarquer. « C´est pourtant toi qui m´a révélé sa présence dans ce snack…alors pourquoi ? » me demande Monique. Elle a raison, pourquoi ai-je partagé cette information, si elle n´était pas importante pour moi: pour que Monique « fasse sa connaissance » et que cela flatte mon égo; pour que Monique m´encourage à me rapprocher de lui et que je ne me sente pas coupable (si au fonds, j´en ai envie)…quelle est la raison exacte ? Je reste silencieuse pendant que ces idées trottent dans ma tête.

Monique revient à la charge: « N´hésite pas…ou tu continueras à tourner et retourner dans ta tête ce problème! » Me voilà, convaincue, je me lève de la chaise…mais Monique me saisit par le bras tandis qu´elle regarde dans la direction de la table de Jean Paul; je tourne la tête et je vois que ce dernier enfile son manteau et rapidement quitte l´établissement!

Mon visage se transforme; j´ai l´impression que le « ciel vient de me tomber sur la tête »! Monique me rejoint de l´autre côté de la table et m´entoure les épaules de ses bras réconfortants.

Je souhaite vous inviter à rejoindre le blog de Clara, claramicalement . En effet, c´est sur son article que j´ai trouvé l´inspiration pour le titre du mien et pour une partie donc de l´histoire.

27 janvier, 2012

Une ronde d´émotions de tous types !

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 10:19

Le temps file et la vie continue….Je prends mon courage à deux mains et décide de me faire couler un bain chaud avec des huiles parfumées et revigorantes, j´aurais bien opté pour celles relaxantes mais l´envie de dormir qui me tient est telle que le résultat aurait été immédiat et il me faut surtout retrouver du dynamisme et de l´énergie pour affronter les obstacles en perspective de cette journée à laquelle je suis loin de voir le bout du tunnel! Je soupire pendant que la baignoire se remplit.

Je me dépouille de ma descente de lit et j´entre dans l´eau chaude. Je me frotte sur la nuque avec l´éponge, je me masse les épaules et j´utilise le gant de crin pour le ventre, les jambes, le dos et les bras. Je décide de ne pas prolonger le moment du bain et je me rince avec le pommeau de la douche.

J´ai déjà une idée de la tenue que je vais enfiler. Je me sèche, je m´enduis de la crème hydratante et me glisse dans mon peignoir. Je me rends dans la chambre et je sors de la garde robe: un tailleur pantalon gris perle, un chemisier rose pâle en soie. Je mets des dessous couleur chair : soutien gorge à balconnets et culotte assortie à taille haute, cette lingerie est à dentelle anglaise. J´attache mon chemisier et le laisse déboutonné sur deux boutons, je rentre dans le pantalon et attache la ceinture. 

Je retourne dans la salle de bains, je me maquille à peine malgré ma grise mine…je n´en ai que faire! Je suis submergée par les soucis!

Je retourne au rez de chaussée et je remarque que la télé n´est pas éteinte; j´entre dans le salon pour la déconnecter. Un reportage sur les éléphants est transmis par le Nacional geographic que j apprécie par la qualité de leurs investigations. Les images du documentaires traitent du comportement de ces animaux en présence d´un des leurs, décédé. Malgré ma hâte, je reste hypnotisée par la douceur, la tendresse, l´attitude de ces mamiphères dans cette situation.

Image de prévisualisation YouTube

Des larmes coulent sur mes joues, et je les essuies effondrée et rageuse. Je refoule un sanglot et j´en veux à la Société hypocrite, surnoise et manipulatrice! Je m´en veux de ma naïeveté!  Je songe à ces éléphants qui rassemblent les os de leur semblable qui est mort, il y a quelque temps, mais qui leur cause une douleur sincère! Alors: les animaux n´ont pas de sentiments ??!!! Nous, les bons samaritains, nous jugeons à tire larigot, tout et rien, pour le plaisir d´avoir une opinion!!! Nous critiquons parce que nous sommes les Êtres Humains, « les animaux intelligents« !! Nous avons pouvoir, autorité pour chasser, pour enfermer en cages nos semblables: car nous aussi sommes des animaux!!! Humains, civilisés : quel sens donné à la civilisation est ce un synonyme de cruauté ? Je n´ai qu´une seule envie me recroqueviller dans un coin obscur et m´écarter du monde. Je soupire, un noeud à l´estomac, un autre à la gorge. J´éteins le téléviseur.

 je me rends dans l´entrée devant le miroir, je me retouche vaguement le maquillage. Je serre un foulard gris en soie autour de mon cou. Je décroche un trois quart rose pale et je change mes pantoufles pour des mocasins gris perle à talon aiguille. Je saisis ma pochette de même couleur et je franchis la porte, une bouffée d´air frais me fait frisonner. Dans mon esprit, les gestes de ces êtres vivants vis à vis du squelette d´un des leurs, tournent en boucle.

 J´arrive finalement au snack de la galerie commerciale où j´ai rendez vous avec Monique. Malgré l´heure tardive pour le déjeûner, il y règne une certaine tranquillité. Quatre tables sont occupées par des groupes de fonctionnaires du ministère des affaires économiques situé à une centaine de mètres de là. Deux tables sont prises  par des personnes seules. A l´une d´elle est installée une dame agée d´une soixantaine d´années. J´immagine que c´est une veuve retraitée lasée de manger dans la solitude de son foyer. Devant elle, une assiette de pâtes bolognèse et un verre de vin. A l´autre, un monsieur caché par son journal. Au moment où je choisis ma table, une serveuse apporte la commande à cet homme: une plat d´américain préparé accompagné de laitue et de pommes risolées. Il plie son journal….Mes jambes flageolent et je me retiens au dossier de la chaise, mon visage devient livide… Cet inconnu n´est autre que Jean Paul! Oh! Mon Dieu, pourvu qu´il ne me voit pas. Je contourne la table pour m´asseoir en lui tournant le dos! Quand est-ce que ce manège infernal va s´arrêter! Mon coeur bat à mille à l´heure!

22 janvier, 2012

Jamais deux sans trois!!!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:32

Le téléphone sonne et je songe :  jamais deux sans trois! Un peu échaudée, je regarde l´origine de l´appel avant de décider si je décrocherais ou pas. Je souris, il s´agit de mon amie Monique  . Je suis toujours ravie de recevoir de ses nouvelles; je l´apprécie au plus haut point. « Bonjour mon rayon de soleil » je salue avec plaisir. Bonjour, ma chérie,  me répond-t-elle. « Comment vas-tu? lui demande-je. En fait, je voudrais avoir ton avis…me confie-t-elle d´une voix tremblante. « Que se passe-t-il?  » dis-je inquiète. C´est un peu délicat, doute-t-elle à m´avouer. « Tu sais que tu peux compter sur moi Monique » lui fais je remarquer d´un ton ferme et rassurant. « Bon, j´y vais: hier, après le bureau, je suis allée boire un verre avec une ancienne collègue: Mireille. Elle m´avait téléphoné durant la journée et nous avions décidé de passer un peu de temps ensemble. Cela faisait presque six mois qu´on ne se voyait plus et on ne voulait pas que le temps faisant, la relation cesse. Comme c´est souvent le cas, tu sais… » « Oui, en effet, on commence par ne plus se voir, on continue par ne plus s´appeler et finalement on s´oublie complètement » dis-je. « C´est cela! » s´exclame Monique, comme soulagée. « Donc, je suis rentrée me changer et à 19h00, je me suis rendue au café « des beaux Arts » près de l´artère des théâtres et des cinémas…. » J´acquièse et elle poursuit: « Nous avons fait le point sur nos vies, autour de quelques gin tonic et puis nous avons parlé du bon vieux temps et bu encore quelques verres… » « Bref, vous étiez bien guillerettes! » interviens-je « Un peu oui…Nous avons ri et nous étions sur la même longueur d´ondes. Il y avait une grande complicité, on aurait dit qu´on se connaissait depuis toujours. C´était une impression bizarre, car même quand on travaillait ensemble, on n´était pas autant au diapason! » Ces paroles me marquent au fer rouge, je me sens baffouée: ma meilleure amie attache du coup une importance qui me semble démesurée à cette femme qui, n´a fait que traverser sa vie, alors que je connais Monique depuis le lycée!!! Je me retrouve de l´autre côté du fil, le moral dans les chaussettes, alors qu´elle même paraît inquiétée par quelque chose! « Et où veux-tu en venir? » lui demande-je d´un ton agacé. « Nous sommes sorties en boîte! Nous avons dansé jusqu´à l´épuisement… » « Et tu as rencontré l´homme de ta vie! » dis-je en l´interrompant.  » Euh! pas vraiment!… » Je perçois comme un froid « Alors…? » « Alors,  Mireille et moi avons eu une relation…charnelle! » « Quoi! Monique a prononcé ces mots si vite que je m´accroche à l´espoir d´avoir mal compris ce qu´elle s´efforce de me confier et que mon intuition me souffle aussi depuis un moment! « J´ai couché avec Mireille! » répète-t-elle d´une voix tremblante. « Mais comment as-tu fait cela ? »  je suis sidérée. « J´avais trop bu, je te l´ai déjà dit! » « Mais cela n´explique pas ce comportement…ce n´est ni la première ni la dernière fois que tu te saoûles et que tu sors en boîte avec des filles! Et tu n´as jamais fait l´amour avec une autre …Enfin,bref! Et dis moi, quels sont tes projets de futur avec ta nouvelle conquête? je lui demande avec une amère ironie. « Je ne m´attendais pas de ta part à cette réaction, j´aurais espéré plus de compréhension et de soutien! » me fait remarquer Monique. Je m´en veux et je lui dis: « Excuse-moi! On ne va pas se disputer maintenant!… Je peux te poser une question intime ?  » Elle me donne son consentement et je me lance: « As-tu aimé ? Penses-tu que tu es bi-sexuelle ? » Elle s´effondre en larmes: « Je n´en sais rien! Je ne me souviens de rien!  » « Dans ce cas, soit tu tournes la page comme si cela ne c´était jamais passé…ou tu retentes l´expérience? » « Tu es folle! Aucune des solutions ne me parait correcte! » mon amie semble choquée par mes suggestions! « Alors comment vas-tu réagir? Je suppose que tu as envisagé l´avenir? As-tu parlé à Mireille depuis ce qui s´est passé ? » « Non, elle était déjà partie quand je me suis réveillée, elle travaille maintenant dans un hopital comme secrétaire à l´accueil et elle prenait la pause de 06h00! » « Oh! et tu n´as pas reçu de ses nouvelles ? Penses-tu l´appeler ? la revoir ?… Je crois que tu dois faire face à la situation; cela ne sert à rien de jouer à l´autruche! »  « C´est facile à dire pour toi…et je ne sais même pas si j´ai apprécié et si Mireille est homosexuelle et elle s´imagine que je suis amoureuse d´elle! » « Monique, avec des si tu mettrais Paris dans une bouteille et la tour Eiffel dans son bouchon! » « Nancy, il faut qu´on se voit, j´ai besoin de ta présence! » « Je peux te rejoindre pour ton heure de déjeûner! » « D´accord, merci ma Belle, je te suis sincèrement reconnaissante! » « Courage, ma chérie, tout va s´arranger! »

Je raccroche et l´envergure de la nouvelle me dépasse: je suis déconcertée!  Est-ce un rêve, un cauchemard plutôt! Quelle matinée! J´aurais mieux fait de ne pas me lever!!! Je reviens à la réalité: il me faut aller chez le coiffeur! …Et si je retournais me coucher :-(

123
 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage