De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

5 décembre, 2011

Piquée à vif! :-(

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:33

Ces aliments qui composaient le petit déjeûner semblent m´avoir redonné l´énergie pour faire face à la journée. Je téléphone à la salle pour l´inscription de Pierre. La secrétaire prend note de son identité et me prie de passer régler la quote part avant la première séance. Elle s´enquiert auprès de moi s´il y a une préférence pour un moniteur en particulier; je saisis ma chance et je lui demande de ne pas lui attribuer Karl pour des motifs personnels. Le choix se porte alors sur Eric. Je raccroche et je souris satisfaite. Sur mon téléphone portable, je rédige un message à mon époux l´informant de la situation: « Mon coeur, j´ai entrepris les démarches nécessaires pour ton inscription à la salle! J´espère que tu y apprécieras l´ambiance, les programmes et ton coach! Je t´aime, bisous »

Je fais attention à l´heure: il est dix heure quarante. Je me retrouve indécise devant un planning vide avant dix huit heures. Encore un jeudi morose qui semble se profiler à l´horizon. Je m´empare de la vaiselle du petit déjeûner et je ramène tout dans la cuisine, je fais tourner un lave-vaiselle. J´entends la sonnerie du téléphone et je m´empresse d´aller répondre. Il s´agit de ma soeur: « Bonjour soeurette comment vas-tu ? » m´interroge-t-elle. « Ça peut aller grande soeur »…Tu es occupée ? ajoute-t-elle; comme le spectacle a lieu après demain, je désirais m´assurer qu´aucun imprévu ne va bouleverser notre programme. « Ah! oui…déjà après demain, fais-je remarquer… ne t´inquiète pas! je trouve génial qu´on puisse assister ensemble à cette représentation musicale! » Bon dans ce cas, on se fixe rendez vous samedi à 19h00 et on dîne ensemble avant le spectacle, cela te convient ? « D´accord, mais je te préviens que je suis au régime! » … Au régime ? Alors là, tu me surprends! Tu m´expliqueras cette soudaine attitude par rapport à ton corps…y-a-t-il de l´eau dans le gaz avec Pierre ? « Non pas du tout, je rétorque à la chipie de ma soeur ainée, toujours disposée à semer la zizanie si c´est possible, d´ailleurs, il se fait que nous commençons ensemble un programme de remise en forme dans une salle de sports! » Mes félicitations soeurette! Bon dans ce cas, à samedi devant le théâtre nous déciderons sur place le resto qui conviendra le plus. Bisous,bye, bye »…Bisous, à samedi!

Enragée, par les derniers propos de ma frangine, je décide de me rendre chez le coiffeur. Je suis oûtrée par les réflexions négatives que profère si souvent votre entourage, dès que vous envisagez un changement dans votre quotidien. Mon portable sonne, il s´agit de Pierre; j´essaie de calmer ma colère et je réponds à l´appel : « Bonjour mon coeur, ta matinée se passe bien ? » Oui, ma belle. J´ai bien reçu ton message et je voulais te remercier d´avoir pris la peine de t´occuper de mon abonnement à la salle. Tout va bien de ton côté ? Tu as des projets pour la journée ? …Oui, tout va bien mon coeur. Je vais passer chez le coiffeur et puis à la salle car il faut régler ta quote part…. « Bien ma Belle, très bien. Tu veux changer ton look ? » s´informe Pierre. « Oui et non. En fait, comme samedi je sors avec ma soeur assister à Rock Ballet…et comme tu sais à quel point elle cherche toujours la petite bête, j´ai eu envie de retoucher mon image! Tu comprends n´est-ce pas mon coeur ? » …. Tu fais bien ma merveilleuse chérie; à ce propos, je serai à l´étranger ce week end. Je dois prendre l`avion pour Rome samedi à 9h15 et serai de retour lundi à 8h45…nous sommes convoqués pour un meeting international. C´est vraiment une sympathique coïncidence que ta soeur et toi ayez organisés une petite réunion entre vous deux. Je me sentirai plus tranquille en te sachant en sa compagnie! déclare Pierre. « Dis moi, vous êtes combien à partir de ton bureau ? » je veux savoir. « Nous sommes quatre : François, Jean, Marc et moi…bien sûr, Claire la secrétaire particulière du directeur nous accompagne aussi… Ma Belle, je dois raccrocher. Il faut que je rejoigne Marc pour mettre au point une stratégie…nous nous retrouvons à 18h00, devant la salle. Je me réjouis de te voir avec ta nouvelle coiffure…encore plus jolie que d´habitude…bisous merveilleuse chérie! » Bisous…

Encore un coup de poignard dans le dos, le deuxième de la journée…on dit: jamais deux sans trois, quel sera le troisième?

L´envie d´aller chez le coiffeur s´est fortement aténuée, si ce n´était pas une question d´orgueil, de dignité…je m´étendrais dans le canapé jusque 17h00,voir plus!emoticone

24 novembre, 2011

Face à l´anorexie/boulimie :-(

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:26

A mon réveil, je me sens nauséeuse pourtant je n´ai pas ingéré une quantité d´alcohol qui puisse provoquer cet état. Je reste étendue, me rémémorant la soirée d´hier. Je m´efforce d´analyser la situation. Je prends soudain conscience que mon corps réflète l´état de mon esprit: vasseux. J´ai perdu le contrôle de ma vie! Est-ce négatif ? positif? Sur cette interrogation, je sors du lit et me rends dans la salle de bains; sous la douche, j´ai même envie de chanter et je fredonne : « d´amour et d´amitié ». Pendant que l´eau glisse sur ma peau, je pense au déroulement de ma journée. Il me revient à l´esprit le désir de Pierre de s´inscrire à la salle de sports et de m´accompagner aux séances d´entraînement. Je respire profondément et sors de la douche. Je m´essuie et réfléchis: la présence de mon mari en ces lieux est-elle vraiment hors de propos ? En fait, je sais que ce qui me gène c´est de voir rassembler dans la même pièce Karl et Pierre. Peut être ai-je envie de minauder auprès du bel athlète ? Pourtant Pierre n´est pas mal bâti…mais je n´ai plus rien à conquérir…tout au plus à reconquérir: mais en ai-je envie ? 

Dans la cuisine, je vois sur mon set de table une feuille de papier et dessus une boite étroite et allongée emballée dans du papier cadeau. Je m´en empare directement, étonnée de découvrir ce nouveau cadeau surprise. Je retire prestement l´emballage et j´ouvre la boite: une très belle ceinture en cuir couleur bordeau.  Je prends la note et je lis: « Ma Belle, j´espère que tu as bien dormi et que tu es en pleine forme, disposée à faire face à une nouvelle journée, guidée par le soleil de l´optimisme et de la joie, de te rapprocher de tes objectifs. A ce sujet, il m´a semblé utile de te proportionner cette ceinture pour que tu vois les progrès au fil du temps se marquer à chaque nouveau cran atteint. N ´noublie pas de faire les démarches nécessaires pour mon inscription, si cela ne te pose aucun problème. J´aimerais que nous nous donnions rendez vous à la salle à 18h00: est-ce que cela te convient ? Je t´embrasse de tout coeur à ton endroit préféré (sourire) et j´espère que ce que nous avons manqué hier soir n´est que partie remise (sourire). » Je soupire et plie le papier en deux. Je le dépose sur la table à côté de la ceinture. Je me dirige vers le frigo et saisis le tetrabrick de lait écrémé, je m´en verse un verre plein et commence à le siroter avec une moue dégouttée. Je constate que le régime me fait perdre l´appétit, j´ai bien envie de m´abstenir de manger…mais les consignes lues dans la brochure remise par mon coach me reviennent à l´esprit: « le déjeûner est le repas le plus important de la journée ». J´ouvre à nouveau le frigidaire, je prends la barquette de fromage philadelphia light et du jambon dégraissé. Je prends dans la boite à pain deux tranches d´intégral. Je compose mon sandwich et attrape une orange dans le plat à fruit au passage tandis que je me rends avec ses provisions dans le salon. J´allume la télé et zappe les canaux. Soudain, cette publicité cause  en moi un impact douloureux:

Image de prévisualisation YouTube

La problématique de l´anorexie/boulimie ne me laisse pas indifférente et souvent je m´interroge sur la frontière entre nos diètes et ce trouble alimentaire. Quelle est la barrière ? Comment se franchit-elle ? Cela constitue-t-il un problème de Société ou un problème personnel ? Là, je suis prise par une peur au ventre : pourrais-je tomber dans cette tourmente ? Je regarde le sandwich et l´orange, incapable de les porter à ma bouche, je me donne l´impression d´être hypocondriaque! Mais cette situation est grave, la dérision n´est pas d´à propos! Je m´efforce de me rémémorer tout ce que je sais sur cette thématique: très peu sauf qu´une fois qu´on entre dans ce cercle, on n´en ressort pas; l´épée de Damoclès reste indéfiniment au-dessus de votre tête. Tant de personnes ont succombé à cet horrible fléau!

Je décide de rapporter ces pensées sur mon carnet de bord destiné à Karl. Je lui confie mes craintes de voir mon besoin de maigrir tourner à l´obsession. Après ces confidences, je referme le cahier et je mords à belles dents mon sandwich fromage/jambon. ¡Vraiment trop bon! Finalement, je ne crois pas que je sois graine d´anorexique!

16 novembre, 2011

Autour de la table! :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:47

« Mangeons avant que cela ne refroidisse! » suggère Pierre faisant mine d´être attablé devant un savoureux repas. Avant de mettre en bouche, un calamar à la romaine que détient sa fourchette, il s´intéresse à ma nouvelle activité : « Décris moi l´ambiance de la salle de sports et comment fonctionne ton programme ? » Je suis indécise sur la manière d´apporter réponse à sa question, dois je lui parler de Karl en premier, laisser cette information pour la fin? il s´agit pourtant d´une pièce importante de l´activité! Malgré tout, je remets à plus tard, d´évoquer le sujet! « Bon appétit mon coeur! dis-je en ébauchant un petit sourire, avant de lui expliquer… : Je me suis inscrite à un centre qui se situe près du Centre Commercial, dans un tout nouveau local. Ce sont des installations très modernes. J´ai constaté son énorme succès puisqu´il y avait foule quand je m´y suis rendue ce matin pour la première leçon. » …Dans ce cas, je pense que la qualité de ses services doit y être pour quelque chose, intervient Pierre… Oui, du matériel moderne est mis à disposition du public et le personnel surveille sa bonne utilisation… As-tu fait des connaissances ? me demande mon mari sur un ton désinvolte, qui me pousse à la défensive: « Non, euh, non rien que les employés de la salle! » …Ce n´est rien, puisque demain nous irons en couple! tranche Pierre avec entrain. Il se penche sur moi de l´autre côté de la table et effleure mes lèvres d´un baiser: « Ces plats m´ont complètement rasassié. J´avais une faim de loup! Mais toi ma Belle, tu picores comme un oisillon! Ne prends pas tant à coeur ton régime! »

La gorge serrée, les aliments ne passent pas. L´estomac noué, je suis incapable d´avaler une bouchée, pourtant je ne devrais pas manquer d´appétit n´ayant rien avalé depuis le matin… Je voudrais décourager mon mari d´exécuter son projet, cependant je me sens coupable de cette pensée! « Dis moi mon coeur, tu seras souvent parti, maintenant que tu occupes ces nouvelles fonctions ? » je m´enquiers auprès de Pierre. Il éclate de rire: « C´est donc cela qui te tourmente ma merveilleuse chérie ?…Ce seront seulement quelques jours par moi! Ne t´en fais pas, tu ne t´en rendras même pas compte!…Rassurée ? » Il se lève et me rejoint de l´autre côté de la table. Il me prends par la même pour que je me mette debout. Sa main se glisse sous mon menton le redressant et me fixant dans les yeux, il ajoute: « Ton bonheur est ma principale préoccupation! Je ne serais pas heureux si tu souffrais… d´accord? » Je souris sans trop de conviction mais cela me fait plaisir à entendre. Nos lèvres se rejoignent et la douceur des siennes m´apportent un certain bien être. La pointe de sa langue se promène sur le contour de ma bouche qui s´efforce de l´attraper. Le baiser devient un jeu que nous connaissons tous deux!emoticone La main de Pierre masse ma nuque pendant nous prolongeons cette étreinte.  Les idées noires qui traversaient mon esprit s´envolent momentannément et je me laisse aller au désir que produit en moi, la caresse forte et rassurante de mon Homme.  Ses lèvres ont abandonné les miennes et parcourent mon cou, jusqu´au creux de mes épaules éveillant en moi le plaisir de ce chatouillement. Mes mains se décident enfin à découvrir le mystère sous la robe de chambre: y trouverais-je un autre vêtement ? »emoticone. Mes doigts palpent en effet son pyjashort en soie, l´image se dessine dans mon esprit, pendant que mes doigts caressent la texture très agréable au toucher. Mon peignoir a glissé sur le sol et Pierre s´atèle à détacher mon soutien gorge, tandis que ses lèvres coquines prennent soin de mes seins et me font vibrer sensuellement! Vibrer! c´est le mot qui convient pour le son qui parvient à nos oreilles, le téléphone sonne de manière intempestive !  Je serais disposée à ne pas déccrocher mais ce n´est pas le cas de mon mari. Qui d´un air désolé, se dirige vers le maudit appareil! « Oui, dis moi Laurent….demain à 9h00, je te transmets les documents officiels…Tu as besoin de consulter les copies maintenant…pour préparer la réunion…cela ne peut pas attendre, je comprends…je te fais un compte rendu et je te l´envoie…j´en aurais pour environs une demi heure…A demain Laurent, oui au revoir! » Pierre se retourne vers moi, je le regarde, mon air ne laisse pas de doute: ma déception et mon mécontentement s´affichent clairement. « Je suis vraiment désolé, ma douce merveille » (Tiens c´est un nouveau mot doux) « Laisse, ce n´est pas grave, je vais me coucher, je suis fatiguée! » « Ne te fache pas, j´arrive immédiatement. Je prendrai bien soin de toi » Pierre s´efforce de me convaincre. Je ne réponds pas et je monte dans notre chambre. J´enfile une nuisette mauve et me glisse sous les draps, couchée de côté, je songe à demain, à Karl, à la salle de sports et aux intentions de Pierre. De nouveau l´inquiétude m´assaille; les doûtes par rapport à mon mari m´affleurent.

J´entends son pas dans l´escalier, je ferme les yeux et m´efforce de rejoindre Morphée et son univers. Mon mari passe la porte: « Coucou ma Belle, je suis déjà là….Tu dors ma merveilleuse chérie? » Il entre dans le lit et m´enlace doucement et serre contre moi, depuis mon état de sommeil, je perçois sa chaleur et sa force virile.

 

 

 

10 novembre, 2011

Une suprise très surprenante!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 17:32

Au moment où je repose le combiné téléphonique, Pierre réapparait vêtu de sa robe de chambre en coton noire à fines lignes rouges et ceinture de couleur assortie. Malgré la distance, la fragance poivrée de son parfum Kouros d´Yves Saint Laurent arrive à mes narines. Je m´interroge sur ce que mon gentil petit mari peut porter sous son vêtement: a-t-il oui ou non des dessous ? Je prends conscience des délires de mon esprit et je rougis: je dois franchement être en manque!emoticone

Je m´adresse à Pierre: « Si tu le permets je vais moi aussi me rendre à la salle de bains, et me changer! J´ai besoin d´un bain relaxant, cette séance de musculation m´a laissée fourbue! »

- Mets toi à l´aise ma belle. Dis moi, à quelle heure passera le traiteur ? me demande-t-il à son tour. « J´ai réservé pour 21h00. J´espère que ce n´est pas trop tard à ton goût mon coeur. » lui fais-je savoir…C´est parfait, cela nous laisse du temps devant nous, m´annonce-t-il avec un clin d´oeil que je n´arrive pas à definiremoticone

Je prépare l´eau de la baignoire, j´y jette les sels de bains et je mets le réveil de mon téléphone portable. Je le programme sur un quart d´heure, je ne désire pas prolonger trop mon estance dans cet endroit et laisser mon coeur tout seul.  Pendant que je me détends et mes muscles se décontractent grâce à la douce chaleur de l´eau, je songe à ce que je vais enfiler : dois je mettre une nuisette sous mon peignoire ? de la lingerie fine ?…quelle obsession!emoticone  Je hausse les épaules et décide de porter de jolis dessous, je sais que c´est le péché mignon de Pierre!emoticone  Impulsée par la sonnerie, je sors de la baignoire, je m´essuie, j´hidrate ma peau et je m´asperge de quelques gouttes de parfum de Thierry Mugler mon préféré. J´entre dans la chambre et je prends un soutien gorge pigeonnant en satin bleu marine à dentelles et un slip assorti, je les passe et je les surmonte de mon peignoire couleur crème.

Je descends rejoindre Pierre, satisfaite de ma tenue. Quand il m´entend dans les escaliers, il m´appelle: « Merveilleuse chérie, je suis dans le salon! » Cela faisait un bail, qu´il n´employait plus ce doux surnom pour s´adresser à moi. Je sens l´émotion monter en moi et mes jambes flageolent. Je m´empresse de me diriger vers cette pièce, je constate que la porte est fermée. Je la pousse et là, l´absence d´électricité se fait remarquer, tandis qu´ une dizaine de petites bougies éclairent l´endroit d´une lumière diffuse.

Mon homme s´approche de moi et me conduit jusqu´au canapé qu´il a recouvert d´un drap de lit, je suis surprise au point de ne prononcer mot. « Retire ton peignoir et étends toi ma Belle » Je me dispose à me coucher sur le dos mais il me fait signe de me mettre à plat ventre. Il s´agenouille à mes côtés et sort de sa poche un petit flacon: « tu mérites un bon massage » dit-il en versant de l´huile essentiel d´eucalyptus sur ses mains. « Tu as fait de grands efforts aujourd´hui et tu vas attraper des crampes » ajoute-t-il avec tendresse, amour ? peut-être dans le fond! Il pose ses mains sur mes reins, je frisonne. « C´est froid ? » m´interroge Pierre. « Non, non! c´est un contat agréable » je m´exclame spontannément. « Je suis content que tu apprécies. » rétorque-t-il pendant que ses mains se promènent sur mon dos très délicatement. « Dis moi, je ne te connaissais pas ce talent ? » lui fais je remarquer. En réponse, j´entends son rire grave et profond ce qui produit en moi un défilé de petites étoiles. Ses doigts massent mes épaules et je soupire d´aise. Pierre se penche sur moi et dépose un doux baiser sur ma nuque. Je me retourne et nous nous embrassons voluptueusement. J´entoure son cou de mes bras et mes mains s´égarent dans ses cheveux!

La sonnerie retentit et nous sépare. Pierre se lève pour aller ouvrir la porte, tandis que je me rends dans la salle à manger et je dresse rapidement la table pendant que je l´entends payer le livreur. Sans que je m´en aperçoives, mon coeur dépose au centre de la table un vase decoré d´une douzaine de roses; j´en reste émerveillée, mes yeux scintillent de bonheur. Mes yeux cherchent son regard où je lis beaucoup de tendresse, peut être de l´amour ? « Merci mon coeur! » lui dis-je.

Pierre déballe les plats, curieux car c´est moi qui ai passé la commande. « J´espère avoir bien choisi » lui fais-je remarquer. – Tout est parfait ma belle. Tu es ma fée! Oú est ta salade ? questionne du coup Pierre. « Oh! finalement, j´ai considéré que je pouvais remettre ce régime à plus tard! » je lui annonce sur un ton léger. Il me regarde d´un air dubitatif et intervient: « Hors de question, tu as pris une décision et je désire que tu t´y tiennes! Puisqu´il n´y a pas de salade, tu dîneras l´escalope de veau aux petits légumes, il me semble que c´est de la viande maigre, donc très appropriée pour un repas frugal! D´ailleurs, j´ai songé moi même m´inscrire à ton programme. Je suis convaincu que si nous nous soutenons l´un l´autre, nous obtiendrons rapidemment et plus plaisamment des résultats encourageants et convaincants. Que penses-tu de cette nouvelle ? Mon projet te plait-il  ? »

Je reste pantoise, mes idées vacillent: un peu plus tôt, j´aurais bondi de joie, mais là, je suis partagée entre ce sentiment et le besoin soudain de « m´aérer » de Pierre. Je ne veux cependant pas blesser sa susceptibilité ni non plus provoquer une réaction négative de sa part. Je bafouilles avec une ébauche de sourire:  » Oui, oui, je crois que c´est bien… mais trouveras-tu le temps de passer au gymnase quotidiennement? »… « Tout à fait ma merveilleuse chérie, voilà l´excellente nouvelle que je voulais t´annoncer avec toi: en raison de ma promotion, mes horaires seront plus stables (en contrepartie des voyages à l´étranger), donc je pourrai rester plus de temps avec toi; donc quoi de plus convivial que de partager ton nouvel hobby ? Et à ce propos, voilà mon petit cadeau!  » Il me tends la petite boite que je m´empresse de déballer… et là, je découvre une boite en carton avec le symbole de nike, mon esprit travaille pris dans le tourbillon de la curiosité. Je retire le papier collant et ouvre le couvercle: un bandeau noir nike et des poignets. « Ah! c´est pratique » je me risque à faire comme commentaire. Je me penche sur Pierre qui sourit et je lui dépose un baiser sur les lèvres. Je remarque que mon mari semble aux anges, il doit s´imaginer qu´il agit au mieux pour son couple… Les hommes sont si surprenants!

 

3 novembre, 2011

La morale de la fable :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:10

Enfouie dans mes problèmes, submergée par mes pensées, je ne m´aperçois pas de l´arrivée de Pierre. Son souffle dans ma nuque me provoque une angoisse qui s´installe dans mon estomac, j´ai l´impression qu´un noeud se forme dans cet organe et une sensation de naussée prend consistance!emoticone

L´image de ma belle mère apparait dans mon esprit, d´abord nébuleuse, puis de plus en plus nette: il s´agit d´un déjeuner que nous avions organisés, à notre retour de lune de miel. Elle trône au bout de la table, elle porte un tailleur ocre et un chemisier en soie rose pale. Son tour de cou en argent flashe dans cet ensemble. Elle sourit et ramène à elle l´attention de tous les invités (en fait. juste mes parents et Pierre; mon beau père est décédé voici quinze ans) qui se réduit à la famille. Elle lance un éclat de rire, comme elle seule peut les faire: entre le rire ironique, le rire prétentieux et le fou rire d´une joie profonde. Nous la regardons tous, mi-surpris, mi inquiets. Et voilà, que d´un air complice, elle se lance à nous raconter l´histoire d´une jeune mariée qui devait habiter chez sa belle mère. La nouvelle épouse n´appréciait pas la vieille dame qu´elle considèrait grincheuse et dictatrice. – A ce stade de l´histoire, ma belle mère me regarde et me dit : « ce n´est pas mon cas n´est-ce pas ? », je bégaie : « euh! non, bien sûr  » et aiguise un sourire. Son regard survole « l´assemblée » et reprend son récit: « un jour, lasse de supporter la situation, cette personne va voir un sorcier. Il lui donne un poison qu´elle doit quotidiennement administrer à « son ennemie ». Il lui conseille alors pour éviter les soupçons de la victime et de son entourage, et ne pas s´attirer les soupçons de créer un climat de bonne entente avec cette dame. Donc voici, notre jeune femme qui ne réchigne pas à l´effort pour satisfaire sa belle mère. Les jours passent, les semaines aussi et un jour, la belle donzelle se précipite chez le Sorcier… » – Ma belle mère fait une pause dans son récit, elle boit une gorgée de Saint Emilion et l´avale doucement savourant le moment, dégustant la saveur de son breuvage. Elle me fixe et me demande :  » Dis moi Nancy, sais-tu pour quels motifs notre héroïne pourrait s´être rendue précipitamment chez le sorcier ? » -Peut être pour savoir combien de temps encore elle devrait jouer la comédie? Quand allait mourir cette brave dame ? …. Ma belle mère jette un coup d´oeil autour d´elle, elle dévisage mes parents, tout en faisant durer le suspens. Pierre et elle échangent un regard complice. Elle poursuit l´histoire: « Maître, je suis très inquiète, je ne veux plus que ma belle mère meurre!! s´exclame notre jeune amie en larmes. Je suis consciente que je vous ai sollicitée pour obtenir ce venin, mais au fur et à mesure, que j´apprends à connaître cette femme, je constate que c´est une personne extraordinaire qui a élevé mon mari avec amour et un grand effort; et qu´elle rendra heureuse mes enfants. Je ne pense plus rien de négatif à son sujet!….Mon Dieu, je vous en supplie faites qu´elle ne meurre pas! » – Ne t´inquiète pas, dit le Sorcier, je savais que tu changerais d´avis, si tu prenais la peine de frayer avec elle, et de la regarder avec des yeux moins partisans, plus neutres, ton point de vue se transformerait et tu découvrirais les bons côtés que nous possédons tous en nous mêmes. Donc cette potion constitue juste en quelques vitamines que tu as ajouté chaque jour dans son lait chocolaté! » emoticone

Je suis surprise par ce souvenir; je ne porte pas ma belle mère dans mon coeur… bien que depuis ce jour et ce spectacle, je ne me permette aucun commentaire désagréable envers elle: ai-je peur qu´elle ne me jette un sort! Peut être…mais surtout, je sais que Pierre souffrirait beaucoup s´il apprenait que je ne supporte pas (ou que sa maman ne représente pas ma tasse de thé!) cette femme. Mais pourquoi suis je entrain de l´évoquer ou plutôt cette fable qui est tellement d´à propos. Mon inconscient me suggère-t-il d´avoir davantages d´égards pour mon mari ?emoticone …Je souris à Pierre, mon corps s´est soudainement décrispé: « Comment vas-tu mon coeur ? Je suis désolée de ne pas m´être préparée pour la soirée mais j´hésitais sur la tenue à passer pour être à la hauteur de l´événement! annonce-je en me levant pour le rejoindre et l´embrasser avec fougue et passion…et un peu de tendresseemoticone.

Quand je m´approche, il se tourne de manière à me faire complètement face…il sourit aussi. Je remarque que sa main gauche se trouve dans son dos. Je me mets sur la pointe des pieds pour tenter de savoir quelle en est la raison. Mais Pierre est plus rapide que moi et sa main est occultée par le canapé. « Ne t´inquiète pas ma Belle; je vais faire venir le traiteur à la maison! Tu mérites d´être prise en considération! Tu es ma merveille et si tu veux te polir davantage et devenir le plus beau diamant du monde, je ne serai que plus fier de t´avoir pour épouse! » me lance-t-il avec une voix de séducteur endurciemoticone.

Je suis vraiment émue, je chancelle sous l´effet du choc et peut être aussi, parce que depuis le petit déjeûner je n´ai rien avalé! Il me rattrape et je découvre le petit cadeau qu´il gardait précieusement dans sa main gauche. Constatant qu´il a été découvert, il me tend la petite boite: « je voulais que tu l´ouvres pendant le dîner mais je ne suis pas bon cachotier! » Son air penaud m´arrache un éclat de rire. Je lui rends le cadeau et l´embrasse enfin avec l´Amour qui envahit tous mes pores. Notre baiser se prolonge langoureusement et mes doigts caressent ses cheveux avec douceur pendant que ses mains glissent sous mes vêtements et caressent ma peau.  Quand nous arrêtons de nous embrasser, Pierre me dit: « Appelle le traiteur et commande à ta guise le plus gargantuesque des repas pour moi et pour toi, le plus frugal qu´il ait sur la carte! Je veux fêter avec toi ma promotion….oups, je voulais te l´annoncer au cours du dîner!!! » Il me cligne de l´oeil et se dirige vers la salle de bains. Je lui lance un baiser et nos yeux se croisent satisfaitsemoticone

En me dirigeant vers le téléphone, j´ai une pensée pour ma belle mère: je crois que, malgré mon interprétation peu positive , il y a douze ans, de son conte et de son attitude comme nouveau membre de ma famille, cette dame a un bon fond, qu´elle cache derrière ses cinémas: des airs de grandeur, de femme volontaire et dure. Je m´efforce de recourir à nouveau à l´empathie (deux fois dans la même journée, je me féliciteemoticone) et je me laisse atendrir.

Je m´interroge également sur l´Être Humain et nos attitudes; comment se fait-il que souvent nous considérons certains de nos membres de la famille, de nos voisins, collègues…comme des ennemis ? Comment quelqu´un qui a fait battre notre coeur, peut du coup se transformer en celui/celle qui rend notre coeur dur comme de la pierre ? Quel est ce mécanisme, en nous, qui transforme à ce point nos sentiments, surmontant même la logique de notre raison: nous aveuglant complètement…et pouvant même nous conduire à la haine, si un déclic ne surgit pas à temps ? Et ce déclic: est-ce le fruit du hasard ou du contraire la pièce manquante du puzzle de l´Amour qui réunit deux Êtres attachés l´un à l´autre depuis de longues années ou deux Inconnus qui se découvrent à peine…?

Au moment où je forme le numéro du traiteur, je me souviens de la petite boite que tenait Pierre dans sa main, la curiosité me pique et je me laisse entraîner dans les méandres de mon imagination, tentant de deviner que peut contenir cet emballage . emoticoneemoticone

24 octobre, 2011

Mon petit soucis me paraît bien grand, à côté de ton grand problème :-(

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 9:12

Ceci est un aparté, car aujourd´hui, je suis le blog d´honneur de l´annuaire des nuls  Donc je remercie Domi pour cette gentille attention. Je remercie également tous les bloggeurs qui se seront laissés convaincre de venir me faire une petite visite dans mon univers:  » De Madrid à Liège »

Pour mon article d´aujourd´hui, c´est juste ici en dessous: emoticone

« Les larmes aux yeux , je m´effondre dans le canapé; je voudrais trouver une réponse à mes questions, mes doutes, mon incompréhension. Je suis dépassée par le sytème dans lequel j´évolue. J´aime Pierre et je lui voue une réelle admiration mais la soumission à laquelle je me sens contrainte m´épuise et me frustre; je pense que cette attitude de sa part effrite mon amour, ma tendresse. Je comprends que de part ses fonctions de cadre supérieur, il a l´habitude de mener tout le monde à la baguette…mais je ne suis pas son employéeemoticone. Je pense que ses démonstrations d´amour sont occasionnelles…Bien sûr, il consacre beaucoup de temps à son travail mais je doute que son esprit vogue à la recherche de ma personne; par contre, je ne serais pas surprise si je découvrais qu´une autre femme puisse occuper ses penséesemoticone!

Une nouvelle angoisse m´accapare,  je sens ma gorge qui se serre davantage et un premier sanglot soulève mon coeur. Je me dispose à me servir un verre de whisky quand l´image de Karl traverse mon esprit! Je retiens mon action, et je me rends dans la cuisine. Je me sers un grand verre d´eau et j´imagine mon entraîneur, un sourire illuminant son visage, des mots d´encouragements sortants de sa bouche. Je bois d´un trait ce liquide frais qui descend dans mon gosier et me rafraîchit. Je me sens tout à coup beaucoup plus calme comme si ce breuvage avait eu ce bienfait miraculeux.

Plus tranquille, je décide d´allumer le poste de télévision pour me changer les idées. Je vois sur l´écran Waris Dirie qui fait l´objet d´une interview. Il s´agit d´une superbe femme, son visage aux traits doux occulte toute une souffrance, qu´enfant elle a dû supporter. Elle explique qu´elle est née dans le désert somalien, en 1965 (plus ou moins, dans cet espace, il n´existe pas de registre civil) et que ses parents nomades, respectaient les traditions. Son nom signifie fleur du désert. A l´âge de cinq ans, elle subit l´ablation génitale: une cliteridectomie,  on lui enleva le clitoris et les petites lèvres. Son père était un homme rude qui n´hésitait pas à frapper pour imposer la loi de leur Société. L´eau manquait, l´argent aussi, ils avaient un troupeau. Les circonstances étaient pénibles; sans chaussures, il fallait se déplacer sur les pierres et le sable brulant, les pieds saignaient douloureusement.

A l´âge de 13 ans, elle s´est enfuie de son pays et de la situation: elle refusait d´épouser un vieillard de 60 ans. Elle traversa le désert et fit face à de grands dangers. Mais elle était convaincue qu´elle avait raison. Quand elle subit l´excision, elle comprit qu´elle devrait lutter pour changer sa vie. Sa soeur était morte pendant ce rite, à cause d´une hémoragie. Mais pour les gens de la tribu, rien n´était de trop au nom de la pureté féminine, avant le mariage. Donc malgré le décès de l´ainée, Warris avait aussi connu l´ablation. « Rien n´est plus terrible, que de se retrouver avec juste un petit trou, de la taille d´une pointe d´allumette, pour évacuer l´urine et la menstruation » raconte-t-elle.

Elle arrive à la capitale et demande à partir travailler chez une tante qui vit à Londres, épouse d´un diplomate. Là bas, on la charge du ménage. Quand ces parents doivent quitter l´Angleterre, elle travaillera chez Mac Donalds et là, elle rencontre Terrence Donovan…et il change sa vie. Maintenant, elle donne des conférences pour changer la mentalité de ceux qui croient en l´excision…

De nombreuses pensées traversent mon esprit: je songe en toutes ces traditions qu´endurent les femmes, dans d´autres pays du monde, ainsi les femmes girafes : dont les spirales pèsent sur les côtes qui évoluent en penchant vers le bas. Ainsi, plus les côtes penchent, plus le collier tombe sur les épaules, ce qui le rend trop large et pas assez grand pour envelopper encore tout le cou. C’est à ce moment qu’il est remplacé par une spirale plus longue, afin de continuer le processus. Bien qu´il soit possible d´enlever ces colliers, la force de l´habitude fait que ces femmes ne s´en séparent jamais, ils deviennent presqu´une extension de la femme. En oûtre, les muscles se retrouvent également affaiblis. L´origine de cette tradition reste inconnue malgré toutes les hypothèses qui tournent autour.

Des images passent dans ma tête évoquant ces femmes des tribus mursi en Ethiopie qui portent des disques d´argile dans les lèvres (des ornements labiaux), arrivées à la puberté, il faut qu´on leur extrait les incisives inférieures afin que la salive humecte constamment la lèvre déformée qui se sèche à cause du plateau. Il semble que cette tradition soit née comme une protection à l´encontre de l´esclavage. L´allure inesthétique qu´offrent ainsi les femmes éviteraient qu´elles soient enlevées.

Je m´efforce de me mettre dans la peau de ces femmes. Je m´imagine vivant sans clitoris et sans petites lèvres, mutilées d´une facette de mon plaisir sexuel. Alors, je me suppose envisageant la relation de couple sous un autre angle, relativisant la part du sexe ou lui accordant une autre « importance ». Assumer un rôle empathique constitue un comportement compliqué, il faut se débarasser de notre perception du Monde, inculqué par l´éducation de notre Société, nos traditions, nos acquis, nos connaissnces livresques, nos principes, nos valeurs etc…penser avec l´éducation et les préceptes de ces personnes. J´imagine donc que pour la plupart de ces jeunes filles, évoluant dans ces mileux, rien ne pourrait être plus normal et adéquat à une Vie  »saine » et heureuse. Elles n´envisagent sûrement pas un chemin de Vie différent. Lutter contre « les idées reçues » semble constituer l´attitude la plus difficile à acquérir, et c´est valable partout dans le monde, même si en Occident, nous avons connu Descartes: « Je pense donc je suis ». Il faut relativiser, prendre du recul vis à vis des situations, envisager des hypothèses différentes et même passer à l´action en tentant l´expérience…et là surgissent nos peurs…à moins de foncer : peut être emoticone

Du coup, je reviens à ma réalité. Quelle attitude vais je adopter devant Pierre ? Me faudrait-il demander conseil ? Mais à qui m´adresser : Monique ? peut être, mais elle va saturer avec mes problèmes…Karl ? je ne le connais pas assez…Ma soeur ? bof, on n´est pas trop sur la même longueur d´ondes; longueur d´ondes: tout part de là, partager ou ne pas partager la même vision des choses, des événements, des comportements… la capacité à tolérer, accepter une opinion différente, un concept dissemblable du nôtre, c´est tout un défi que de parvenir à admettre que notre vision de la situation, de la Vie ne constitue pas l´unique et sine qua non solution et que notre position n´est pas innébranlable.

Parfois, réenvisager les données du problème et recevoir un avis différent sur la question peut déclencher le clic nécessaire pour arriver à un accord…alors devrions nous consulter un thérapeute pour couples: car il serait le plus neutre et approprié pour trancher dans le vif de notre désaccord….oserais-je proposer cette alternative à Pierre ? emoticone« 

15 octobre, 2011

Programme de remise en forme en péril! :-(

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 23:07

De nouveau en tenue de ville : une jupe couleur vert pomme et longue jusqu´aux genoux, un chemisier jaune pâle boutonné jusqu´au décolleté, j´attrape mon sac et m´empare de mon téléphone portable afin de partager avec Monique ma joie d´avoir suivi son conseil. Je m´apperçois que j´ai quelques messages, écrits et vocaux. J´ouvre la messagerie écrite et je constate que Pierre s´est adressé à moi pendant ma séance de « body building », je lis ses missives: « Ma poupée, j´espère que tu passes une matinée intéressante et que tu en profites bien! Appelle moi dès que tu seras disponible! Je pense beaucoup à toi et me réjouis de passer la soirée à tes côtés. Je t´aime! » Je souris à la lecture de ce texte, il semble donc que mon changement d´attitude pourrait porter des fruits emoticone! Un autre message m´est envoyé par ma soeur :  » Coucou soeurette, j´espère que tu vas bien. Ce week end si tu n´as rien à faire, je te propose de passer la journée avec moi. Nous pourrions nous rendre à un spectacle « Rock Ballet » qui semble faire fureur! Réponds moi dès que tu le peux, pour que je réserve le nombre de places en conséquences ! Bisous. » Waow, c´est le délire, juste quand je commence à sortir de mon cocon, je suis sollicitée deux fois en quelques minutesemoticone. Je m´interroge du coup sur toutes ces théories qui incitent à donner un pas dans une direction différente pour constater un retour positif en contrepartie. Je compose le numéro de ma messagerie vocale, je remarque que Pierre a appelé deux fois et la troisième, j´entends sa voix, je sens une légère pointe de nervosité et d´exaspération: « Ma belle…euh, j´espère que tout va bien…euh, quand tu prendras connaissance de ce message, pourrais tu me rappeler ? Je t´embrasse là où tu aimes tant ! » En fait, j´adore recevoir un baiser tendre ou passionné dans le bas du cou, près de l´épaule emoticone. Je frisonne un peu en y pensant! J´hésite à l´appeler et finalement, je choisi de m´en tenir à ce que j´avais prévu. Donc, je recherche le numéro de Monique dans mon agenda et je cliques. Cela sonne deux fois et mon amie décroche: « Comment vas tu Trésor ?  » …Super bien, j´ai été hier m´inscrire à une salle de sport, je ne te raconte pas à quoi ressemble le coach: un Apolon, séduisant à souhait…et là, tu ne me croiras pas je viens de sortir de ma séance, je suis enchantée…je voulais juste partager avec toi ce regain d´optimisme et ce bonheur que je pensais perdu emoticone! …Waow! Tu m´as l´air en pleine forme. Il faut que nous prenions le temps de nous asseoir devant un bon repas, je meurs d´envie de connaître les détails de cette expérience!… Pour ce qui est du repas, je surveille mon alimentation…mais ne t´inquiète pas! je saurais prendre sur moi, même si tu dévores un bon ragoût et que je ne grignotes qu´une salade légère emoticone! …Oooh! Tu fais régime, toi! Alors là, c´est vraiment innovateur! Bon dis moi, mardi prochain, ton programme de remise en forme te laisse un moment de liberté ?emoticone Après ton travail, cela peut te convenir ? je rétorque du tac au tac, aux anges de me voir soudainement un agenda si surchargé emoticone Ok, pas de soucis: 18h00, à la galerie de la gare!…Oui, ma chérie! je note le rendez vous, je l´informe sous l´emprise de cette euphorie qui me gagne au plus profond de moi même…bisous, bisous!

Je raccroche et je reste songeuse …et heureuse!

Après quelques instants, je compose le numéro du portable de Pierre. La sonnerie retentit deux fois et enfin sa voix : « Ma belle » s´exclame-t-il soulagé ? heureux ? … »Comment vas tu mon coeur ?  » lui demande-je sur un ton neutre, j´ajoute :  » tu m´as demandé de te rappeler »…Oui, en effet, je voulais te proposer de dîner dans notre petit restaurant italien, tu sais celui des grandes occasions… « grandes occasions ?  » j´interroge interloquée.

- Oui, j´ai une nouvelle dont je voudrais te faire part, répond-t-il en faisant durer le suspens

- Et cela t´ennuie si on se rend plutôt au Salad Bar…

- Salad Bar, mais il s´agit d´une occasion…un peu spéciale!

- Alors pourquoi pas dans l´intimité de la maison ?

- Je croyais que cela te ferait plaisir de dîner à l´extérieur…comme cela fait quelques semaines que nous manquons d´occasions… me rétorque-t-il sensiblement déçu, voir vexé.

- Bien sûr, mon coeur! Bien sûr…mais tu sais que j´ai commencé un programme de remise en forme et là, bon l´italien…tu comprends!

- Oui, un programme de remise en forme, en effet… sauf que je ne comprends pas pourquoi ce soudain besoin, tu sais ma poupée que tu es toujours aussi belle et désirable…alors…

- Merci, de ce compliment! cependant, je désire m´affiner un peu pour gagner en confiance en moi!

- Tu n´as plus confiance en moi alors!emoticone rétorque Pierre. Je remarque que ma démarche lui plait bien moins que ce que j´avais prévu. Je dois jouer finement pour ne pas le braquer contre ma nouvelle activité.

- Bien sûr, que je te fais une confiance infinie, je m´empresse de répondre. Simplement, les journées sont longues et je pensais que prendre soin de ma santé physique à travers le soin du corps, t´apporterait aussi un certain profit. Je m´efforce de jouer la séductrice à la mode de Ava Gardneremoticone! Bon dans le rôle d´actrice, je n´ai pas ses qualités mais là, je joue le tout pour le tout!emoticone

Pierre est un caractère autoritaire qui n´aime pas la contradiction, donc je sais que je dois jouer serré. J´attends sa réaction, elle ne tarde pas d´arriver! « Nous en reparlerons tout à l´heure! Je dois continuer à travailler! »

- D´accord mon coeur, je serai à la maison tout l´après midi. Je t´embrasse

- bisous à tout à l´heure, sont ses dernières paroles et il raccroche.

Je me sens vidée, je reprends le chemin de la maison, indécise en ce qui concerne la poursuite de mon programme de remise en forme! Mon moral vacille emoticone et je marche lentement! La gorge serrée, je suis inquiète : comment va se passer la soirée ? Je crains la confrontation avec Pierre,  je prévois que je devrais abandonner le programme pourtant je crois que ce n´est pas vraiment normal! Je me sens bouilliremoticone quand je passe la porte de ma demeure!

6 octobre, 2011

Première séance de musculation :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 16:55

Je franchis la porte de la salle et je vois tout ce monde en training concentrés sur les différents appareils. Leurs visages expriment l´effort et la tension qu´il suscite! Je reste immobile et regarde la scène avec intérêt.

Je vois soudain Karl et me remet en marche dans sa direction.

« Bonjour Nancy!  » me lance-t-il avec sa voix grave et joviale.

- Bonjour, je crois que je suis à l´heure, lui dis-je un peu gênée.

- Oui, l´heure idéale pour commencer par le vélo statique: dix kms pour que je te teste. Ok ?

« Je ne suis pas sûre d´y parvenir. » je bafouille en répondant! …Allons, allons! Ne sois pas négative. Je te vois très en forme!

Je porte un training, en coton rouge avec le numéro 5 au milieu de ma poitrine sur le sweet shirt. En dessous de ce vêtement, j´ai enfilé un tee shirt identique, pour si je transpire trop et je veux retirer le sweet. Mes joues prennent la couleur de mon ensemble en entendant ses mots!

Je monte sur le vélo et je prends une grande respiration avant de commencer à pédaler à petit rythme. Le compteur indique 20 kms/heure. Je fais un calcul dans ma tête, si je tiens le coup à cette allure. Je mettrai une demi heure à parcourir cette distance. Finalement, cela doit être gérable. Je souris encouragée par ma propre réflexion.

Au bout de dix minutes, je constate que mes jambes commencent à s´ankyloser. Je ralentis les mouvements et je crispe les muscles. Mon coach s´approche. « Ça va  Nancy ? Tu tiens le coup? »… »Bof, je n´en suis pas très sûre! » je rétorque avec difficulté.  « Concentre-toi sur ta respiration, cela te distraira pendant que tu pédales. D´accord ? » J´acquiesce de la tête incapable de prononcer un mot de plus! Je me sens vidée dans mon corps et dans mon esprit…que va-t-il advenir de ma volonté ?Triste Karl ajoute: « Il est important de surmonter les limites que l´on se fixe! De cette manière, tu acquerras davantage de force de volonté pour atteindre ton prochain objectif! Tu me comprends ? »

- Oui, laisse-je échapper entre mes dents, dans un effort que je considére surhumain! Il me récompense avec son large sourire et une tape aimable sur l´épaule. Pendant les deux ou trois minutes suivantes, mon humeur frise le nirvana! Mes forces semblent revenues et j´accélère la vitesse de croisière. Je regarde le compteur, j´ai déjà parcouru 5 kms…courage!

Mais à mesure, que la fatigue gagne mes membres inférieurs, j´en viens à penser aux propos de mon entraineur: « se surpasser…force de volonté » Des termes propres à toutes ces nouvelles techniques de coaching: ne pas faiblir devant l´adversité, surmonter ses peurs, se battre combattre…ÊTRE FORT!  Voilà, donc ce qu´exige de nous la Société: pas de place pour les faibles.  Alors pourquoi d´un autre côté, est-il question de nous accepter tel que nous sommes; de nous aimer avec nos imperfections, nos défauts! emoticone J´éprouve beaucoup de mal à comprendre le monde dans lequel je dois évoluer!

Enfin, je me suis acquittée de « ma tâche »! Mon corps se détend, je me penche en avant sur le vélo.

Quelques instants après, je sursaute sous la caresse de la main de Karl sur ma nuque. « Je t´ai fait peur ? » s´informe-t-il…Oui, un peu. J´étais plongée dans mes pensées! … « Et quelles pensées ? me demande-t-il avec son sourire enjoliveur…si je peux me permettre »…je bégaie en lui répondant: « je me rappelais quand j´étais jeune qu´il était aisé de faire de l´excercice! » …. »Ne t´inquiète pas si tu y travailles régulièrement, tu rattraperas vite ton niveau…tu es jeune voyons! » Je me sens flattée et mon égo fait battre mon coeur. Cet entraîneur sait comment faire avec le corps mais aussi avec l´esprit des participantes. Il use de son charme pour nous rebooster, et je reconnais que j´aime cela!

« Bon, maintenant, tu vas tester tes bras. Prends la machine là-bas. Couchée sur le dos, tu ramènes les barres vers toi et puis, tu les éloignes à nouveau.  D´accord ? » …Oui, je vais essayer! … »Attends, j´indique la pression…Voilà, tu peux y aller. Tu le fais en séries de dix, cinq fois de suite. »

Le dos bien à plat, je tire sur les manches. Cela est bien plus dur que cela n´avait l´air. Je me concentre sur l´excercice et je parviens à terminer la première série. J´ai le feu aux joues et je manque d´énergie; je me dispose à arrêter quand survient près de moi, le coach. « Ça va Nancy ? » … je secoue la tête pour l´informer de la négative qu´il se fait un plaisir d´ignorer. « Inspire et tire en même temps sur les barres! Souffle et écarte les barres! Voilà comme cela! Recommence! Très bien! Tu ne manques pas de biceps Nancy! Continue comme cela et tu récupèreras vite le galbe de ta silhouette! » Il me sourit et me fait un clin d´oeil!

Je finis la troisième série, je me sens épuisée. De loin, je vois l´horloge, il est presque midi. Je songe que j´avalerais bien une choucroute avec saucisse et purée de pommes de terre…à moins que ma fatigue soit si intense que je m´effondrerais sur le lit d´une traite pour le reste de la journée! Je me demande pourquoi je suis là. Est-ce vraiment mon for intérieur qui souhaite que je mette mon corps en valeur ? Bon d´accord, il n´y a pas que cela, l´excercice physique c´est sain…mais, sincèrement : tout cela c´est pour la frime! La frime pour qui ? Pour ennuyer Pierre ? Pour le récupérer ? Pour oser une aventure avec Jean Paul ? Pour un inconnu ?…Je devrais répondre: pour moi, rien que pour moi, ma satisfaction personnelle. Mais en toute honnêteté, ma satisfaction passe par une maîtrise de la pratique de l´art de la séduction! Le regard béat du sexe fort se posant sur moi m´ennivre et comble mon autoestime!

Je viens de compléter la dernière série. Je reste étendue sur le banc de travail, les yeux fermés à bout de forces. Je sens une présence près de moi, j´ouvre les yeux, je vois la main de Karl qui se tend vers moi. Je la saisi hésitante, il me relève. « Très bien Nancy, tu as fait du bon travail pour aujourd´hui. Demain, nous nous pencherons sur tes abdos! Es-tu fière de toi ?  » …Euh! Je ne sais pas…Moi, je te dis que tu peux te féliciter!-Viens avec moi! » Il me conduit devant un miroir à l´écart du reste de la salle: « Vas-y! Dis le : Bravo, j´ai atteint mon premier but! » Je susurre ces mots. Il insiste: « Ose le dire avec plus d´assurance,  avec force de conviction! » Je me risque à y croire et j´apprécie la sensation. Je souris à Karl pour la première fois avec un plaisir intense. Il m´entoure les épaules et fait une pression de sa main: « A demain! Ne néglige pas le programme! Cette bataille, tu vas la gagner! » … »Merci Karl…à demain »

J´entre sous la douche et je laisse couler l´eau chaude sur mon corps meurtri. L´effet sur ma peau me revigore et petit à petit, je me sens revivre. Je suis heureuse!

28 septembre, 2011

Vivre un conte de fée :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:20

Après ce doux rêve, je me réveille le sourire aux lèvres, je suis radiante, c´est ma première impression et je veux m´y tenir! Je ne renoncerai pas à cette merveilleuse sensation. Rêve ou réalité, où s´installe la frontière ? Difficile de la dessiner! Il est temps que je regarde la Vie avec optimisme et fasse sourde oreille au négativisme qui m´anime à chaque sursaut de mon programme.

Aujourd´hui, grand nettoyage de mon esprit: je sais que Pierre a quitté notre logis avant huit heures. Il m´a embrassée sur le front et m´a fait part de son intention de prendre le petit déjeùner en compagnie de ses collègues et des étrangers venus traiter certaines affaires importantes. « Je t´en toucherai un mot ce soir, ma belle! » Son baiser, effleurant à peine ma peau, ne m´a pas sorti de mon sommeil!

Ce matin, je ferai mes premiers pas à la salle de musculation en compagnie de mon entraîneur. Alors pour le premier repas de la journée, il m´est recommandé de manger : un bol de céréales avec du lait écrémé, une orange et un yaourt! Donc un repas copieux: de quoi commencer la journée d´un bon pied.

Après une douche vivifiante, je me rends à la cuisine et je prépare les aliments. Là, je dresse la table pour deux …et oui, pourquoi pas ? Une tasse et une assiette pour Pierre ou Jean Paul ou pour Karl ? Peu importe, une bonne compagnie est d´à propos.

Tout est prêt! Je prends place, je pèle le fruit. Tandis que je m´adresse à mon convive: « Comment vas-tu chéri? As tu passé une bonne nuit?…Oui, j´en suis contente. Pour ma part, j´ai dormi comme un bébé! …Quelle belle journée en perspective, n´est-ce pas ?…Ce que je vais en faire: d´abord, me rendre à la salle pour prendre bien soin de mon corps…pour toi ? jaja (je laisse échapper un éclat de rire entre la séduction et l´ironie; le plaisir en tous les cas innonde mon esprit), bien sûr, pour qui d´autre ?…Ah! oui! bien sûr…qui sait ? Tu as raison, tu n´es pas le seul homme de ma vie…mais oui, tu es le plus important! comment peux tu en douter! »

Je déguste chaque bouchée de l´orange, un sourire béat illumine mon visage. Je mâche doucement, son jus se répand dans ma bouche: Je me laisse envahir par le plaisir  que procure cette sensation à mes papilles gustatives! Je laisse voguer mon imagination: je me promène au bras de mon bien aimé, sur notre propriété agricole. Je me protège du soleil sous mon ombrelle blanche à dentelles. Je porte un joli chapeau blanc également et une robe moulante en coton de même couleur. Mes mains sont gantées. Une arôme de fleur d´oranger se répand dans l´air. Le soleil brille, il fait calme. Mon compagnon est vêtu d´un pantalon couleur olive et d´une chemise crème en coton. Les premiers boutons sont détachés. Nous avançons d´un pas lent mais ferme. Le bonheur nous entoure. Les oiseaux chantent, un chien aboie, il arrive en courant vers nous: il s´agit d´un jeune lévrier, dynamique et jouette. Nous nous laissons emporter par un rire en cascade frais et profond. Nos regards se croisent et l´amour s´y lit clair et limpide. Nos lèvres s´appellent et nous les laissons se rejoindre, le baiser est doux…Je sursaute, le téléphone retentit! Je m´inquiète de l´heure: il est déjà très tard. Je suis restée perdue dans mes pensées plus longtemps que je ne le pensais! Je prends mon bol de céréales et m´en vais répondre à l´appel. « Bonjour mon coeur, la journée se déroule bien ? » …. »Oui, ma belle. Je profite de quelques minutes avant la prochaine réunion du matin (on va faire le point sur les différentes possibilités de fusion entre deux de nos sociétés et les leurs) pour t´appeler. « Ah, c´est gentil! » je grommèle tandis que j´avale en hâte les céréales qui sont dans ma bouche. – Dis moi, tu déjeunais ? « Oui je mangeais des céréales » – Ah, bon. Des céréales ? Je ne savais pas que tu aimais …! « En fait, c´est mon entraîneur qui a composé mes repas » je m´efforce de lui expliquer. – Ton entraineur ? De qui parles tu ? « De Karl de la salle de musculation, tu sais, ce que je te disais hier », dis je avec une pointe d´ironie. – Ah! Oui…bien sûr, bafouille Pierre, qui évidemment n´a pas la moindre idée de ce à quoi je fais référence. J´en profites pour lui donner une estocade: « Bon mon coeur, je dois raccrocher. Je suis à la bourre! A tout à l´heure. Bisous! » – Euh! oui, bisous… A tout à l´heure, amuse toi bien. – Oui, merci Au revoir. Je clique le bouton off.

Je me sens à la fois coupable et satisfaite du vilain tour que je viens de jouer à Pierre.  Enfin, je me sens capable de diriger ma vie.  Je crois vraiment que ma journée démarre sur des chapeaux de roues!

18 septembre, 2011

Heureusement que les rêves existent! :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:31

Il est 20h00, confortablement installée dans le canapé, je me dispose à feuilleter toutes les brochures d´information que m´a remises mon nouveau coach « relooking », un jeune homme au physique d´Apollon agé d´environs 25 ans : bref, en pleine fleur de l´âge!emoticone. Sa méthode d´entraînement s´inspire de la nouvelle vague: un mélange de psychologie, diététique et bien sûr la partie culture physique!emoticone

Je m´empare du cahier, journal de bord, destiné à recevoir mes réflexions et états d´âme en rapport avec ce programme d´entraînement. On peut le considérer comme un journal intime, mais pas trop, puisque Karl mon entraîneur, le consultera à sa convenance!emoticone. Je réfléchis et y inscrit en avant propos : « Je suis gonflée à bloc … j´espère que cela durera! »

Sur cette lancée, j´envisage de suivre les conseils de mon guide esthétique; je me dirige à la cuisine, je dresse la table: je prends une belle assiette creuse au bord argenté et au motif floral bleu pâle. Je saisis une pomme dans le plat à fruits, je la lave soigneusement tout en la regardant d´un air enthousiaste. Je la dépose délicatement au centre de l´assiette comme s´il s´agissait d´un met de gourmet! J´ajoute le couteau et la fourchette sur la table. Je sors une bouteille d´eau d´Evian du frigo et je joins un verre rectangulaire. Je pousse la délicatesse jusqu´à créer une ambiance chaleureuse: j´allume les bougies du chandelier et j´allume le lecteur de compact disc dans lequel j´insère le concerto pour piano nº 21 de Mozart.

Là, maintenant face à ma pomme, j´engage le dialogue..enfin le monologue je veux direemoticone, couteau dans une main et fruit dans l´autre: « Voilà, toi et moi nous allons fusionner… tu vas devenir une part de moi et moi, je serai enrichie par tes bonnes vitamines … » Une fois épluchée, je repose le fruit sur l´assiette et je l´observe avant de me saisir à nouveau du couteau et de la fourchette pour la trancher en petits morceaux que je m´apprête à savourer lentement au rythme de la douce musique de ce grand compositeur. Je me sens apaisée, je pourrais preque aller dire : « je me sens heureuse! »

J´entends une mélodie qui provient du salon, je sursaute et reviens à la réalité: mon portable me rappelle à l´ordre, c´est mon chériBisou…je cours et repère en un clin d´oeil mon sac, d´où j´en extrais l´objet tant désiré! Je décroche: « Bonsoir mon coeur,  tout va bien ?

- Oui ma belle, juste qu´il vient de surgir un imprévu…les cadres supérieurs du groupe de Lille sont arrivés très tard ici et tout a pris du retard, donc nous nous rendons seulement maintenant au restaurant…je t´appelle pour que tu ne m´attendes pas et que tu te couches quand tu te sentiras fatiguée, d´accord ma jolie ? La journée s´est bien passée ?

- Oui, je voulais te raconter que je me suis inscrite à un club de musculation.

- Bon chérie, je dois raccrocher là…Gérard me fait signe, il a besoin de moi. Dors bien, bisous

« Bisous mon coeur », dis je d´un ton contrarié. Je reste assise, le portable entre les doigts, le regard dans le vide. Mon esprit se refuse à analyser la situation: je remarque à nouveau que j´intéresse de moins en moins Pierre. Mes yeux se portent sur le sac, je me souviens de la carte de visite de cet inconnu …quel était son prénom ? Je réfléchis : Jean Paul, c´est cela! J´hésite à saisir la carte. Non! hors de question, d´entrer dans ce jeu! Je vais rester ferme sur ma décision.

Je me lève et retourne dans la cuisine, je m´empare de la pomme, je la regarde avec rage et j´y plante les dents de bon coeur! Je finis mon repas en moins de deux minutes..très loin des consignes de Karl: tant pis! …. au moins, j´ai suivi son plan nutritionnel. Je me sers un verre d´eau et je le vide d´une traite: rien à voir avec un bon whisky emoticone

Finalement, je vais prendre en considération les propos de Pierre, je vais me glisser sous la couette…demain sera un autre jour!

Je prends une douche rapide et je sens déjà mon corps se détendre. J´enfile ma nuisette à dentelles rouge à petits pois bleus foncés. Je me couche et je ferme les yeux, des images de ce bel homme croisé cet après midi commencent à me hanter. Sa voix douce et cordiale chante à mon oreille: « tu es belle et désirable », sa main me caresse l´épaule tandis que je me blottis contre son torse protecteur….

Pendant que je rêve, je suis heureuse!

123
 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage