De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

10 février, 2012

« Ma mère m´a gavé d´histoire d´amour idéal, les idéaux constituent un grand handicap » citation de Marc Lévy

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 20:55

Voilà à quoi songe Nancy, encore tremblante et le visage blanc comme un linge, installée tournant le dos à l´entrée: il est clair que Jean Paul ne me laisse pas indifférente mais pourquoi ? Je ne le connais pas. Le seul contact que j´ai eu avec lui se résume à cette carte de visite qu´il m´a glissée dans la main pendant qu´il s´efforçait de me laisser une bonne impression de lui., Je reconnais que cela ne manquait pas de romantisme!  Mon côté fleur bleu est-il remonté à la surface ? Ou simplement, son aspect physique me séduit plus que je ne veux l´admettre. N´y a-t-il en moi que de l´attraction ?

Je veux écarter de mon esprit sa présence dans la salle pour me concentrer sur Monique, mais au bout de quelques secondes, mes pensées vaguent à nouveau sur ce moment où nous nous sommes rencontrés. Sa tenue m´indique clairement que cet homme  occupe un poste important là où il travaille. Il se peut qu´il soit même le directeur de sa propre entreprise. Je continue ma rêverie…le prince charmant est à ma poursuite, amoureux de moi, un coup de foudre; il met une annonce dans les journaux disposés à remuer ciel et terre pour me localiser! :-) Il fait une campagne télévisée, mon portrait robot est diffusé… que dois-je faire ; je suis une femme mariée mais je l´aime! Je soupire et du coup je constate que je me suis laisssée entraîner dans le monde de mes fantaisies. Ah! que je peux être naïve!

Le silence qui se fait dans le snack me fait présager que Monique vient de franchir la porte. Mon amie a une prestance très particulière, il se dégage d´elle un air ensorceleur; elle mesure 178 cm et elle pèse 60kg: ses mesures sont sa fierté, elle prend particulièrement soin de son image ce qui lui donne ces résultats. A son passage, personne ne reste indifférent! Je compte les secondes qui nous séparent; quels sont ses sentiments à cet instant précis ? A-t-elle récupéré son moral…si enjoleur en temps normal ! Je ne peux l´imaginer effondrée, elle qui représente la joie de vivre, l´énergie positive et entraînante qui met « le feu partout où elle passe »!

« Bonjour Nancy! » Sa voix me rassure, elle marque son optimisme. Je lève les yeux vers elle. Elle ajoute: « Pourquoi tournes-tu le dos à la porte! » Ses paroles me rappellent ma situation, je pose un doigt sur mes lèvres et lui fait signe de s´asseoir; elle s´exécute avec un regard interrogatif. Alors, je lui demande: « Est-ce qu´il y a un monsieur assis à la deuxième table à côté de la porte d´entrée, du côté droit de la fenêtre ? » je la fixe inquiète. Elle vérifie et acquiesce de la tête n´osant plus parler. Je souhaite m´assurer qu´il s´agit bien de Jean Paul, je l´interroge à nouveau: « Comment est-il vêtu ? » « Il porte une chemise rouge carmin de Pierre Cardin et une cravatte bleu foncé à fines rayures rouges, je crois que c´est de Pierre Cardin aussi. Un très bel homme d´ailleurs » se risque-t-elle à remarquer. J´hausse les sourcils contrariée.

Je lui révèle l´identité de l´inconnu. Monique reste bouche bée mais réagit au quart de tour, avec comme à son habitude une idée farfelue de son crû:  » Va aux toilettes et reviens en passant devant sa table, fait tomber son trousseau de clefs près de sa chaise, pour qu´il te remarque…et tu sauras s´il se souvient encore de toi! » « Tu es folle! » m´exclame-je en étouffant le cri qui s´est échappé spontannément de ma gorge! « Pourquoi ? C´est lui qui s´est imiscé dans ta vie non ? Et bien, maintenant, à toi de vérifier qui il est vraiment! » « Et s´il ne m´a pas oubliée…à quoi cela va-t-il mener ? » je rétorque assez irritée par la situation. « Là où tu le voudras: un café, un resto, une partie de jambes en l´air ou….une relation amoureuse! » me répond-t-elle avec son air espiègle habituel! Je la sens très détendue et son « aventure » avec sa collègue me revient à l´esprit. Je lui en fais part mais elle ne semble pas vouloir en discuter pour l´instant savourant ma torture avec ravissement.

Elle insiste encore: « Tu n´as rien à perdre…plutôt tout à gagner! » « Ça c´est toi qui le dit: je vais surtout me fourrer dans de beaux draps! » « hm….je vois que ton inconscient te trahit tout seul: tu as envie d´une aventure ou plus avec ce beau mâle! » « Pas du tout! » je lui réponds sur un ton renfrogné. « Oh! moi je ne te reproche rien, je penserais comme toi…! » rétorque-t-elle guillerette! Je commence à m´énerver et à me sentir acculée, l´esprit contre le mur! « Je ne veux rien avec Jean Paul! » « Jean Paul…je vois que tu l´appelles déjà par son petit nom! » « Tu m´ennuies! Ce n´est pas drôle, en plus c´est de ta faute, si nous sommes ici! » lui fais-je remarquer. « C´est pourtant toi qui m´a révélé sa présence dans ce snack…alors pourquoi ? » me demande Monique. Elle a raison, pourquoi ai-je partagé cette information, si elle n´était pas importante pour moi: pour que Monique « fasse sa connaissance » et que cela flatte mon égo; pour que Monique m´encourage à me rapprocher de lui et que je ne me sente pas coupable (si au fonds, j´en ai envie)…quelle est la raison exacte ? Je reste silencieuse pendant que ces idées trottent dans ma tête.

Monique revient à la charge: « N´hésite pas…ou tu continueras à tourner et retourner dans ta tête ce problème! » Me voilà, convaincue, je me lève de la chaise…mais Monique me saisit par le bras tandis qu´elle regarde dans la direction de la table de Jean Paul; je tourne la tête et je vois que ce dernier enfile son manteau et rapidement quitte l´établissement!

Mon visage se transforme; j´ai l´impression que le « ciel vient de me tomber sur la tête »! Monique me rejoint de l´autre côté de la table et m´entoure les épaules de ses bras réconfortants.

Je souhaite vous inviter à rejoindre le blog de Clara, claramicalement . En effet, c´est sur son article que j´ai trouvé l´inspiration pour le titre du mien et pour une partie donc de l´histoire.

29 janvier, 2012

Relation à la confiance !

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 21:27

La Confiance est un phénomène

qui se met en place dans l´esprit

avec son accord:

apellons cela prédisposition, d´accord?

Sous l´influence de l´education,

les chemins de notre destin, et bien sûr notre personnalité,

nous réagissons différement aux événements

en fonction de la confiance que nous accordons aux présents!

Confiance, antonyme méfiance….concepts très importants

car ils régissent notre vie: nous nous laissons conseiller,

nous considérons les propos de certains comme « paroles d´évangile »

et devenons leurs brebis dociles…jusqu´au moment de la trahison!

Oh! que de désilusions!

Mais revenons à nos moutons: les motifs pour lesquels nous faison foi de confiance

sont parce que cela  nous apporte satisfaction sur le moment.

Ainsi, dépourvus d´âme soeur, nous croisons une personne qui nous fait un clin d´oeil,

Oh! que notre coeur s´emballe et de sa solitude fait déjà le deui!

Le moral dans les chausettes, en pleine crise due à une rupture,

votre amie est là pour vous donner la raison et réduire votre ex à l´état de sciure

N´est-ce pas là ce que vous attendez de votre amitié ?

Bien sûr, chat échaudé craint l´eau froide

et après mille et une déception,

tous ne sont plus aussi réceptifs

mettent en doute la bonne foi

de ceux qui veulent devenir ami de bon aloi!

Les circonstances ont miné l´innocence et la pureté!

D´autres jusque dans la tombe resteront bien disposés

et avec candeur ou naïeveté seront prêt à recommencer

et à se laisser entraîner dans une nouvelle aventure

et vivre avec enthousiasme d´autres péripéties!

Mais vous, comment réagissez vous aux déboires des relations humaines ?

Avec résignation ou avec haine ? :-)

 

27 janvier, 2012

Une ronde d´émotions de tous types !

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 10:19

Le temps file et la vie continue….Je prends mon courage à deux mains et décide de me faire couler un bain chaud avec des huiles parfumées et revigorantes, j´aurais bien opté pour celles relaxantes mais l´envie de dormir qui me tient est telle que le résultat aurait été immédiat et il me faut surtout retrouver du dynamisme et de l´énergie pour affronter les obstacles en perspective de cette journée à laquelle je suis loin de voir le bout du tunnel! Je soupire pendant que la baignoire se remplit.

Je me dépouille de ma descente de lit et j´entre dans l´eau chaude. Je me frotte sur la nuque avec l´éponge, je me masse les épaules et j´utilise le gant de crin pour le ventre, les jambes, le dos et les bras. Je décide de ne pas prolonger le moment du bain et je me rince avec le pommeau de la douche.

J´ai déjà une idée de la tenue que je vais enfiler. Je me sèche, je m´enduis de la crème hydratante et me glisse dans mon peignoir. Je me rends dans la chambre et je sors de la garde robe: un tailleur pantalon gris perle, un chemisier rose pâle en soie. Je mets des dessous couleur chair : soutien gorge à balconnets et culotte assortie à taille haute, cette lingerie est à dentelle anglaise. J´attache mon chemisier et le laisse déboutonné sur deux boutons, je rentre dans le pantalon et attache la ceinture. 

Je retourne dans la salle de bains, je me maquille à peine malgré ma grise mine…je n´en ai que faire! Je suis submergée par les soucis!

Je retourne au rez de chaussée et je remarque que la télé n´est pas éteinte; j´entre dans le salon pour la déconnecter. Un reportage sur les éléphants est transmis par le Nacional geographic que j apprécie par la qualité de leurs investigations. Les images du documentaires traitent du comportement de ces animaux en présence d´un des leurs, décédé. Malgré ma hâte, je reste hypnotisée par la douceur, la tendresse, l´attitude de ces mamiphères dans cette situation.

Image de prévisualisation YouTube

Des larmes coulent sur mes joues, et je les essuies effondrée et rageuse. Je refoule un sanglot et j´en veux à la Société hypocrite, surnoise et manipulatrice! Je m´en veux de ma naïeveté!  Je songe à ces éléphants qui rassemblent les os de leur semblable qui est mort, il y a quelque temps, mais qui leur cause une douleur sincère! Alors: les animaux n´ont pas de sentiments ??!!! Nous, les bons samaritains, nous jugeons à tire larigot, tout et rien, pour le plaisir d´avoir une opinion!!! Nous critiquons parce que nous sommes les Êtres Humains, « les animaux intelligents« !! Nous avons pouvoir, autorité pour chasser, pour enfermer en cages nos semblables: car nous aussi sommes des animaux!!! Humains, civilisés : quel sens donné à la civilisation est ce un synonyme de cruauté ? Je n´ai qu´une seule envie me recroqueviller dans un coin obscur et m´écarter du monde. Je soupire, un noeud à l´estomac, un autre à la gorge. J´éteins le téléviseur.

 je me rends dans l´entrée devant le miroir, je me retouche vaguement le maquillage. Je serre un foulard gris en soie autour de mon cou. Je décroche un trois quart rose pale et je change mes pantoufles pour des mocasins gris perle à talon aiguille. Je saisis ma pochette de même couleur et je franchis la porte, une bouffée d´air frais me fait frisonner. Dans mon esprit, les gestes de ces êtres vivants vis à vis du squelette d´un des leurs, tournent en boucle.

 J´arrive finalement au snack de la galerie commerciale où j´ai rendez vous avec Monique. Malgré l´heure tardive pour le déjeûner, il y règne une certaine tranquillité. Quatre tables sont occupées par des groupes de fonctionnaires du ministère des affaires économiques situé à une centaine de mètres de là. Deux tables sont prises  par des personnes seules. A l´une d´elle est installée une dame agée d´une soixantaine d´années. J´immagine que c´est une veuve retraitée lasée de manger dans la solitude de son foyer. Devant elle, une assiette de pâtes bolognèse et un verre de vin. A l´autre, un monsieur caché par son journal. Au moment où je choisis ma table, une serveuse apporte la commande à cet homme: une plat d´américain préparé accompagné de laitue et de pommes risolées. Il plie son journal….Mes jambes flageolent et je me retiens au dossier de la chaise, mon visage devient livide… Cet inconnu n´est autre que Jean Paul! Oh! Mon Dieu, pourvu qu´il ne me voit pas. Je contourne la table pour m´asseoir en lui tournant le dos! Quand est-ce que ce manège infernal va s´arrêter! Mon coeur bat à mille à l´heure!

25 janvier, 2012

Rendre la monnaie de sa pièce

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 9:13

Il est question de rendre la monnaie de sa pièce

et cela m´inquiète.

Mais, quand j´évoque le sujet, on me dit:

« veux-tu être le dindon de la farce?

Cela suffit!

Et tant que tu y es: pourquoi ne tends tu pas l´autre joue ? »

Alors, je pense que tout cela me dépasse

mais si j´agis comme de la même façon

que la personne qui a enfreint les limites de la correction,

ne suis je pas aussi incorrecte qu´elle ?

Indifférence tu me tentes!

Mais mon égo lui me fuit!

Il demande vengeance;

il est d´ailleurs soutenu par beaucoup de gens interrogés!

Alors, faut-il conclure que l´évolution de la Société

n´a pas dépassé « oeil pour oei, dent pour dent » ?

Qu´en penser ?

 

22 janvier, 2012

Jamais deux sans trois!!!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:32

Le téléphone sonne et je songe :  jamais deux sans trois! Un peu échaudée, je regarde l´origine de l´appel avant de décider si je décrocherais ou pas. Je souris, il s´agit de mon amie Monique  . Je suis toujours ravie de recevoir de ses nouvelles; je l´apprécie au plus haut point. « Bonjour mon rayon de soleil » je salue avec plaisir. Bonjour, ma chérie,  me répond-t-elle. « Comment vas-tu? lui demande-je. En fait, je voudrais avoir ton avis…me confie-t-elle d´une voix tremblante. « Que se passe-t-il?  » dis-je inquiète. C´est un peu délicat, doute-t-elle à m´avouer. « Tu sais que tu peux compter sur moi Monique » lui fais je remarquer d´un ton ferme et rassurant. « Bon, j´y vais: hier, après le bureau, je suis allée boire un verre avec une ancienne collègue: Mireille. Elle m´avait téléphoné durant la journée et nous avions décidé de passer un peu de temps ensemble. Cela faisait presque six mois qu´on ne se voyait plus et on ne voulait pas que le temps faisant, la relation cesse. Comme c´est souvent le cas, tu sais… » « Oui, en effet, on commence par ne plus se voir, on continue par ne plus s´appeler et finalement on s´oublie complètement » dis-je. « C´est cela! » s´exclame Monique, comme soulagée. « Donc, je suis rentrée me changer et à 19h00, je me suis rendue au café « des beaux Arts » près de l´artère des théâtres et des cinémas…. » J´acquièse et elle poursuit: « Nous avons fait le point sur nos vies, autour de quelques gin tonic et puis nous avons parlé du bon vieux temps et bu encore quelques verres… » « Bref, vous étiez bien guillerettes! » interviens-je « Un peu oui…Nous avons ri et nous étions sur la même longueur d´ondes. Il y avait une grande complicité, on aurait dit qu´on se connaissait depuis toujours. C´était une impression bizarre, car même quand on travaillait ensemble, on n´était pas autant au diapason! » Ces paroles me marquent au fer rouge, je me sens baffouée: ma meilleure amie attache du coup une importance qui me semble démesurée à cette femme qui, n´a fait que traverser sa vie, alors que je connais Monique depuis le lycée!!! Je me retrouve de l´autre côté du fil, le moral dans les chaussettes, alors qu´elle même paraît inquiétée par quelque chose! « Et où veux-tu en venir? » lui demande-je d´un ton agacé. « Nous sommes sorties en boîte! Nous avons dansé jusqu´à l´épuisement… » « Et tu as rencontré l´homme de ta vie! » dis-je en l´interrompant.  » Euh! pas vraiment!… » Je perçois comme un froid « Alors…? » « Alors,  Mireille et moi avons eu une relation…charnelle! » « Quoi! Monique a prononcé ces mots si vite que je m´accroche à l´espoir d´avoir mal compris ce qu´elle s´efforce de me confier et que mon intuition me souffle aussi depuis un moment! « J´ai couché avec Mireille! » répète-t-elle d´une voix tremblante. « Mais comment as-tu fait cela ? »  je suis sidérée. « J´avais trop bu, je te l´ai déjà dit! » « Mais cela n´explique pas ce comportement…ce n´est ni la première ni la dernière fois que tu te saoûles et que tu sors en boîte avec des filles! Et tu n´as jamais fait l´amour avec une autre …Enfin,bref! Et dis moi, quels sont tes projets de futur avec ta nouvelle conquête? je lui demande avec une amère ironie. « Je ne m´attendais pas de ta part à cette réaction, j´aurais espéré plus de compréhension et de soutien! » me fait remarquer Monique. Je m´en veux et je lui dis: « Excuse-moi! On ne va pas se disputer maintenant!… Je peux te poser une question intime ?  » Elle me donne son consentement et je me lance: « As-tu aimé ? Penses-tu que tu es bi-sexuelle ? » Elle s´effondre en larmes: « Je n´en sais rien! Je ne me souviens de rien!  » « Dans ce cas, soit tu tournes la page comme si cela ne c´était jamais passé…ou tu retentes l´expérience? » « Tu es folle! Aucune des solutions ne me parait correcte! » mon amie semble choquée par mes suggestions! « Alors comment vas-tu réagir? Je suppose que tu as envisagé l´avenir? As-tu parlé à Mireille depuis ce qui s´est passé ? » « Non, elle était déjà partie quand je me suis réveillée, elle travaille maintenant dans un hopital comme secrétaire à l´accueil et elle prenait la pause de 06h00! » « Oh! et tu n´as pas reçu de ses nouvelles ? Penses-tu l´appeler ? la revoir ?… Je crois que tu dois faire face à la situation; cela ne sert à rien de jouer à l´autruche! »  « C´est facile à dire pour toi…et je ne sais même pas si j´ai apprécié et si Mireille est homosexuelle et elle s´imagine que je suis amoureuse d´elle! » « Monique, avec des si tu mettrais Paris dans une bouteille et la tour Eiffel dans son bouchon! » « Nancy, il faut qu´on se voit, j´ai besoin de ta présence! » « Je peux te rejoindre pour ton heure de déjeûner! » « D´accord, merci ma Belle, je te suis sincèrement reconnaissante! » « Courage, ma chérie, tout va s´arranger! »

Je raccroche et l´envergure de la nouvelle me dépasse: je suis déconcertée!  Est-ce un rêve, un cauchemard plutôt! Quelle matinée! J´aurais mieux fait de ne pas me lever!!! Je reviens à la réalité: il me faut aller chez le coiffeur! …Et si je retournais me coucher :-(

14 janvier, 2012

chaud lapin, poule…quel répertoire animalier! :-)

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 15:29

Dans le langage de l´argot,

qu´évoquent pour vous tous ces jolis mots?

Notre relation aux thématiques sexuelles

nous crée une situation vraiment complexe!

Ce mot avec son double sens

convient parfaitement aux circonstances!

Nous, les Êtres Humains, sommes nous friands

de fustigations ?

Ou sommes nous inconscients

des conséquences du langage

qui causent tant de ravages!

Et pourquoi ce regard blafard

aux reproches anticipés

sur une conduite naturelle

et nécessaire: n´est-ce pas réel ?

Pour avoir des enfants,

ne faut-il pas un accouplement?

Et ne soyons pas puritains!

Cet acte, reconnaissons le,

nous apporte un plaisir certain!

Alors pourquoi compliquer

et faire tant de tralala

et jusqu´à en faire un contrat

qui pourrit tellement la vie!

Et pourquoi, en tant que parents

craignons que nos enfants

entrent en âge d´être séduisants ?

et les persécutons nous tant

avec le sexe opposé ?

au point qu´ils finissent par être tourmentés:

« embrasser ou pas embrasser l´être désiré?

Quels sont les risques de voir venir un bébé? »

« Oh! c´est sans danger!

Mais par contre le péril que tu cours c´est de te faire

jeter! Et pour ce qui est de ta réputation,

te voilà devenue poule aux yeux de ton entourage!

N´oublie donc pas les convenances! »

Et de leur côtés, le sexe fort doit entretenir sa notoriété:

de conquérants flamboyants!

Alors quelles seront leurs stratégies ?

si les filles choisissent d´arriver vierges au mariage ?

Ah! oui, c´est vrai: c´est d´un autre âge !

Une fois, en « concubinage », combien ne constatent pas

que leur relation entre les draps

est loin d´être le Nirvana!

Alors, du coup, demoiselles en appellent à leurs migraines

et les messieurs, très demandés dans leur vie professionnelles

reviennent au foyer aux Aurores!

La vie continue ainsi, frutrés dans une facette de ce que la Nature a donné!

Tout cela devrait-il changer ?

Que faut-il en penser ?

 

 

10 janvier, 2012

privilèges et illusions

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 20:25

Les privilèges sont abolis vive la France!

Nos ancètres semblaient, avoir remporté une grande victoire!

Vive la France, vive l´Europe aussi!

Mais: réalité ou illusion ?

telle est la question?

Ne vivons nous pas encore maintenant

dans un monde de  faveurs ?

Ceux d´entrepreneur à entrepreneur ?

qui couvre bien sûr tous les proches:

« j´engage ton fils ou ton amie

mais toi, tu fais en sorte que je puisse construire

sur ce terrain en théorie réservé à l´agriculture! »

« Je t´offre des entrées pour cette finale en VIP

mais tu me feras 50% de réduction sur les matériaux de construction… »

Comment peut-on définir ces procédures ?

Et quelles sont leurs conséquences ?

9 janvier, 2012

La médisance: ou commence-t-elle ?

Classé dans : Mes villes,quelques poésies — ismeraldamadrid @ 21:08

La médisance est-ce le produit de l´ignorance ?

Préjugés, stéréotypes et autres critiques

constituent-elles le fruit d´ »esprits pathétiques »?

Mais en quoi consiste la réflexion ?

Ou peut-elle trouver sa source ?

Et maintenant, moi même avec mon actuel jugement

n´ai-je pas un regard également médisant ?

Alors, positivez! positivons ….

oui mais comment ? :-)

6 janvier, 2012

Croire, penser: quel est le pouvoir de persuasion ?

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 23:41

Croire est un processus mental

dans l´acceptation de l´information en cours!

C´est un acte volontaire et individuel

Mais les interventions extérieures

dépendent de la personnalité de chacun.

La source des nouvelles

est un facteur essentiel.

Suivant qui vous instruit sur les faits

et vous demande de donner foi à son discours;

vous êtes disposé à lui faire confiance

ou du contraire votre esprit critique se met en marche!

Là, aussi c´est votre choix!

Mais sur base de quels critères

prenez vous vos décisions ?

Parfois, est-ce à l´aveuglette ?

Et d´autres par conviction ?

Et où se trouve dans tout cela,

le pouvoir de persuasion ?

5 janvier, 2012

Confiance : quelles limites ?

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 22:37

La confiance pourrait bien être le pilier des relations humaines

Ainsi, le nouveau né apprend à confier en sa mère, son père …

Dépourvu d´indépendance, c´est son seul moyen de survie!

A partir de cette confiance, commence son apprivoisement:

pas de doute les paroles de papa, maman sont vraies!

On en profite pour un travail de conditionnement:

« il faut écouter le professeur, c´est lui qui détient le savoir! »

Et voilà, ses paroles deviennent parole d´évangile;

c´est trop facile!

Certains diront qu´ils ont un esprit bien critique

et qu´ils remettent en doute les propos

comme Saint Thomas « qui ne croit que ce qu´il voit! »

Alors avec cette attitude suspicieuse,

comment construisent-ils leurs relations sociales ?

Mais toute cette confiance ainsi déposée

à tort et à travers,

comporte aussi ses revers!

Voilà, que sans discernement

les enseignements professés

depuis le piedestal que la Société a installé,

« les Sages » ont toujours raison

à nos yeux!

Alors nous suivons leurs directives

nous admettons leurs opinions:

sur la vie de couple, le monde de l´emploi,

l´économie, l´Histoire et même

sur le Dieu de l´Univers.

Nous craignons ne pas les satisfaire!

C´est pourquoi nous redoublons d´efforts

pour respecter la consigne,

sans cerner toutes ces informations…

jusqu`à ce que finalement,

notre individualisme ainsi écarté,

négligé éclate

et se présente à notre raison

avec sa pile d´arguments

et remets en cause toutes nos croyances,

nous laissant soudain penauds devant notre innocence!

 

 

12345...10
 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage