De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

15 novembre, 2011

Eclipse lunaire, éclipse solaire, éclipse égocentre !

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 20:00

« Tu m´éclipses »

comme une vipère, je siffle!

Tu m´as volé la vedette

il faut que tu arrêtes!

Je t´en veux, je m´en veux,

pourquoi ne suis je plus le centre du jeu!

Ma confiance en moi en lambeaux,

du fonds de mon puits,

moi, je te critique!

Tu m´as évincé/e:

tu vas me le payer!

Je tape du pied, je fais du bruit

pour redevenir le centre des attentions!

Et pourtant,

n´aurais je pas mieux fait de m´eclipser

doucement!

12 novembre, 2011

Promesses, promesses, promesse…

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 21:31

Promesse: un mot auquel nous attachons une valeur inestimable

« Promis, promis, oui…promets-le moi » on insiste sur un ton intraitable.

« Je te le promets… » ces mots rassurent : formule magique!

Mais le revers de mettre la barre si haut,

c´est de découvrir la foutaise, là est le hic!

Pourtant nous savons qu´il n´est pas judicieux

d´accorder sa confiance sans preuves préalables!

Que dire, pour exemple, des promesses des campagnes électorales!

Alors, remettre à autrui,  la clef de notre coeur pour si peu

au risque de le retrouver en morceaux!

 

 

10 novembre, 2011

Une suprise très surprenante!

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 17:32

Au moment où je repose le combiné téléphonique, Pierre réapparait vêtu de sa robe de chambre en coton noire à fines lignes rouges et ceinture de couleur assortie. Malgré la distance, la fragance poivrée de son parfum Kouros d´Yves Saint Laurent arrive à mes narines. Je m´interroge sur ce que mon gentil petit mari peut porter sous son vêtement: a-t-il oui ou non des dessous ? Je prends conscience des délires de mon esprit et je rougis: je dois franchement être en manque!emoticone

Je m´adresse à Pierre: « Si tu le permets je vais moi aussi me rendre à la salle de bains, et me changer! J´ai besoin d´un bain relaxant, cette séance de musculation m´a laissée fourbue! »

- Mets toi à l´aise ma belle. Dis moi, à quelle heure passera le traiteur ? me demande-t-il à son tour. « J´ai réservé pour 21h00. J´espère que ce n´est pas trop tard à ton goût mon coeur. » lui fais-je savoir…C´est parfait, cela nous laisse du temps devant nous, m´annonce-t-il avec un clin d´oeil que je n´arrive pas à definiremoticone

Je prépare l´eau de la baignoire, j´y jette les sels de bains et je mets le réveil de mon téléphone portable. Je le programme sur un quart d´heure, je ne désire pas prolonger trop mon estance dans cet endroit et laisser mon coeur tout seul.  Pendant que je me détends et mes muscles se décontractent grâce à la douce chaleur de l´eau, je songe à ce que je vais enfiler : dois je mettre une nuisette sous mon peignoire ? de la lingerie fine ?…quelle obsession!emoticone  Je hausse les épaules et décide de porter de jolis dessous, je sais que c´est le péché mignon de Pierre!emoticone  Impulsée par la sonnerie, je sors de la baignoire, je m´essuie, j´hidrate ma peau et je m´asperge de quelques gouttes de parfum de Thierry Mugler mon préféré. J´entre dans la chambre et je prends un soutien gorge pigeonnant en satin bleu marine à dentelles et un slip assorti, je les passe et je les surmonte de mon peignoire couleur crème.

Je descends rejoindre Pierre, satisfaite de ma tenue. Quand il m´entend dans les escaliers, il m´appelle: « Merveilleuse chérie, je suis dans le salon! » Cela faisait un bail, qu´il n´employait plus ce doux surnom pour s´adresser à moi. Je sens l´émotion monter en moi et mes jambes flageolent. Je m´empresse de me diriger vers cette pièce, je constate que la porte est fermée. Je la pousse et là, l´absence d´électricité se fait remarquer, tandis qu´ une dizaine de petites bougies éclairent l´endroit d´une lumière diffuse.

Mon homme s´approche de moi et me conduit jusqu´au canapé qu´il a recouvert d´un drap de lit, je suis surprise au point de ne prononcer mot. « Retire ton peignoir et étends toi ma Belle » Je me dispose à me coucher sur le dos mais il me fait signe de me mettre à plat ventre. Il s´agenouille à mes côtés et sort de sa poche un petit flacon: « tu mérites un bon massage » dit-il en versant de l´huile essentiel d´eucalyptus sur ses mains. « Tu as fait de grands efforts aujourd´hui et tu vas attraper des crampes » ajoute-t-il avec tendresse, amour ? peut-être dans le fond! Il pose ses mains sur mes reins, je frisonne. « C´est froid ? » m´interroge Pierre. « Non, non! c´est un contat agréable » je m´exclame spontannément. « Je suis content que tu apprécies. » rétorque-t-il pendant que ses mains se promènent sur mon dos très délicatement. « Dis moi, je ne te connaissais pas ce talent ? » lui fais je remarquer. En réponse, j´entends son rire grave et profond ce qui produit en moi un défilé de petites étoiles. Ses doigts massent mes épaules et je soupire d´aise. Pierre se penche sur moi et dépose un doux baiser sur ma nuque. Je me retourne et nous nous embrassons voluptueusement. J´entoure son cou de mes bras et mes mains s´égarent dans ses cheveux!

La sonnerie retentit et nous sépare. Pierre se lève pour aller ouvrir la porte, tandis que je me rends dans la salle à manger et je dresse rapidement la table pendant que je l´entends payer le livreur. Sans que je m´en aperçoives, mon coeur dépose au centre de la table un vase decoré d´une douzaine de roses; j´en reste émerveillée, mes yeux scintillent de bonheur. Mes yeux cherchent son regard où je lis beaucoup de tendresse, peut être de l´amour ? « Merci mon coeur! » lui dis-je.

Pierre déballe les plats, curieux car c´est moi qui ai passé la commande. « J´espère avoir bien choisi » lui fais-je remarquer. – Tout est parfait ma belle. Tu es ma fée! Oú est ta salade ? questionne du coup Pierre. « Oh! finalement, j´ai considéré que je pouvais remettre ce régime à plus tard! » je lui annonce sur un ton léger. Il me regarde d´un air dubitatif et intervient: « Hors de question, tu as pris une décision et je désire que tu t´y tiennes! Puisqu´il n´y a pas de salade, tu dîneras l´escalope de veau aux petits légumes, il me semble que c´est de la viande maigre, donc très appropriée pour un repas frugal! D´ailleurs, j´ai songé moi même m´inscrire à ton programme. Je suis convaincu que si nous nous soutenons l´un l´autre, nous obtiendrons rapidemment et plus plaisamment des résultats encourageants et convaincants. Que penses-tu de cette nouvelle ? Mon projet te plait-il  ? »

Je reste pantoise, mes idées vacillent: un peu plus tôt, j´aurais bondi de joie, mais là, je suis partagée entre ce sentiment et le besoin soudain de « m´aérer » de Pierre. Je ne veux cependant pas blesser sa susceptibilité ni non plus provoquer une réaction négative de sa part. Je bafouilles avec une ébauche de sourire:  » Oui, oui, je crois que c´est bien… mais trouveras-tu le temps de passer au gymnase quotidiennement? »… « Tout à fait ma merveilleuse chérie, voilà l´excellente nouvelle que je voulais t´annoncer avec toi: en raison de ma promotion, mes horaires seront plus stables (en contrepartie des voyages à l´étranger), donc je pourrai rester plus de temps avec toi; donc quoi de plus convivial que de partager ton nouvel hobby ? Et à ce propos, voilà mon petit cadeau!  » Il me tends la petite boite que je m´empresse de déballer… et là, je découvre une boite en carton avec le symbole de nike, mon esprit travaille pris dans le tourbillon de la curiosité. Je retire le papier collant et ouvre le couvercle: un bandeau noir nike et des poignets. « Ah! c´est pratique » je me risque à faire comme commentaire. Je me penche sur Pierre qui sourit et je lui dépose un baiser sur les lèvres. Je remarque que mon mari semble aux anges, il doit s´imaginer qu´il agit au mieux pour son couple… Les hommes sont si surprenants!

 

6 novembre, 2011

Ces inconnues émotions!

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 22:25

Quand les émotions déferlent,

causées par le stress, la tristesse, voire la joie,

elles  sont pareilles aux eaux,

qui envahissent les terres

et arrachent les barrages,

balayant les rivages!

Nos vibrations nerveuses

s´incrustent dans notre corps

sans recevoir notre accord!

Elles prennent le contrôle

du centre des opérations

et mettent tout sens dessus dessous

et chamboulent tout!

A moins que le Capitaine du Cerveau

rapidement réagisse

et ferme les écoutilles!

Alors zen, zen : le calme s´installe

le corps se détend et les muscles se décontractent

la paix règne et la respiration s´apaise!

 

A la suite de différents commentaires que vous m´avez laissés, j´ajoute ce sketch de Roland Magdane, peut être est-ce celui auquel vous faites référence :

Image de prévisualisation YouTube

emoticone

5 novembre, 2011

Ego : qui es-tu ?

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 22:07

Ego, démesuré ou parfois étriqué

aux commandes de notre esprit ?

tu nous causes bien des ennuis!

Quand nous souffrons d´une crise d´anxiété

est-ce notre Ego qui nous communique

qu´il n´est pas satisfait de notre conduite ?

Ego-ïste, égo-centrique, attitudes qui nous valent

de la part de la Société de nombreuses critiques!

Et que dire des soucis qui nous sont causés

par notre coeur qui s´emballe

quand des compliments, des flatteries

nous sont contés, tous dits pour nous griser

et obtenir de notre « connerie »

les fruits de cette intéressée attention!

 

3 novembre, 2011

La morale de la fable :-)

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 21:10

Enfouie dans mes problèmes, submergée par mes pensées, je ne m´aperçois pas de l´arrivée de Pierre. Son souffle dans ma nuque me provoque une angoisse qui s´installe dans mon estomac, j´ai l´impression qu´un noeud se forme dans cet organe et une sensation de naussée prend consistance!emoticone

L´image de ma belle mère apparait dans mon esprit, d´abord nébuleuse, puis de plus en plus nette: il s´agit d´un déjeuner que nous avions organisés, à notre retour de lune de miel. Elle trône au bout de la table, elle porte un tailleur ocre et un chemisier en soie rose pale. Son tour de cou en argent flashe dans cet ensemble. Elle sourit et ramène à elle l´attention de tous les invités (en fait. juste mes parents et Pierre; mon beau père est décédé voici quinze ans) qui se réduit à la famille. Elle lance un éclat de rire, comme elle seule peut les faire: entre le rire ironique, le rire prétentieux et le fou rire d´une joie profonde. Nous la regardons tous, mi-surpris, mi inquiets. Et voilà, que d´un air complice, elle se lance à nous raconter l´histoire d´une jeune mariée qui devait habiter chez sa belle mère. La nouvelle épouse n´appréciait pas la vieille dame qu´elle considèrait grincheuse et dictatrice. – A ce stade de l´histoire, ma belle mère me regarde et me dit : « ce n´est pas mon cas n´est-ce pas ? », je bégaie : « euh! non, bien sûr  » et aiguise un sourire. Son regard survole « l´assemblée » et reprend son récit: « un jour, lasse de supporter la situation, cette personne va voir un sorcier. Il lui donne un poison qu´elle doit quotidiennement administrer à « son ennemie ». Il lui conseille alors pour éviter les soupçons de la victime et de son entourage, et ne pas s´attirer les soupçons de créer un climat de bonne entente avec cette dame. Donc voici, notre jeune femme qui ne réchigne pas à l´effort pour satisfaire sa belle mère. Les jours passent, les semaines aussi et un jour, la belle donzelle se précipite chez le Sorcier… » – Ma belle mère fait une pause dans son récit, elle boit une gorgée de Saint Emilion et l´avale doucement savourant le moment, dégustant la saveur de son breuvage. Elle me fixe et me demande :  » Dis moi Nancy, sais-tu pour quels motifs notre héroïne pourrait s´être rendue précipitamment chez le sorcier ? » -Peut être pour savoir combien de temps encore elle devrait jouer la comédie? Quand allait mourir cette brave dame ? …. Ma belle mère jette un coup d´oeil autour d´elle, elle dévisage mes parents, tout en faisant durer le suspens. Pierre et elle échangent un regard complice. Elle poursuit l´histoire: « Maître, je suis très inquiète, je ne veux plus que ma belle mère meurre!! s´exclame notre jeune amie en larmes. Je suis consciente que je vous ai sollicitée pour obtenir ce venin, mais au fur et à mesure, que j´apprends à connaître cette femme, je constate que c´est une personne extraordinaire qui a élevé mon mari avec amour et un grand effort; et qu´elle rendra heureuse mes enfants. Je ne pense plus rien de négatif à son sujet!….Mon Dieu, je vous en supplie faites qu´elle ne meurre pas! » – Ne t´inquiète pas, dit le Sorcier, je savais que tu changerais d´avis, si tu prenais la peine de frayer avec elle, et de la regarder avec des yeux moins partisans, plus neutres, ton point de vue se transformerait et tu découvrirais les bons côtés que nous possédons tous en nous mêmes. Donc cette potion constitue juste en quelques vitamines que tu as ajouté chaque jour dans son lait chocolaté! » emoticone

Je suis surprise par ce souvenir; je ne porte pas ma belle mère dans mon coeur… bien que depuis ce jour et ce spectacle, je ne me permette aucun commentaire désagréable envers elle: ai-je peur qu´elle ne me jette un sort! Peut être…mais surtout, je sais que Pierre souffrirait beaucoup s´il apprenait que je ne supporte pas (ou que sa maman ne représente pas ma tasse de thé!) cette femme. Mais pourquoi suis je entrain de l´évoquer ou plutôt cette fable qui est tellement d´à propos. Mon inconscient me suggère-t-il d´avoir davantages d´égards pour mon mari ?emoticone …Je souris à Pierre, mon corps s´est soudainement décrispé: « Comment vas-tu mon coeur ? Je suis désolée de ne pas m´être préparée pour la soirée mais j´hésitais sur la tenue à passer pour être à la hauteur de l´événement! annonce-je en me levant pour le rejoindre et l´embrasser avec fougue et passion…et un peu de tendresseemoticone.

Quand je m´approche, il se tourne de manière à me faire complètement face…il sourit aussi. Je remarque que sa main gauche se trouve dans son dos. Je me mets sur la pointe des pieds pour tenter de savoir quelle en est la raison. Mais Pierre est plus rapide que moi et sa main est occultée par le canapé. « Ne t´inquiète pas ma Belle; je vais faire venir le traiteur à la maison! Tu mérites d´être prise en considération! Tu es ma merveille et si tu veux te polir davantage et devenir le plus beau diamant du monde, je ne serai que plus fier de t´avoir pour épouse! » me lance-t-il avec une voix de séducteur endurciemoticone.

Je suis vraiment émue, je chancelle sous l´effet du choc et peut être aussi, parce que depuis le petit déjeûner je n´ai rien avalé! Il me rattrape et je découvre le petit cadeau qu´il gardait précieusement dans sa main gauche. Constatant qu´il a été découvert, il me tend la petite boite: « je voulais que tu l´ouvres pendant le dîner mais je ne suis pas bon cachotier! » Son air penaud m´arrache un éclat de rire. Je lui rends le cadeau et l´embrasse enfin avec l´Amour qui envahit tous mes pores. Notre baiser se prolonge langoureusement et mes doigts caressent ses cheveux avec douceur pendant que ses mains glissent sous mes vêtements et caressent ma peau.  Quand nous arrêtons de nous embrasser, Pierre me dit: « Appelle le traiteur et commande à ta guise le plus gargantuesque des repas pour moi et pour toi, le plus frugal qu´il ait sur la carte! Je veux fêter avec toi ma promotion….oups, je voulais te l´annoncer au cours du dîner!!! » Il me cligne de l´oeil et se dirige vers la salle de bains. Je lui lance un baiser et nos yeux se croisent satisfaitsemoticone

En me dirigeant vers le téléphone, j´ai une pensée pour ma belle mère: je crois que, malgré mon interprétation peu positive , il y a douze ans, de son conte et de son attitude comme nouveau membre de ma famille, cette dame a un bon fond, qu´elle cache derrière ses cinémas: des airs de grandeur, de femme volontaire et dure. Je m´efforce de recourir à nouveau à l´empathie (deux fois dans la même journée, je me féliciteemoticone) et je me laisse atendrir.

Je m´interroge également sur l´Être Humain et nos attitudes; comment se fait-il que souvent nous considérons certains de nos membres de la famille, de nos voisins, collègues…comme des ennemis ? Comment quelqu´un qui a fait battre notre coeur, peut du coup se transformer en celui/celle qui rend notre coeur dur comme de la pierre ? Quel est ce mécanisme, en nous, qui transforme à ce point nos sentiments, surmontant même la logique de notre raison: nous aveuglant complètement…et pouvant même nous conduire à la haine, si un déclic ne surgit pas à temps ? Et ce déclic: est-ce le fruit du hasard ou du contraire la pièce manquante du puzzle de l´Amour qui réunit deux Êtres attachés l´un à l´autre depuis de longues années ou deux Inconnus qui se découvrent à peine…?

Au moment où je forme le numéro du traiteur, je me souviens de la petite boite que tenait Pierre dans sa main, la curiosité me pique et je me laisse entraîner dans les méandres de mon imagination, tentant de deviner que peut contenir cet emballage . emoticoneemoticone

27 octobre, 2011

L´homme, cet éternel insatisfait

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 21:48

« Si, après la deuxième guerre mondiale,

on avait montré le XXième siècle à nos ancêtres,

ils auraient cru rêver : « non, vraiment cela ne peut être! »

Mais pour nous, toute cette technologie, ce confort nous semble tres normal!

D´ailleurs, dès que nos conditions s´améliorent,

nous n´acceptons plus rien en dessous de ce seuil minimal!

Voilà, ma fille qui me ramène un 6,5 en maths!

Ah! ça non! il me faut un plus grand effort!

Et pourtant, si ce résultat avait été il y a deux ans d´ici,

je l´aurais félicitée!

Donc, voici, que je constate que nous sommes bien exigeants

et oubliant vite ce qui a été, une fois que cela a changé

Alors à force de souhaiter plus et plus à tort et à travers,

nous ne profitons pas de ce qui nous est offert maintenant!

L´Homme est un grand mystère! »

 

Voici une réflexion que je vous propose en rime, ébauchée sur le tard et en peu de temps…car mon ordi m´a demandé quelques jours de repos, il souffre de surmenage et a besoin d´un traitement de choc: un petit formatage le remettra sur pied en un rien de temps…mais il ne reviendra pas avant lundi après midi; là je me sers du portable de ma princesse, donc je n´ai pas d´archives, pour vous offrir de photos et autres petits dossiers qui me servent à rédiger des articles plus conséquents. Donc, je vous demande de bien vouloir excuser mon manque de rigueur et peut être mon absence sur les blogs pendant ces deux ou trois jours.emoticone

24 octobre, 2011

Mon petit soucis me paraît bien grand, à côté de ton grand problème :-(

Classé dans : Et quelques récits, fruit de mon immagination — ismeraldamadrid @ 9:12

Ceci est un aparté, car aujourd´hui, je suis le blog d´honneur de l´annuaire des nuls  Donc je remercie Domi pour cette gentille attention. Je remercie également tous les bloggeurs qui se seront laissés convaincre de venir me faire une petite visite dans mon univers:  » De Madrid à Liège »

Pour mon article d´aujourd´hui, c´est juste ici en dessous: emoticone

« Les larmes aux yeux , je m´effondre dans le canapé; je voudrais trouver une réponse à mes questions, mes doutes, mon incompréhension. Je suis dépassée par le sytème dans lequel j´évolue. J´aime Pierre et je lui voue une réelle admiration mais la soumission à laquelle je me sens contrainte m´épuise et me frustre; je pense que cette attitude de sa part effrite mon amour, ma tendresse. Je comprends que de part ses fonctions de cadre supérieur, il a l´habitude de mener tout le monde à la baguette…mais je ne suis pas son employéeemoticone. Je pense que ses démonstrations d´amour sont occasionnelles…Bien sûr, il consacre beaucoup de temps à son travail mais je doute que son esprit vogue à la recherche de ma personne; par contre, je ne serais pas surprise si je découvrais qu´une autre femme puisse occuper ses penséesemoticone!

Une nouvelle angoisse m´accapare,  je sens ma gorge qui se serre davantage et un premier sanglot soulève mon coeur. Je me dispose à me servir un verre de whisky quand l´image de Karl traverse mon esprit! Je retiens mon action, et je me rends dans la cuisine. Je me sers un grand verre d´eau et j´imagine mon entraîneur, un sourire illuminant son visage, des mots d´encouragements sortants de sa bouche. Je bois d´un trait ce liquide frais qui descend dans mon gosier et me rafraîchit. Je me sens tout à coup beaucoup plus calme comme si ce breuvage avait eu ce bienfait miraculeux.

Plus tranquille, je décide d´allumer le poste de télévision pour me changer les idées. Je vois sur l´écran Waris Dirie qui fait l´objet d´une interview. Il s´agit d´une superbe femme, son visage aux traits doux occulte toute une souffrance, qu´enfant elle a dû supporter. Elle explique qu´elle est née dans le désert somalien, en 1965 (plus ou moins, dans cet espace, il n´existe pas de registre civil) et que ses parents nomades, respectaient les traditions. Son nom signifie fleur du désert. A l´âge de cinq ans, elle subit l´ablation génitale: une cliteridectomie,  on lui enleva le clitoris et les petites lèvres. Son père était un homme rude qui n´hésitait pas à frapper pour imposer la loi de leur Société. L´eau manquait, l´argent aussi, ils avaient un troupeau. Les circonstances étaient pénibles; sans chaussures, il fallait se déplacer sur les pierres et le sable brulant, les pieds saignaient douloureusement.

A l´âge de 13 ans, elle s´est enfuie de son pays et de la situation: elle refusait d´épouser un vieillard de 60 ans. Elle traversa le désert et fit face à de grands dangers. Mais elle était convaincue qu´elle avait raison. Quand elle subit l´excision, elle comprit qu´elle devrait lutter pour changer sa vie. Sa soeur était morte pendant ce rite, à cause d´une hémoragie. Mais pour les gens de la tribu, rien n´était de trop au nom de la pureté féminine, avant le mariage. Donc malgré le décès de l´ainée, Warris avait aussi connu l´ablation. « Rien n´est plus terrible, que de se retrouver avec juste un petit trou, de la taille d´une pointe d´allumette, pour évacuer l´urine et la menstruation » raconte-t-elle.

Elle arrive à la capitale et demande à partir travailler chez une tante qui vit à Londres, épouse d´un diplomate. Là bas, on la charge du ménage. Quand ces parents doivent quitter l´Angleterre, elle travaillera chez Mac Donalds et là, elle rencontre Terrence Donovan…et il change sa vie. Maintenant, elle donne des conférences pour changer la mentalité de ceux qui croient en l´excision…

De nombreuses pensées traversent mon esprit: je songe en toutes ces traditions qu´endurent les femmes, dans d´autres pays du monde, ainsi les femmes girafes : dont les spirales pèsent sur les côtes qui évoluent en penchant vers le bas. Ainsi, plus les côtes penchent, plus le collier tombe sur les épaules, ce qui le rend trop large et pas assez grand pour envelopper encore tout le cou. C’est à ce moment qu’il est remplacé par une spirale plus longue, afin de continuer le processus. Bien qu´il soit possible d´enlever ces colliers, la force de l´habitude fait que ces femmes ne s´en séparent jamais, ils deviennent presqu´une extension de la femme. En oûtre, les muscles se retrouvent également affaiblis. L´origine de cette tradition reste inconnue malgré toutes les hypothèses qui tournent autour.

Des images passent dans ma tête évoquant ces femmes des tribus mursi en Ethiopie qui portent des disques d´argile dans les lèvres (des ornements labiaux), arrivées à la puberté, il faut qu´on leur extrait les incisives inférieures afin que la salive humecte constamment la lèvre déformée qui se sèche à cause du plateau. Il semble que cette tradition soit née comme une protection à l´encontre de l´esclavage. L´allure inesthétique qu´offrent ainsi les femmes éviteraient qu´elles soient enlevées.

Je m´efforce de me mettre dans la peau de ces femmes. Je m´imagine vivant sans clitoris et sans petites lèvres, mutilées d´une facette de mon plaisir sexuel. Alors, je me suppose envisageant la relation de couple sous un autre angle, relativisant la part du sexe ou lui accordant une autre « importance ». Assumer un rôle empathique constitue un comportement compliqué, il faut se débarasser de notre perception du Monde, inculqué par l´éducation de notre Société, nos traditions, nos acquis, nos connaissnces livresques, nos principes, nos valeurs etc…penser avec l´éducation et les préceptes de ces personnes. J´imagine donc que pour la plupart de ces jeunes filles, évoluant dans ces mileux, rien ne pourrait être plus normal et adéquat à une Vie  »saine » et heureuse. Elles n´envisagent sûrement pas un chemin de Vie différent. Lutter contre « les idées reçues » semble constituer l´attitude la plus difficile à acquérir, et c´est valable partout dans le monde, même si en Occident, nous avons connu Descartes: « Je pense donc je suis ». Il faut relativiser, prendre du recul vis à vis des situations, envisager des hypothèses différentes et même passer à l´action en tentant l´expérience…et là surgissent nos peurs…à moins de foncer : peut être emoticone

Du coup, je reviens à ma réalité. Quelle attitude vais je adopter devant Pierre ? Me faudrait-il demander conseil ? Mais à qui m´adresser : Monique ? peut être, mais elle va saturer avec mes problèmes…Karl ? je ne le connais pas assez…Ma soeur ? bof, on n´est pas trop sur la même longueur d´ondes; longueur d´ondes: tout part de là, partager ou ne pas partager la même vision des choses, des événements, des comportements… la capacité à tolérer, accepter une opinion différente, un concept dissemblable du nôtre, c´est tout un défi que de parvenir à admettre que notre vision de la situation, de la Vie ne constitue pas l´unique et sine qua non solution et que notre position n´est pas innébranlable.

Parfois, réenvisager les données du problème et recevoir un avis différent sur la question peut déclencher le clic nécessaire pour arriver à un accord…alors devrions nous consulter un thérapeute pour couples: car il serait le plus neutre et approprié pour trancher dans le vif de notre désaccord….oserais-je proposer cette alternative à Pierre ? emoticone« 

18 octobre, 2011

Briller de mille feux

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 7:49

Un oiseau bleu

à la plume reluisante

aux traits d´argents

et l´or de sa queue

éblouit notre esprit

car la pertinence de ses écrits

font de lui une tête pensanteemoticone!

17 octobre, 2011

Les fioritures des écrits

Classé dans : quelques poésies — ismeraldamadrid @ 18:24

Les fioritures des écrits

souvent restent plein de non dits!

Les jolis mots s´enfilent

comme les perlent sur leurs fils

pour composer des colliers

ou des récits familiers!

Alors on lit et on relit le texte ainsi proposé

et finalement on se dit : « Oh! il y avait bien de quoi s´émerveiller!

Mais quel en était le contenu ?emoticone

la thématique était connue,

oui! sans nul doute, mais est-ce que cela a fait avancer le spielblick ?emoticone

Si on aime se bercer d´illusions et vivre dans une autre dimension

il est certain qu´on y trouvera toute sa satisfaction

Du contraire, il est certain qu´on aurait préféré se pencher sur la Glose d´Orléans!emoticone

1...34567...10
 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage