De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ?

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Recherche : abri en espagne

11 janvier, 2013

Critiques justifiées ou injustifiées ?

Classé dans : Le fruit de ma réflexion — ismeraldamadrid @ 22:24

Dans notre Société, pour quelque raison que ce soit, nous consacrons beaucoup de temps à juger les autres…et souvent négativement.

D´abord, les personnages publics et surtout ceux qui sont au pouvoir! Leur façon de faire, de nous diriger nous déplait, nous incomode, nous semble peu efficace… Certains vont jusqu´à dire que ce sont des incompétents!

Ensuite, ce sont nos employeurs qui font l´objet de nos reproches : souvent, nous les considérons comme des « exploiteurs »… certains diront que ce sont des vautours!

Les étrangers indisposent pas mal de monde, où que l´on vive dans le monde! Cela semble naturel de critiquer l´inconnu venu de loin pour gagner sa pitance!

La tendance à la critique est telle qu´on épargne pas la famille: d´abord évidemment la belle famille, la belle mère, le beau frère, la belle soeur! Mais, certains passent au crible les frères et/ou les soeurs avec une dextérité suprème!

Nous avons une facheuse tendance à regarder la paille dans l´oeil du voisin et ignorer la poutre qui se trouve dans le nôtre! En Espagne, un proverbe dit: »tu dis pour que je ne te dise pas! » ce qui signifie que tu prends les devants pour faire des reproches, des critiques pour éviter qu´on ne t´en fasse à toi même! Est-ce le but donc de tous ces commentaires ? Craint-on de devenir la cible ? … Peut être mais malgré ce stratagème pour éviter « le courroux du peuple », on en est pas à l´abri puisque tant de personnes passent leur temps à démembrer ceux qui les entourent et même ceux qu´ils ne connaissent que via les médias! Peut-on dire que c´est notre Ego qui nous influence et nous pousse à avoir cette attitude ?

Regarder autour de soi et considérer autrui comme quelqu´un de défectueux nous laisse une image des autres peu positive…partant de ce principe: où se placera la confiance dans le genre humain en général ?

Sur base de ces impressions…quelle place donner à l´Amour dans notre Sociéte ? à l´Amour pur et absolu ?

 

 

 

 

26 novembre, 2011

30000 sans abri en Espagne: source le programme « Personnes sans foyer » de l´organisation Caritas

Classé dans : Mes villes — ismeraldamadrid @ 11:52

Voici l´hiver qui s´annonce, voici Noël qui se fait remarquer dans les rues. Les décorations, les guirlandes, les lumières tout nous rappelle que dans un mois, nous serons bien au chaud, dans une atmosphère de fêtes familiales. Sous les sapins, des cadeaux s´amoncelleront et nous mangerons des mets préparés ou choisis avec amour et gourmandise: il faut bien rendre honneur à Noël…et pourtant, des milliers de personnes passeront la nuit dehors, mal nourris et dans le froid rigoureux de l´hiver, couchés entre des cartons ou assis sur un banc!

Je ne fais pas la morale en écrivant cet article, je ne fais appel à la conscience de personne. Je souhaitais juste avoir une pensées pour des Êtres Humains dont les chemins de la Vie n´ont pas été favorisés, qui ont fait face à des pentes trop raides pour eux et n´ont pu les gravir et du bas de la montagne, là dans le fossé…ce sont des personnes comme ceux qui nous trouvons derrières les écrans de nos ordis! Et même, si dans la rue, nous les voyons à boire une canette de bière ou une bouteille de vin; ne pas les juger, les critiquer; ni les associer à la marginalité, à la discrimination (mettre tout le monde dans le même sac n´est peut- être pas d´à propos) serait déjà une attitude chaleureuse envers eux!

Et pour le reste…. je ne suis pas qui pour dire quoi que ce soit!emoticone

11 mai, 2011

Plusieurs sportifs nous ont quitté en peu de temps

Classé dans : Un peu de sports ? — ismeraldamadrid @ 21:49

Au cours de cette décennie, nous avons vu disparaitre des hommes encore jeunes et actifs que nous connaissions pour leurs occupations dans le monde des sports.

En 2007, Antonio Puerta (1984-2007), jeune joueur de football s´évanouit en plein match sur le terrain du stade Sanchez Pijuan (Séville). Nous apprenons sa mort quelques heures plus tard; elle est attribuée à un arrêt cardio respiratoire, qui fut suivi de cinq autres au cours de la nuit, jusque son déces .  Ce qui émut, en ce jour, l´Espagne et l´Europe.

Image de prévisualisation YouTube

Il semble que 30% des sportifs décedent de ce type défaillance. En 2004, Miklos Feher en avait été aussi victime.

Image de prévisualisation YouTube

Depuis, d´autres footballeurs sont décédés dans les mêmes conditions. Nous sommes toujours impactés lorsque nous apprenons la mort d´un sportif pendant qu´ils excercent leur grand art. Nous sommes tellement convaincus que les sportifs ne peuvent mourir que de leur belle mort que découvrir que ces Etres Humains peuvent souffrir aussi des défaillances nous interpelle et nous effraie.

Ainsi que penser de ceux qui décèdent malgré leur lutte intense contre le cancer; ainsi aujourd´hui a été enterré le grand joueur de golf Severiano Ballesteros qui était atteint d´une tumeur au cerveau

Image de prévisualisation YouTube

Un grand skieur Francisco Fernández Ochoa champion olympique en 1972 (Sapporo) décède en 2006 d´un cancer lymphatique. En 1987, Jacques Anquetil décédait également d´un cancer. Ces morts nous rappellent que personne n´est à l´abri de cette terrible maladie y compris,  ceux dont nous faisons un exemple de vie saine.

En début de semaine, ce 09 mai 2011, le monde du cyclisme a dû se revêtir de noir suite à la perte du jeune cycliste belge Wouter Weylandt suite à une chute penant le tour d´Italie dans la troisième étape. Après avoir heurté un mur. malgré la rapide intervention de l´équipe médicale, il n´a pu être sauvé. Rendons lui hommage!

Wouter Weylandt

31 mars, 2011

Une promenade jusque « La Casa de Joaquin Sorolla » (la maison de ce grand peintre)

Classé dans : Mes villes — ismeraldamadrid @ 19:07

Suite à mon dernier article, vos réactions m´ont convaincue de votre intérêt pour mes propos divers, donc je me résouds heureuse à poursuivre sur cette voie; en espérant que vous m´accorderez à votre tour, votre opinion objective en quelques mots brefs ou longs, j´aime beaucoup vous lire.

Après nous être rendus au musée de cire, je voudrais que nous nous approchions jusqu´au musée de Joaquin Sorolla qui s´élève aussi dans mon quartier. Joaquin Sorolla y Bastida est né en 1863 à Valence et est mort en 1923 dans un petit village proche de Madrid (Cercedillas). Il a commencé à suivre des cours de dessin à l´école des Artisans en 1874 et a quitté l´école diplôme en poche en 1879. Lá il s´inscrit enfin aux Beaux Arts où il rencontra d´ailleurs son futur beau frère: Juan Antonio Garcia. Il épousera Clotilde Garcia en 1888. 

Il participe à plusieurs concours provinciaux et différentes expositions, tandis qu´il étudie l´oeuvre de Velazquez et le musée du Prado (où je vous conduirai dans une prochaine sortieemoticone); en 1883, il obtient une médaille dans l´exposition régionale de Valence et d´autres succès dans les années qui suivent.

En 1885, il se rend à Paris en compagnie du peintre Pedro Gil; pendant ce séjour il fut marqué par la tendance Imprésionniste et s´en inspira pour son oeuvre religieuse « L´enterrement du Christ ».

En 1889, Sorolla et son épouse fixent leur résidence à Madrid et ce grand peintre commence à acquérir une certaine renommée. Après un nouveau passage par Paris, il se lance dans le style  »luminisme » et peint des paysages propres à la zone méditerranéenne. Beaucoup s´inspirent de la còte de Valence, du bord de mer, des vacanciers…

Après plusieurs voyages à travers de l´Europe, essentiellement en France et en Angleterre, il organise une exposition à Paris de plus d´un demi millier de travaux, ce qui lui valu une reconnaissance mondiale. En 1909, il exposera à New York et en 1911, à Chicago. l´Hispanic Society of America lui commendera quatorce muraux qui portent le nom de Vision d´Espagne. Il s´atela d´arrache pied à cette tâche entre 1913 et 1919. Nous conservons de lui, aussi des portraits.

La maison de Sorolla de Madrid qui se situe C/General Martinez Campos. 37 fut construite pour sa famille en 1911. L´architecture fut conçue de manière à séparer l´atelier du peintre du reste du logement qui avait un accès direct au jardin.  Le rez de chaussée abritait : le salon, la salle à manger et d´une petite salle de séjour, le premier étage était réservé aux chambres pour le couple et les trois enfants (quatre chambres à coucher). Au décès de ce grand personnage, son épouse fit don via son testament, de ce lieu à l´Etat espagnol pour qu´il devienne un musée en l´honneur de son époux.  En 1931, il fut inauguré avec pour directeur le fils de Joaquin Sorolla.

Maison/musée de Joaquin Sorolla 

Pour arriver à ce lieu prestigieux de culture, il faut repartir de la glorieta del Pintor Sorolla où nous avions pu admirer la belle église Parroquia Santa Teresa y Isabel (doutant de la qualité de mon lien, je vous le reporte à nouveau ici : http://ismeraldamadrid.unblog.fr/2011/03/24/de-canal-a-colon-continuons-la-promenade-de-mon-quartier-et-decouvrons-le-musee-de-cire/), sur ce rond point vous prenez la première à gauche qui est la rue en question : General Martinez Campos, vous la descendez tout le long pour y découvrir le musée.

Le jardin est à lui seul déjà toute une oeuvre d´art:

le jardin   le jardin sous un autre angle  Un espace pour s´asseoir

Outre toute la verdure, il y a des coins d´eau et des endroits pour se reposer.

A l´intérieur, de nombreuses toiles de l´artiste nous permettent de découvrir son évolution au cours de sa vie dans les différentes orientations de son temps.

peinture de Sorolla   la mer et ses voiliers   Portrait

 

J´espère que ce petit parcours du musée de Sorolla sera pour vous un avant goût d´une prochaine visite à Madrid pour y découvrir de visu les oeuvres de ce peintre du XIX/XXième siècle.

 

worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
aufildelaplume06 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lunafriday
| journal d'une folle
| Un oiseau sans cage